Magazine


©
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 12/09/2009

LE LIVRE À LIRE

Manuel clinique des expériences extraordinaires

Stéphane Allix, Paul Bernstein, Evelyn Elsaesser-Valarino, Djohar Si Ahmed, Erik Pigani, Isabelle de Kochko et Olivier Chambon
Dunod - InterEditions
Magazine » Air du temps

Des histoires de fou ?

« C’est une histoire de fou ! ». Ce peut être le premier réflexe que l’on a en entendant le récit d’une expérience inexplicable. Le Manuel clinique s’attaque de front à cette habitude, parfois inconsciente, qui nous enferme dans une vision souvent déformée de ces expériences. Rêves prémonitoires, 6e sens, messages reçus spontanément de personnes décédées, expériences de mort imminente, récit de sortie hors du corps... On le constate, ces expériences ne sont pas nécessairement des événements rares. Alors, s’agit-il d’histoires de fou ?

Cette femme nous écrit pour nous dire qu’elle perçoit ce que les gens autour d’elle pensent : « J'étais en permanence assaillie de "visions" sur leur vie, dès qu'une personne arrivait. Un peu comme un récepteur, je n'arrivais jamais à juguler ce flot d'informations qui ne cessait que lorsque j'étais seule. Un autre court témoignage, choisis parmi de nombreux autres : Vers l’âge de 8 ans, j’ai commencé à voir les personnes qui allaient mourir dans le village où j’habitais. Je les voyais la nuit, pendant mon sommeil et cela continu encore aujourd’hui. J’arrive à ressentir ce que pense une personne, et parfois ce qu’elle a vécu. Et croyez-moi, ce n’est pas simple à vivre. »

Lorsque l’on tente de déterminer si une personne souffre de maladie mentale, deux critères sont en général utilisés : la personne est-elle capable de fonctionner « normalement » ? Peut-elle prendre soin d’elle-même ? De sa famille ? Son comportement semble-t-il « normal » ? Ce deuxième point, la normalité, peut créer une confusion avec le phénomène des expériences extraordinaires. Précisément parce que ces expériences sont considérées comme « extra-ordinaires », c’est-à-dire en dehors de l’ordinaire, les individus qui les vivent ne seront pas spontanément considérés comme normaux.

Le Manuel clinique des expériences extraordinaires propose de répondre à cette question avec méthode, rigueur, et une certaine prise de distance. Le fait que ces expériences ne soient pas considérées comme possibles ne doit pas conduire à voir en elles des symptômes de désordres mentaux. Dans le même temps, une écoute ouverte et respectueuse de la personne ne veut pas dire adhésion sans recul au récit qui est fait. Le deuxième chapitre du Manuel intitulé « psychopathologie » examine cette question : comment dissocier le pathologique du non pathologique, au-delà du récit de l’expérience elle-même. Dans ce Manuel, nous présentons un certain nombre de critères permettant de faire la part des choses entre les expériences qui pourraient survenir sur un terrain pathologique et celles survenant hors de tout désordre mental. Nous y donnons la parole à des professionnels de santé qui ont développé des outils d’évaluation non plus seulement axés sur la "normalité" de l’expérience elle-même. Nous montrons ainsi qu’il est possible de dépasser les jugements superficiels, et de procéder à une évaluation soigneuse, à la fois plus subtile et rigoureuse. Ce faisant, nous sommes amené à découvrir comment ces expériences peuvent être vécues par des gens mentalement sains.

L'INREES vous invite ainsi à découvrir l'ensemble de ce projet le jeudi 1er Octobre lors d'une conférence exceptionnelle. Vous retrouverez certains auteurs, éminents scientifiques, psychothérapeutes, psychanalystes, psychologues ou psychiatres, qui présenteront le fruit de leurs recherches et de leur expérience clinique. Un Manuel clinique pour porter un autre regard sur l’extraordinaire.


NOS SUGGESTIONSArticles