Magazine


© Jean-Romain Pac
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 29/04/2014

A RETROUVER DANS

Inexploré n°22

Les mystères de la créativité
Magazine » Entretiens

Michel Jonasz :
Au rythme de l’intuition

Pilier de la scène artistique française, Michel Jonasz s’intéresse depuis l’enfance à l’essence du monde et de l’humanité. Retour sur le parcours et la démarche d’un explorateur du sensible.

Quand avez-vous commencé à vous intéresser à l’extraordinaire ?
Michel Jonasz : À 4 ans, en regardant le ciel. Quoi de plus extraordinaire ? Je me demandais quels étaient cette étendue, ces points lumineux. Je me disais qu’il y avait là quelque chose dont on ne me parlait pas. Cette idée m’a accompagné toute mon enfance, elle a entretenu ma soif de découverte. Couché sur mon lit de petit garçon, les yeux ouverts, je me voyais en train de dévorer les murs. C’était très curieux, cette image avait probablement un sens. J’avais aussi l’intuition que la vie allait me faire de beaux cadeaux. Alors que je n’ai pas été élevé dans une tradition religieuse, que mes parents ne m’ont jamais parlé de Dieu, j’ai très vite eu la foi. Je priais à ma manière, par exemple pour qu’il y ait de la purée et du steak haché à déjeuner. Et c’était le cas ! J’avais la conviction que mes demandes étaient entendues et exaucées.

Où vous ont conduit ces premiers ressentis ?
M. J. : Pour essayer de trouver des réponses concrètes, je me suis plongé dans des livres tels que Le Matin des magiciens, de Louis Pauwels et Jacques Bergier – un classique des années 1960 –, ainsi que d’autres sur la vie après la mort ou la réincarnation. Avec des amis, j’ai passé des nuits à discuter de ce que pouvait être Dieu et participé à des séances de spiritisme qui m’ont fait toucher du doigt des phénomènes étranges. Mais ces derniers ne m’intéressent que dans ce qu’ils révèlent de la nature humaine et de nos capacités d’évolution. En ce sens, la lecture de Sept jours en Inde avec Satprem a été pour moi une révélation.

C’est-à-dire ?
M. J. : Ce livre m’a fait découvrir la pensée du sage indien Sri Aurobindo et de Mère. Quand ils disent que « l’homme est un être de transition », ça me parle. Cela signifie que l’évolution est en marche et que nous n’en sommes pas le sommet. Qu’est-ce que l’homme après l’homme ? Quelle est la prochaine étape ? Comment puis-je, dès aujourd’hui, dans mon propre corps, y participer consciemment ? ...

L'accès à l'intégralité de l'article est réservé aux abonnés de la famille INREES.

OU

NOS SUGGESTIONSArticles