Magazine


© BPK, Berlin, Dist RMN - Jörg P. Anders / Lucas Cranach, 1533.
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 18/01/2017
  • redigé par INREES INREES
    La rédaction

LE LIVRE À LIRE

La voix de la connaissance

Don Miguel Ruiz
Éditions J'ai Lu
Magazine » Bonnes feuilles

Adam et Eve
selon Don Miguel Ruiz

Après son best-seller Les quatre accords toltèques, Don Miguel Ruiz nous montre comment renouer avec notre foi en la vérité et revenir à notre sens commun. Il laisse ainsi entrevoir une réalité - celle que nous percevions quand nous avions un ou
deux ans - de vérité, d'amour et de joie. Extrait.

L'histoire d'Adam et Ève est une belle légende dont presque tout le monde a entendu parler. C’est l'une de mes histoires préférées, parce qu'elle explique symboliquement ce que je vais essayer d'expliquer. L'histoire d’Adam et Ève est fondée sur une vérité absolue, mais je ne l'avais pas comprise quand j'étais enfant. C’est l'un des plus grands enseignements qui ont jamais été dispensés, mais je crois que la plupart des gens ne le comprennent pas vraiment. Je vais vous raconter cette histoire selon un point de vue différent, peut-être du même point de vue que celui qui l'a créée. C'est votre histoire et la mienne. Il s'agit de nous. Elle concerne toute l'humanité parce que, comme vous le savez, l'humanité n'est qu'un seul être vivant: homme, femme — nous sommes seulement un. Dans cette histoire, nous nous appelons Adam et Ève, et nous sommes les humains originels.
L'histoire commence quand nous sommes dans un état d'innocence, avant de fermer nos yeux spirituels, c'est-à-dire il y a des milliers d'années. Nous vivions au Paradis, au Jardin d'Eden, qui était un jardin sur terre. Le paradis existe quand nos yeux spirituels sont ouverts. C’est un endroit de paix et de joie, de liberté et d'amour éternel.
Pour nous — Adam et Ève — tout n'était qu'amour. Nous nous aimions et nous respections mutuellement, et nous vivions en harmonie parfaite avec toute la création. Notre relation avec Dieu, notre Créateur, était une parfaite communion d'amour, ce qui signifie que nous communiions avec Dieu tout le temps, et que Dieu communiait avec nous. Il était inconcevable d'avoir peur de Dieu, celui qui nous avait créés. Notre Créateur était un Dieu d’amour et de justice, et nous mettions notre foi et notre confiance en Dieu. Dieu nous donnait une liberté complète, et nous utilisions notre libre volonté pour aimer toute la création, et en jouir.
La vie était belle au Paradis. Les humains originels voyaient toute chose avec les yeux de la vérité, comme elles sont, et nous l’aimions. C’est ainsi que nous étions, et il n'y avait pas d'effort à faire. Eh bien! La légende dit que, au milieu du Paradis, se dressaient deux arbres. L'un était l’Arbre de Vie, qui donnait vie à toute chose dans l'existence, et l’autre était l'Arbre de Mort, plus connu sous le nom d'Arbre de la Connaissance. L’Arbre de la Connaissance était un bel arbre avec des fruits juteux. Très tentants. Et Dieu nous dit: « ne vous approchez pas de l’Arbre de la Connaissance. Si vous mangez le fruit de cet arbre, vous risquez de mourir. »
Naturellement, pas de problème. Mais par nature, nous aimons explorer, et nous sommes allés bien sûr rendre visite à l'arbre. Si vous vous rappelez l'histoire, vous pouvez déjà deviner l'identité de l'hôte de cet arbre. L'Arbre de la Connaissance était la demeure d’un gros serpent très venimeux. Le serpent est un autre symbole de ce que les Toltèques appellent le Parasite, et vous pouvez imaginer pourquoi.
L'histoire dit que le serpent qui vivait dans l'Arbre de la Connaissance était un ange déchu, qui avait été le plus beau. Comme vous le savez, un ange est un messager de Dieu — qui délivre un message de vérité et d’amour. Mais pour on n’en sait quelle raison, cet ange déchu n'annonça plus la vérité, ce qui signifie qu'il délivra un message de fausseté. Le message de l'ange déchu était la peur, au lieu de l'amour; c’était un mensonge, au lieu d'une vérité. En fait, l'histoire appelle l'ange déchu Prince du Mensonge, ce qui signifie qu'il était un menteur éternel. Toute parole sortant de sa bouche était un mensonge.
Selon l'histoire, le Prince des Mensonges vivait dans l'Arbre de la Connaissance, et le fruit de cet arbre, qui était connaissance, fut contaminé par les mensonges. Nous nous sommes rendus à cet arbre, et nous avons eu la conversation la plus incroyable avec le Prince du Mensonge. Nous étions innocents. Nous ne savions pas. Nous croyions tout le monde. Et il y eut le Prince du Mensonge, le premier conteur, un type très malin. Maintenant, l'histoire devient un peu plus intéressante, parce que ce serpent avait forgé toute une histoire.
