Magazine


© Esmahan Ozkan
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 06/09/2012
  • redigé par INREES INREES
    La rédaction
Magazine » Air du temps

Exprimer ses émotions
pour apaiser ses peurs

Selon une récente étude américaine, plus une personne exprime ses émotions concernant une phobie, une situation stressante ou angoissante, plus elle a de chance de voir ses tensions apaisées et de retrouver son calme. Et plus les mots sont francs, meilleurs sont les résultats !

« La parole apaise la colère », disait Eschyle. Elle pourrait également apaiser les craintes, d'après une étude américaine parue dans la revue Pyschological Science : des phobiques des araignées ont en effet réussi à maîtriser leur peur, simplement en la verbalisant. Et plus les mots étaient francs, plus l'effet était important.
L'équipe du Dr. Katerina Kircanski à l'Université de Californie, Los Angeles a soumis 88 arachnophobes à une véritable épreuve : approcher le plus près possible d'une tarentule vivante dans un bocal ouvert situé en plein air. Après ce test, les chercheurs ont demandé à une partie des sujets de décrire précisément les émotions ressenties au moment de l'expérience (« je suis effrayé par cette horrible araignée », par exemple) et aux autres de relativiser ce moment stressant (« elle est plus petite que moi, elle ne peut pas me faire de mal »).

« Attentif au moment présent »


Une semaine plus tard, un deuxième test a eu lieu. Les sujets qui avaient exprimé leurs émotions sont allés plus près de l'araignée que les autres participants, et leur peur (mesurée par la transpiration au niveau de leurs mains) était la plus faible de tout le groupe. Plus étonnant, les mots les plus négatifs (comme « terrifiant ») ont entraîné les meilleures performances. Les scientifiques ont été réellement impressionnés par ces résultats, obtenus en une seule intervention. « Des effets encore plus importants » pourraient être atteints en multipliant les séances de ce type, envisage Michelle Craske qui a supervisé l'étude.

Contrairement aux méthodes classiques qui visent à minimiser - voire nier - ses craintes, les exprimer franchement permettrait donc de mieux les affronter, conclut la psychologue. Il faudrait même encourager tous les patients anxieux à verbaliser franchement leurs émotions, ajoute Matthew Lieberman, un autre membre de l'équipe. « Être attentif au moment présent et s'autoriser à vivre pleinement toutes ses expériences », c'est le conseil du chercheur pour se libérer de ses frayeurs.

Lire l'article sur Le Figaro.fr


NOS SUGGESTIONSArticles