Magazine


© Photo : Jean-Romain Pac
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 08/12/2010
  • Ghislaine Ballester
    Auteur
Magazine » Air du temps

Vers une science et une spiritualité universelle ?

Le 24 novembre dernier au Centre Malesherbes, le public découvrait le premier ouvrage de la toute nouvelle collection « Nouvelle Evidences » créée par l'INREES et publié par InterEditions. Le Dr Paul Bernstein, professeur en sciences sociales, présenta ce livre du psychologue américain Charles Tart :
« Le spirituel est-il réel ? ».

Entre la science et la spiritualité, nous dit Charles Tart, la frontière est parfois bien mince... Une nouvelle évidence, refusée depuis des décennies par le monde scientifique. Il faut en effet, nous dit Paul Bernstein, une sacrée dose de créativité à un esprit scientifique pour oser même concevoir de mêler ces deux concepts relégués chacun dans un système de pensée fermé à l'autre. Science et spiritualité se regardent bien en face sans communiquer. Mais si l'on s'en tient à ce schéma restrictif, comment expliquer les résultats d'expériences de précognition, de télépathie, de clairvoyance, de psychokinésie (ou télékinésie) ou encore de guérison psychique ? Charles Tart, qui nomme ces phénomènes « les cinq Grands », estime qu'ils se sont produits suffisamment souvent, avec des preuves non contestables, pour qu'on ne puisse pas parler de hasard. Cela fait en effet près d'un siècle que les scientifiques reproduisent en laboratoire ces expériences extra-sensorielles. Les méthodes employées sont sérieuses, transparentes, fiables et intègrent tout une batterie de précautions pour qu'aucun sentiment humain, désir ou volonté, ne puisse parasiter les résultats... Ce qui serait encore, soit dit en passant, la preuve d'un effet de l'esprit sur la matière.

Plus pragmatiques, les Services de Renseignement ou Services Secrets des grandes nations ont tous utilisés des personnes présentant la faculté de communiquer ou de voir à distance, avec un certain succès resté bien entendu confidentiel. Ce fut particulièrement vrai pendant la Guerre Froide et Paul Bernstein nous raconte comment la CIA a alors mené tout un ensemble d'expériences très intéressantes de télépathie et de clairvoyance afin d'obtenir des informations sur des lieux où il lui était impossible d'envoyer des espions. Il précise avec sourire qu'au contraire du monde scientifique, « les univers politique et économique adoptent très rapidement un système, même quand son fonctionnement est inconnu, pourvu qu'il soit performant ! »

Le Dr Bernstein s'est interrogé sur cette difficulté, pour le monde scientifique, d'accepter ces expériences, de les considérer comme sérieuses et susceptibles d'ouvrir d'autres champs d'investigation scientifique. Les méthodes employées pour ces expériences sont pourtant les mêmes, nous apprend-il, que celles utilisées pour d'autres phénomènes que les chercheurs acceptent sans difficulté. Les résultats sont scientifiquement équivalents, et parfois même supérieurs, à un grand nombre de phénomènes que la science accepte comme ayant été prouvés. Mais la question reste toujours la même : comment expliquer cela ? Avec la même réaction immuable : si je ne peux l'expliquer, je préfère dire que cela n'existe pas ! Cependant, les scientifiques sont d'abord des êtres humains et les diplômes universitaires, aussi prestigieux soient-ils, ne peuvent empêcher nos croyances de conditionner notre façon d'appréhender le monde, transformant parfois l'esprit scientifique en « scientisme » tel que défini par Charles Tart.

Charles Tart va plus loin dans son ouvrage, avec ce qu'il appelle « de nombreux possibles », dans lesquels il inclut les expériences de mort imminente (EMI ou NDE), la médiumnité, les expériences de sorties du corps... qui se rapprochent de ce qu'on peut appeler des expériences spirituelles.Charles Tart a d'ailleurs invité des personnes disant quitter spontanément leur corps durant la nuit, à la Faculté. Au bout d'un certain temps, la personne arrivait à « quitter son corps », se retrouvant au plafond comme il est courant dans ces cas-là, et observant une carte posée à un endroit choisi pour l'expérience : tellement haut dans la pièce qu'il fallait vraiment flotter pour pouvoir la lire ! La carte comportait cinq chiffres. La probabilité qu'elle y parvienne par hasard était d'un sur plusieurs centaines de milliers. Pour les expérience de morts imminentes, de nombreuses personnes décrivent également ce qui s'est passé autour d'eux pendant le temps où ils était cliniquement décédés. Lors d'une étude menée pendant deux ans aux Pays-Bas avec la collaboration de treize pays, ces personnes ont décrit des choses que les chercheurs n'imaginaient même pas : la vison de parents ou de proches décédés, avec ou sans réception de message de leur part...

« Après ce genre d'expérience, les personnes changent radicalement » nous dit Paul Bernstein, « et souvent pour leur plus grand bien ». Leur sens de l'éthique change, elles sont moins attachées aux biens matériels, elles éprouvent plus de compassion pour les autres puisqu'elles se sentent totalement connectées, avec elles, à un Tout. « Leur comportement devient alors spirituel, tel qu'on peut le voir décrit dans les traditions anciennes. »

Mais si l'homme est doué de spiritualité, qu'est-ce que cela signifie ? Pour Charles Tart, la spiritualité c'est voir un univers qui a du sens, qui n'est pas juste aléatoire. Le fait d'imaginer plus que les faits change notre attitude envers la vie et envers les autres. Pour investiguer ces situations, le scientifique doit faire preuve d'une certaine créativité et d'ouverture afin de créer de nouveaux protocoles expérimentaux. Car pour passer du non matériel au spirituel, il nous faut changer de langage.

La Science est en train d'apprendre comment être plus à l'aise avec ces sujets. Le mur qui séparait science et spiritualité s'effondre, l'habitude que nous avons de les opposer s'effrite. Charles Tart affirme que lorsque science et spiritualité deviendront plus humbles et plus universelles, il n'y aura plus de conflit entre elles. c'est ce que nous avons à apprendre, individuellement et collectivement.


NOS SUGGESTIONSArticles