Cet ange déchu parla et parla et parla, et nous écoutâmes, écoutâmes, écoutâmes. Comme vous le savez, les enfants adorent écouter les histoires que leur content leurs grands-parents. Nous apprenons, et c’est très séduisant; nous voulons en savoir plus. Mais là, c'était le Prince du Mensonge qui parlait. Aucun doute à ce sujet — il mentait, et nous fûmes séduits par ses mensonges.
Nous avons cru l'histoire de l'ange déchu, et cela été une terrible erreur. C’est ce que signifie manger le fruit de l’Arbre de la Connaissance. Nous avons accepté son histoire, nous avons cru que ses paroles étaient véridiques. Nous avons cru les mensonges; nous leur avons accordé foi. Quand nous avons mordu dans la pomme, nous avons mangé les mensonges qui venaient avec la connaissance. Qu'arrive-t-il quand nous mangeons un mensonge? Nous le croyons, et boum ! Le mental est un sol très fertile pour les concepts, les idées et les opinions. Si quelqu'un nous dit un mensonge et que nous le croyons, ce mensonge prend racine dans notre mental. Là, il peut devenir grand et fort, juste comme un arbre. Un petit mensonge peut être très contagieux, répandant ses graines de personne à personne, quand nous le partageons avec d’autres gens. Bon, les mensonges sont entrés dans notre mental, et ils ont reproduit tout un Arbre de la Connaissance à l’intérieur de notre tête, qui est tout ce que nous connaissons. Mais qu’est-ce que nous connaissons? Rien que des mensonges.
L’Arbre de la Connaissance est un symbole puissant. La légende dit que quiconque en mange les fruits, aura la connaissance du bien et du mal; il connaîtra la différence entre ce qui est juste et ce qui est faux, ce qui est beau et ce qui est laid. Il rassemblera toute cette connaissance, et commencera à juger. Bien, c'est ce qui est arrivé dans notre tête. Et le symbolisme de la pomme est que chaque concept, chaque mensonge, est comme un fruit pourvu d'un noyau. Quand nous la mettons dans un sol fertile, la graine crée un autre arbre. Cet arbre produit d’autres fruits, et par les fruits, nous connaissons l’arbre.
Maintenant, chacun d'entre nous a son propre Arbre de la Connaissance, qui est notre système de croyance personnel. L’Arbre de la Connaissance est la structure de tout ce à quoi l’on croit. Chaque concept, chaque opinion, forme une petite branche de cet arbre, jusqu'à ce que nous aboutissions à l’Arbre de la Connaissance tout entier.
Dès que l’Arbre est vivant dans notre mental, nous entendons un ange déchu parler très fort. Le même ange déchu, le Prince du Mensonge, vit dans notre mental. D’un point de vue toltèque, un Parasite vivait dans le fruit ; nous avons mangé le fruit, et le Parasite est venu en nous. Maintenant, le Parasite vit notre vie. Le conteur, le Parasite, est né à l'intérieur de notre tête, et il continue d'y vivre, parce que nous l'alimentons de notre foi.
L'histoire d'Adam et d’Ève explique comment l'humanité est tombée du rêve céleste dans le rêve infernal ; elle nous dit comment nous en sommes arrivés à être de la manière dont nous sommes à présent. L'histoire dit que nous avons juste mordu une fois dans la pomme, mais ce n'est pas vrai. Je pense que nous avons mangé tous les fruits de cet arbre, et que nous sommes tombés malades d'être si pleins de mensonges et de poison émotionnel. Les humains ont mangé chaque concept, chaque opinion, et chaque histoire que le menteur nous a contés, bien que ce ne fût pas la vérité.
À ce moment-là, notre œil spirituel s'est fermé et nous n’avons plus été capables de voir le monde avec les yeux de la vérité. Nous avons commencé à percevoir le monde d'une façon complètement différente, et chaque chose a changé pour nous.
