Magazine


© Mirco Magliocca
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 07/07/2014

A RETROUVER DANS

Inexploré n°23

Jouez avec votre esprit
Magazine » Entretiens

Messmer, le pouvoir de l’hypnose

En quelques secondes, Messmer le fascinateur plonge des personnes en état de transe. Quels sont ses secrets ? Et quelles « aventures » vivent ces gens ?

Comment parvenez-vous à induire aussi facilement un état d’hypnose chez les gens ?
Messmer :
Je me sers de plusieurs techniques lors de mes spectacles : l’hypnose, qui est très présente notamment pour les « inductions », mais je joue aussi avec l’énergie pour transformer le champ énergétique de l’être humain. Nous en possédons tous un. J’ai appris à me servir de ce magnétisme animal (comme l’appelait Franz-Anton Mesmer, le « vrai »), à le développer, à l’amplifier, à le diriger vers une autre personne. Sans oublier les techniques de programmation neurolinguistique (PNL), mais aussi de sophrologie dynamique, qui m’aident sur scène à induire cet état second chez la personne.

Comment les gens entrent-ils en état modifié de conscience ?
M. :
Lorsque nous sommes conscients (comme en ce moment, on se parle, on agit ensemble), nous sommes dans un état où nous percevons l’environnement. Il faut savoir qu’à ce moment-là, notre cerveau est sur une fréquence d’environ 21 vibrations par seconde (ondes bêta). Quand nous descendons dans les cycles de sommeil, nous passons à 14 vibrations par seconde (ondes alpha), c’est le niveau du subconscient. Ensuite, nous pouvons aller encore plus loin : à 7 vibrations par seconde, nous sommes au niveau des ondes théta, la troisième phase du sommeil, à la fois lent et profond, juste avant de plonger vers le niveau delta, qui est à moins d’1 vibration par seconde. Avec mes techniques, je m’amuse à faire en sorte que le cerveau de la personne qui est face à moi descende à 14 vibrations par seconde et se retrouve dans un état modifié de conscience. ...

L'accès à l'intégralité de l'article est réservé aux abonnés de la famille INREES.

OU

NOS SUGGESTIONSArticles