.
Abonnement | Boutique        Connectez-vous » | Créer votre compte » | Abonnez-vous »
Lundi 23 Juillet 2012 / Par Stéphane Allix
Partager
Entretien

Seul au bout du monde
avec Sylvain Tesson

Dans un monde en crise, en mutation profonde, le mieux n’est-il pas de partir s’installer en solitaire dans une cabane au bord du lac Baïkal, loin des hommes et de leur tumulte ? Exploration de la fuite avec un écrivain voyageur en mouvement constant, dont le dernier livre a été récompensé par un Prix Médicis.
© Thomas Goisque
Ce désir de tout plaquer pour aller se retrouver seul dans la nature, que vous réveillez chez moi et probablement chez beaucoup de lecteurs, pose la question de la difficulté à vivre en société. La solution résiderait-elle dans le fait de quitter la société et de partir vivre en solitaire ?
La cabane est, en quelque sorte, la résolution radicale de cette contradiction. Je me sens un être profondément contradictoire, ou plus exactement : traversé de contradictions. Avoir à choisir entre le nomadisme et la sédentarité, entre le confort d’une vie agréable, stable, et une vie d’imprévus et d’accidents m'est impossible… Ces paradoxes, assez banals, fondent la nature humaine, le solfège même de la vie. L’envie radicale de coupure, de silence, de solitude, bref la tentation de l’ermite que vous évoquez – qui est un rejet, une fuite – je l’ai eue à un tel point que j’ai voulu un jour en faire l’expérience.
Le fait que ce livre ait été bien accueilli correspond probablement à une vraie tentation, même si elle est profondément enfouie. Nous vivons dans une culture de la ville, de la prévoyance, de la construction, une culture européenne où l’on nous explique que vivre, c’est réaliser son destin, c’est construire, bâtir, fructifier, transmettre un héritage… Ces valeurs-là sont exaltées. À l’inverse, il existe des gens qui professent les valeurs de la jouissance immédiate, du désencombrement, de l’allègement de sa vie ; mais ces valeurs-là, on les laisse à quelques saltimbanques, aux ermites, aux artistes, aux marginaux, bref à des gens que l’on regarde avec le mépris accordé à ceux qui ont décidé de ne laisser aucune trace. Cette tentation a également été enfouie car pour survivre économiquement dans une société moderne très violente, complexe et dure, il faut prévoir, mettre de côté, épargner (surtout avec les tourments économiques que l’on traverse en ce moment). Donc la figure de référence est plutôt celle de l’écureuil – l’animal totem de la Caisse d’épargne. Cette figure-là est plus exaltée que celle du chien de talus, ou du loup, qui consomme ce qu’il a au moment où il l’a, qui s’en trouve en pleine jouissance, qui ne fait aucune provision, même si demain il aura faim, mais peu importe puisqu’il aura joui pendant un moment…
Alors oui, cette tentation de tout envoyer balader demeure. Peut-être que des expériences comme la mienne, montrant que c’est au fond très facile – il suffit de le vouloir, une cabane cela ne coûte pas cher, on se met dans les bois, on s’enferme, et puis on vit selon cette réalité de l’érémitisme – est ce qui a réveillé l’envie chez les gens. C’est ainsi en tout cas que j’analyse le succès un peu bizarre avec lequel a été accueilli ce livre, qui pourtant n’avait rien d’évident...
Cet article est accessible dans son intégralité uniquement aux abonnés.

Vous souhaitez lire l'article complet ? Abonnez-vous et découvrez l'article immédiatement »
Déjà abonné ? Connectez-vous »

L'auteur de l'article

Ecrivain, réalisateur et fondateur de l'INREES

D'autres ont aimé...

Portrait d'un pionnier
L’anthropologue Michael Harner est une figure centrale de...
Air du temps
En Colombie, les indiens Kogis sont chassés de leurs terres...
Livres
La pensée des peuples indigènes semble sans rapport avec...
Portraits
Quand il apprend que son fils est autiste, le journaliste...

Sur le même thème...

3 livres à ne pas manquer »
Frans De Waal
Sommes-nous sur terre, comme on l’affirme si souvent, que pour servir notre propre survie et nos intérêts personnels ?...

Découvrez INEXPLORÉ

Magazine n°25
Disponible le 2 Janvier 2015

Pour seulement 30€/an


5 bonnes raisons de s'abonner »

Entretiens

Dans les traditions chamaniques d’Amazonie et d’Amérique du...
Depuis 1985, Kenneth Ring s'intéresse aux expériences de...

Articles à la une

Vous vous intéressez au chamanisme ? L’INREES avait lancé...
Traits de crayon, traits d'esprit : des artistes et...
L'intuition, loin d'être un simple don, est une capacité...

Vous souhaitez
proposer une info ?


Envoyez votre suggestion à infos @ inrees.com

Vos articles préférés

« Si vous voulez être heureux, soyez-le...
Digérer une émotion qui nous est restée...
Selon plusieurs études, en moyenne 4%...
Devant un guérisseur qui distingue les...
Quelles sont nos capacités de...
Aide

FAQ
Contact

INREES

Ils soutiennent l'INREES...

Qui sommes-nous ?
Découvrir l'INREES
L'extraordinaire ?
Réseau d'écoute
Evènements

Le programme complet
Revivre nos évènements
Magazine

A la une du dernier numéro
Tous les articles

Nous suivre

Facebook
Twitter
Flux RSS
Bientôt...
L'INREES offre aux soignants, à la communauté scientifique, ainsi qu'au grand public la possibilité de porter avec rigueur, méthode et ouverture un regard neuf sur les expériences humaines d'apparence inexplicables, parfois qualifiées de « surnaturelles » ou de « paranormales ».

Copyright © 2007 - 2014 INREES
Tous droits réservés - Mentions légales