Avec l'Arbre de la Connaissance dans notre tête, nous n'avons pu percevoir que la connaissance, nous avons pu percevoir seulement les mensonges. Nous n’avons plus vécu au paradis, parce que les mensonges n’y ont pas leur place. C’est ainsi que les humains ont perdu le Paradis. Nous rêvons des mensonges. Nous créons le drame complet de l’humanité, individuellement et collectivement, fondé sur des mensonges. Avant que les humains ne mangent les fruits de l'Arbre de la Connaissance, nous vivions dans la vérité. Nous ne disions que la Vérité. Nous vivions dans l'amour, sans aucune peur. Après que nous eûmes mangé le fruit, nous avons ressenti culpabilité et honte. Nous avons estimé que nous n'étions pas assez bons, et, bien sûr, nous avons jugé les autres de la même façon. Avec le jugement sont venus la polarité, la séparation et le besoin de punir et d’être puni. Pour la première fois, nous n’avons pas été gentils les uns avec les autres ; nous n’avons plus respecté et aimé la création de Dieu. Nous avons commencé à souffrir et à nous blâmer, à faire des reproches aux autres gens, et même à Dieu. Nous n'avons plus cru que Dieu était aimant et juste; nous avons cru que Dieu voulait nous punir et nous blesser.
C'était un mensonge. Ce n'était pas vrai, mais nous le croyions, et nous nous sommes séparés de Dieu. Il est maintenant facile de comprendre ce que l'on entend par péché originel. Le péché originel n’est pas l'acte sexuel. Non, c’est encore un mensonge.
Le péché originel, c’est de croire les mensonges proférés par le serpent de l'arbre, l’ange déchu. Le sens du mot péché est « aller contre ». Tout ce que nous disons, tout ce que nous faisons contre nous-mêmes, est un péché. Pécher n’a rien à voir avec le reproche, la condamnation morale. Pécher, c'est croire aux mensonges, et utiliser ces mensonges contre nous-mêmes. De ce premier péché, de ce mensonge originel, tous nos autres péchés sont nés.
Combien de mensonges entendons-nous dans notre tête ? Qui juge, qui parle, qui possède toutes ces opinions ? Si vous n’aimez pas, c'est parce que cette voie ne vous laisse pas aimer. Si vous ne profitez pas de votre vie, c‘est parce que cette voix ne vous le permet pas. Et ce n'est pas que cela — le menteur dans notre tête a besoin d’exprimer tous ces mensonges, de raconter son histoire. Nous partageons les fruits de notre Arbre avec les autres, et parce que les autres ont en eux le même genre de menteur, nos mensonges conjugués deviennent plus puissants. Maintenant, nous pouvons haïr plus. Maintenant, nous pouvons blesser plus. Maintenant, nous pouvons défendre nos mensonges et les suivre fanatiquement. Les humains se détruisent même au nom de ces mensonges. Qui vit notre vie ? Qui fait nos choix ? Je pense que la réponse est évidente. Maintenant, nous savons ce qui se passe dans notre tête. Le conteur est là; il y a cette voix dans notre tête. Cette voix parle et parle et parle, et nous écoutons, écoutons, et croyons chaque parole.
Cette voix ne cesse jamais de juger. Elle juge tout ce que nous faisons, tout ce que nous ne faisons pas, tout ce que nous sentons, tout ce que nous ne sentons pas, tout ce que font les autres. Elle bavarde constamment dans notre tête, et que sort-il de cette voix? Des mensonges, rien que des mensonges. Ces mensonges accrochent notre attention, et tout ce que nous pouvons voir, n'est que mensonges. C’est la raison pour laquelle nous ne voyons pas la réalité du ciel qui existe en cet endroit même, en ce moment même. Le ciel nous appartient parce que nous sommes les enfants du ciel. La voix dans notre tête ne nous appartient pas. Quand nous naissons, nous n’avons pas cette voix. La voix dans notre tête vient après notre apprentissage — d‘abord du langage, puis des différents points de vue, puis de tous les jugements et mensonges. Quand nous apprenons d’abord à parler, nous ne disons que la vérité. Mais petit à petit, tout l'Arbre de la Connaissance est programmé dans notre tête, et le gros menteur finit par s'emparer du rêve de notre vie. Vous voyez, au moment où nous nous sommes séparés de Dieu, nous avons commencé à le chercher.
Pour la première fois, nous nous sommes mis à la recherche de l’amour que nous croyions ne pas posséder. Nous sommes partis à la recherche de la justice, de la beauté, de la Vérité. La quête a commencé il y a des milliers d’années, et les humains sont toujours à la recherche du paradis qu‘ils ont perdu. Nous recherchons la façon dont nous étions avant de croire aux mensonges: authentiques, véridiques, aimants, joyeux. La vérité est que nous cherchons notre Soi. Vous savez, c’est vrai que Dieu nous a dit : si vous mangez les fruits de l'Arbre de la Vérité, vous risquez de mourir. Nous l’avons mangé, et nous sommes morts. Nous sommes morts, parce que notre vie authentique n’est plus là. Celui qui vit notre vie, c'est le grand menteur, le Prince du Mensonge, cette voix dans notre tête. Vous pouvez l'appeler pensée. Je l'appelle la voix de la connaissance.


