Magazine


© shutterstock
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 03/06/2015
  • redigé par INREES INREES
    La rédaction
Magazine » Air du temps

Comment être heureux au travail ?

A une époque où le mal-être au travail prend des proportions alarmantes, de nombreux acteurs se penchent sur la question du bonheur dans le cadre professionnel. « Le bonheur au travail », documentaire qui sera diffusé le 24 février sur ARTE, propose des réflexions et des solutions qui ont fait leurs preuves.

Aujourd’hui, le travail tient une place dominante dans nos vies, en particulier dans nos sociétés occidentales : 8 heures par jour, 5 jours sur 7, pendant une quarantaine d’années, c’est en moyenne le temps que nous allouons à notre activité professionnelle durant notre vie. Sans compter notre formation qui découle du métier que nous visons : très jeunes, nous avons donc le travail en ligne de mire.

Il est donc logique que tout ce qui l’entoure, des conditions de travail aux tâches qui nous incombent, en passant par la qualité de nos relations avec nos collègues, compte pour beaucoup dans notre « bien-être » général. Alors, comment être heureux au travail ? Le film documentaire Le Bonheur au travail, réalisé par Martin Meissonnier et diffusé sur ARTE à partir du 24 février, pose la question et présente des solutions innovantes.


L’argent ne fait pas le bonheur


De plus en plus de monde aujourd’hui ressent un réel mal-être dans le cadre du travail. D’après Vineet Nayar, ancien président d’un géant de l’informatique en Inde, le principal problème est la structure hiérarchique dominante en entreprise, et le fait qu’« aujourd’hui, on demande de plus en plus de performance aux salariés, mais les structures de travail n’ont pas évolué depuis la création des premières grandes entreprises avec leur système très hiérarchique ». Ils semblerait que ces points soient clés : ainsi, dans un article du Figaro Economie de novembre 2012 au titre évocateur, Bureauphobie : les raisons du mal-être au travail, une psychologue du travail souligne que le surmenage, l’environnement inadapté, et le manque de reconnaissance sont les causes les plus récurrentes de ce malaise. Vineet Nayar soulève d’ailleurs une autre raison, qui interpelle : « l’erreur est de croire que les gens ne travaillent que pour l’argent. 70% du bonheur ne vient pas de l’argent... »

Le monde du travail moderne aurait-il tout faux ? En tout cas, les chiffres sont parlants : selon les résultats d’une enquête de l’INSEE réalisée en 2007, 68 % des actifs déclarent connaître un ou plusieurs problèmes de santé chronique (principalement le stress et l’anxiété), et un actif sur deux estime que ce problème est causé ou aggravé par le travail. D’après le professeur Isaac Getz, en France et en Allemagne le pourcentage de salariés qui va au travail avec le sourire est de 11%, alors que les employés dits « désengagés » sont de 61% en France et 58% en Allemagne. Pouvant aller de la simple démotivation au burn-out, voire pire, l’impact physique et psychologique du mal-être au travail commence à être pris au sérieux. Personne n’oubliera la terrible vague de suicides qui a déferlé sur France Télécom en 2008 et 2009.


Libérer l’organisation du travail


Comment changer la donne ? La réflexion sur une approche alternative de l’organisation de travail, plus respectueuse et valorisante de l’être humain, n’est en réalité pas nouvelle. Dès la 2e moitié du 20e siècle, comme le montre le documentaire Le Bonheur au travail, certains chefs d’entreprise éclairés ont innové et entrepris des restructurations de fond inédites. Ces directeurs l’avaient compris : les êtres humains ont besoin qu’on leur fasse confiance et qu’on leur accorde des responsabilités, qu’on les valorise dans leurs compétences et leur potentiel, et que là réside la clef de leur motivation, de leur bonheur, et par là de la réussite économique de la société. Ils ont tout remis à plat, bouleversé les règles du jeu et... ça a marché ! Aujourd’hui, leurs employés sont plus heureux, fiers de la confiance qu’on leur accorde et de leurs nouvelles compétences, et les entreprises connaissent une meilleure réussite économique.

La réflexion se poursuit aujourd’hui et, au vu du mal-être globalement grandissant en entreprise, prend même de la vitesse. De nouveaux acteurs émergent, telles que les sociétés de « coaching », qui invitent les entreprises à mener une réflexion autour de l'environnement professionnel, des relations humaines sur le lieu de travail, et des problématiques liées au stress individuel ; et proposent des activités originales de détente et de gestion des émotions tels que des ateliers zen ou de l’art thérapie. D’autres, tels que la Fabrique Spinoza, un think-tank économique et politique multi-partisan dont la mission est de redonner au bonheur sa place au cœur de notre société, proposent des réflexions collectives associant chefs d'entreprises, des syndicats et des employés, telles que les Journées internationales du bonheur au travail organisées avec Les Productions Campagne Première et la Gaité Lyrique à Paris mi février 2015.


Transformer soi-même sa réalité


Cependant, si des réflexions et mesures pour faire évoluer l’environnement et l’organisation du travail aident certainement à améliorer le bien-être dans le cadre professionnel, ne pouvons-nous pas nous-mêmes contribuer à notre propre bonheur au travail ?

Toutes les grandes traditions spirituelles du monde s’accordent à le dire : notre vision et notre ressenti de la réalité que nous vivons sont colorés par l’état de notre esprit. Ainsi, ces traditions proposent des outils, tels que la méditation, le yoga, le tai chi, pour nous aider à stabiliser notre esprit, à le rendre plus sage, nous permettant une meilleure clarté sur notre vie et sur les conditions profondes de notre bonheur. Nous transformer nous-mêmes, ne serait-ce pas là une autre clé fondamentale à notre propre bien-être, dans notre travail et dans notre vie en général ?




Découvrir les Journées du bonheur au travail

Plus d’informations sur la Fabrique Spinoza


NOS SUGGESTIONSArticles