Magazine


© Jean-Romain Pac
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 23/04/2013
  • illustration de Audrey Mouge Audrey Mouge
    Auteur

LES LIVRES À LIRE

Little Wolf

Laila del Monte
Editions Véga

Les animaux leur chemin vers l'autre monde

Laila del Monte
Editions Véga
Magazine » Enquêtes

Le langage du cœur pour communiquer avec les animaux

Peut-on vraiment communiquer avec les animaux ? C’est ce qu’assure Laila del Monte, ancienne brillante danseuse de flamenco, qui aujourd’hui organise des séminaires de communication animale. Nous y avons participé.

Ce matin-là, nous sommes trente-six participants réunis dans la salle communale de Hesse, un petit village de Moselle, pour assister à un séminaire de deux jours, organisé par Laila del Monte, spécialiste hispano-américaine renommée en communication animale, de passage en France. Un pays qu’elle connaît bien pour y avoir poursuivi ses études universitaires en religions comparées. De son passé de danseuse, la jolie brune a conservé la grâce et une prestance presque féline. Si face à elle, l’auditoire est majoritairement féminin – seulement trois hommes sont présents –, toutes les générations et toutes les catégories sociales sont représentées. Âgés de 18 à 65 ans, ces « étudiants », comme aime à les appeler Laila, exercent des activités professionnelles très variées : éleveur équin, employée de banque, fermière, secrétaire, ostéopathe, chef de projet dans le bâtiment, commerciale, énergéticienne, traductrice, radiesthésiste, retraitée... Certains sont ici pour apprendre à communiquer avec leur propre animal de compagnie, comme Micheline, assistante de recherche en biologie moléculaire venue avec sa petite chienne Eila. D’autres espèrent améliorer leurs compétences professionnelles. C’est le cas d’Angel, éducateur canin venu d’Espagne ou de Patricia, médiatrice animale en milieu carcéral à Strasbourg.

Ces participants ont deux points communs : leur passion pour les animaux, et l’objectif qu’ils visent, acquérir, durant ce week-end d’apprentissage, les rudiments d’une technique élaborée par Laila del Monte permettant de mieux comprendre nos amies les bêtes. Il s’agit notamment de déceler chez elles les causes d’éventuels comportements inhabituels ou de certaines douleurs, et de tenter d’y remédier en essayant d’échanger avec elles « d’esprit à esprit ». Cette méthode, intitulée From Spirit to Spirit (d’esprit à esprit) offrirait en effet la possibilité de se connecter aux animaux par « télépathie » pour percevoir leurs pensées et leurs émotions transmises sous forme d’images, d’odeurs, de sensations physiques ou de ressentis émotionnels.


En quoi tient la communication animale ?


Installés sur des chaises placées devant elle, en demi cercle, nous écoutons dans un silence quasi religieux les premiers mots de notre intervenante, exprimés dans un français presque parfait : « Je vous remercie d’être venus si nombreux. Quand j’ai commencé mes premiers cours en Europe, il y a dix ans, nous étions entre cinq et dix personnes, seulement. Cela signifie qu’aujourd’hui, de plus en plus de gens s’ouvrent à l’idée que les animaux, au même titre que les humains, sont dotés d’une conscience et qu’ils ont eux aussi des pensées et des émotions – l’amour, l’amitié, la joie, le dévouement, l’entraide, la patience, la compassion, la souffrance, la tristesse, la peur, la jalousie, la colère ou l’énervement. Il a été prouvé scientifiquement que le cerveau humain émet et reçoit des fréquences vibratoires qui peuvent être perçues instantanément par d’autres cerveaux humains. De la même manière, les animaux génèrent eux aussi des fréquences vibratoires produites par leurs pensées et leurs émotions que nous pouvons capter, même à distance, et traduire en mots. Quand j’entre en communication avec un animal, mon esprit se projette vers lui. Je perçois alors ce qui se passe à l’intérieur de lui et ce qu’il ressent, comme si j’étais à sa place. Vous allez me demander comment je sais que ce n’est pas le fruit de mon imagination ? D’abord parce que je le sens à l’intérieur de mon cœur et dans toutes mes cellules, ensuite parce que ces informations sont validées par le « gardien » de l’animal. Ici, je vous demanderai d’employer ce mot plutôt que celui de « maître » ou de « propriétaire » car les animaux ne sont pas nos esclaves et ne nous appartiennent pas. »

L'accès à l'intégralité de l'article est réservé aux abonnés de la famille INREES.

OU

NOS SUGGESTIONSArticles