Magazine


© David Ellingsen
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 23/03/2015

A RETROUVER DANS

Inexploré n°24

Demain... tous robots ?

LES LIVRES À LIRE

Le pouvoir du moment présent

Eckhart Tolle
Éditions J'ai Lu

Nouvelle Terre

Eckhart Tolle
Ariane Editions
Magazine » Enquêtes

Eckhart Tolle :
Sur le chemin d’un éveil spirituel

« Le Pouvoir du moment présent » et « Nouvelle Terre » ont fait de lui l’un des enseignants spirituels les plus connus en Occident. Qui est-il ? Comment expliquer son impact ? Récit d’une étrange success-story.

Ancien présentateur sur France 3 de La Carte au trésor et de Faut pas rêver, Sylvain Augier se souvient très bien du jour où une amie lui a mis entre les mains Le Pouvoir du moment présent d’Eckhart Tolle. C’était il y a 5 ans. Le journaliste ne s’était jusque-là jamais intéressé au développement personnel, mais le titre l’attire. L’adhésion est « immédiate », la révélation « incroyable ».

Qu’a-t-il donc découvert ? Que notre mental est en permanence en train de comparer, de juger, de se projeter dans le futur ou de ressasser le passé. Qu’il est possible d’en devenir l’observateur détaché, en s’inscrivant dans le moment présent. « Le passé n’est souvent fait que de chagrins ou de regrets, commente Sylvain Augier. Quant à l’avenir, soit on y projette des pensées idéales et on risque d’être déçu, soit on le voit de manière pessimiste et ça gâche la vie. » Anxieux de nature, dévasté par un grave accident et 2 dépressions, il n’avait jamais pensé « que le moment présent existait ». Le livre d’Eckhart Tolle change sa vision de l’existence, lui apprend à retrouver sérénité et « foi dans la vie ».


La nuit où tout changea


Comme lui, des millions de personnes ont été enthousiasmées par l’ouvrage. Comme lui, elles l’ont lu plusieurs fois ou en parcourent à nouveau des passages. Régulièrement listé comme la personnalité spirituelle la plus populaire aux Etats-Unis, Eckhart Tolle intrigue. L’homme semble volatil, comme si qui il est n’avait pas d’importance. Il fuit les interviews, n’apparaît qu’au gré des conférences qu’il donne dans le monde entier et sur sa propre chaîne de télévision.

Là encore, il surprend, mélange de transparence et de présence. Chemise claire, veste et pantalon beiges, regard doux, tête de lutin : il ne paie pas de mine. Et pourtant… « La grande scène est vide, 3 000 personnes attendent. Arrive un petit homme voûté. Il s’installe tranquillement sur la chaise puis regarde son auditoire. Silence. Rien ne se passe mais déjà, on sent un changement d’atmosphère. Les esprits s’apaisent, les pensées ralentissent », témoigne Jean-Luc Champougny. Cet ingénieur de formation, manager dans un grand groupe pendant 20 ans, l’a plusieurs fois rencontré. « Si le micro se rapproche suffisamment, peut-être que les mots voudront bien sortir », finit par dire Eckhart Tolle. Rires et retour au silence. Puis les mots viennent, à un rythme lent ponctué de pauses régulières. Etonnant. Mais en fin orateur, Tolle embarque son public, le fait « rire de son ego, envisager avec tendresse sa souffrance et même sourire de la mort », poursuit Jean-Luc Champougny. Après avoir salué la salle, il part « sans un autre regard, comme s’il ne s’était rien passé ». Joue-t-il un personnage pour coller à son discours, ou est-il vraiment ainsi dans la vie de tous les jours ? L’histoire commence en Angleterre en 1977. Né en 1948 en Allemagne, Eckhart Tolle se nomme alors Ulrich Leonard Tolle. Diplômé de l’université de Londres, il prépare un doctorat à l’université de Cambridge en littérature et philosophie. La spiritualité ne fait pas partie de sa vie. Tout au plus, il commence à « chercher des réponses », pour faire face au sentiment de dépression et d’anxiété qui lui colle à la peau. « J’avais toujours une raison de m’inquiéter, d’avoir peur de ne pas y arriver, explique-t-il à un magazine australien. Mon esprit ne cessait de créer des pensées génératrices de tristesse. Comme beaucoup de gens, j’étais obsédé par l’image mentale de qui j’étais ou de qui je voulais devenir. »

...

L'accès à l'intégralité de l'article est réservé aux abonnés de la famille INREES.

OU

NOS SUGGESTIONSArticles