Magazine


© Milan Zeremski
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 02/05/2013
  • Charlotte Valendrey
    Auteur
Magazine » Pratique

Pratiquez l’autohypnose thérapeutique

L’hypnose thérapeutique est un état modifié de la conscience qui se rapproche du sommeil, tout en nous laissant conscient. Charlotte Valandrey l’a apprise pour atteindre seule, facilement, un état de relaxation profonde, qui lui permet dans des moments de vulnérabilité de retrouver sérénité, force et confiance en elle.

Se détendre par le souffle


Pour comprendre et bien pratiquer l’autohypnose, il est essentiel de savoir que, à moins de nous endormir, nous resterons toujours conscients pendant l’hypnose. Le premier pas vers cet état est la relaxation. Allongée, je pose les mains à plat sur mon ventre et j’inspire profondément par le nez. Je ferme les yeux et visualise le flux d’air qui entre en moi, j’imagine sa couleur. Le ventre gonflé au maximum, les poumons remplis, je bloque ma respiration un instant en comptant jusqu’à 3, puis j’expire par la bouche et ainsi de suite. Je reproduis cette respiration une dizaine de fois, en prenant conscience de ma détente progressive. A chaque expiration, mon esprit se vide davantage. Dans ce souffle s’envolent toutes mes pensées, toutes mes émotions, quelles qu’elles soient.


Approfondir la relaxation


A près avoir imaginé l’air qui va et vient en moi, je visualise désormais mon corps tout entier et, les yeux toujours fermés, je parcours lentement ce chemin qui va de ma tête jusqu’à mes pieds. Je demande à mon front, aux muscles autour de mes yeux, à mes joues, à mes mâchoires, mon cou, mes épaules… de se détendre. J’autorise chaque partie de mon corps que je visualise à se détendre. L’énoncé dans ma tête, exhaustif, répétitif, est important car il distrait et berce. Mon corps repose et pèse tout entier sur le lit ou le sol. Chaque centimètre carré de moi se détend, devient plus lourd, plus souple, se laisse totalement aller. Je continue de respirer profondément et lentement...


L'accès à l'intégralité de l'article est réservé aux abonnés de la famille INREES.

OU

NOS SUGGESTIONSArticles