Magazine


©
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 28/01/2013
  • Virginie Gomez
    Auteur

A RETROUVER DANS

Inexploré n°16

L'Amour, une force surnaturelle
Magazine » Entretiens

Mémoires de plusieurs vies

Dans la vie de Charlotte, il y a déjà eu plusieurs vies, toutes plus incroyables les unes que les autres, marquées par sa force vitale dans les épreuves, et toujours plus de place pour l'amour. Rencontre avec une femme hors du commun.

Dans l’amour que Yann avait pour vous, continuait-il d’aimer Virginie, son ex-femme décédée dans un accident, dont on vous a vraisemblablement greffé le cœur ?
Yann pensait que j’avais le cœur de sa femme et il est évident pour moi qu’il n’a jamais dissocié les deux. Il a toujours cherché à retrouver sa femme en m’emmenant dans des endroits où il était allé avec elle, et jusqu’à me dire régulièrement cette phrase : « N’oublie pas de m’aimer », qui avait un rapport avec elle… Et à chaque fois je me disais : « Qu’est-ce que c’est que cette phrase, je l’ai déjà entendue, ça me parle… » Je me mets à sa place, je n’aurais pas pu dissocier, si j’avais eu en face de moi une personne portant le cœur de quelqu’un que j’avais grandement aimé. C’est pour ça que l’histoire à un moment donné doit se finir. On peut aimer les gens pour ce qu’ils représentent ou ce qu’ils nous renvoient, mais l’important est d’être aimé pour soi, et de laisser l’autre libre.

Après votre greffe du cœur, vous avez eu des rêves et des souvenirs qui ne se rapportaient pas à des événements que vous aviez vécus, mais qui étaient liés à l’existence de Virginie, dont vous ignoriez tout. Avec le recul, comment comprenez-vous cela ?
En partie par la mémoire cellulaire. Il y a des témoignages sur des changements de goûts qui troublent beaucoup les gens, et qui existent avec les greffes de rein, de poumon, de coeur. Aux états-Unis, ils en parlent clairement, ce n’est pas un sujet tabou. Pour les cauchemars (un accident de voiture comportant de nombreux éléments des circonstances de la mort de Virginie), je penche aussi pour la mémoire cellulaire. Mais il y a aussi une partie que je n’explique pas.

L'accès à l'intégralité de l'article est réservé aux abonnés de la famille INREES.

OU

NOS SUGGESTIONSArticles