POINTS À MÉDITER


- Le mental est un terrain fertile pour les concepts, idées, et opinions. Si quelqu'un nous dit un mensonge et que nous le croyons, ce mensonge prend racine dans notre mental et peut devenir grand et fort, comme un arbre. Un petit mensonge peut être très contagieux, répandant ses graines de personne à personne, quand nous le partageons avec d'autres gens.

- La connaissance entre dans notre mental et reproduit une structure à l'intérieur de notre tête, qui est tout ce que nous connaissons. Avec toute cette connaissance dans notre tête, nous ne percevons que ce que nous croyons, nous ne percevons que notre propre connaissance. Et qu'est-ce que nous connaissons ? Juste des mensonges.

- Une fois que l'Arbre de la Connaissance est vivant dans notre mental, nous entendons l'ange déchu parler très fort. Cette voix juge sans cesse. Elle nous dit ce qui est juste, ce qui est faux, ce qui est beau, ce qui est laid. Le conteur est né à l'intérieur de notre tête, et vit à l’intérieur de notre tête, parce que nous le nourrissons de notre foi. Le ciel existe quand nos yeux spirituels sont ouverts, quand nous percevons le monde avec les yeux de la Vérité. Une fois que les mensonges ont accroché notre attention, nos yeux spirituels sont fermés. Nous tombons du rêve céleste, et nous commençons à vivre le rêve de l’enfer.

- Le ciel nous appartient parce que nous sommes les enfants du ciel. La voix dans notre tête ne nous appartient pas. Quand nous naissons, nous n'avons pas cette voix. Penser vient après apprendre — d'abord le langage, puis différents points de vue, puis tous les jugements et les mensonges. La voix de la connaissance vient à mesure que nous accumulons de la connaissance.

- Avant de manger les mensonges qui viennent avec la connaissance, nous vivons dans la vérité. Nous ne disons que la vérité. Nous vivons dans l'amour sans aucune peur. Une fois que nous avons la connaissance, nous estimons que nous ne sommes pas assez bons; nous ressentons culpabilité, honte, et besoin d'être punis. Nous commençons à rêver des mensonges, et nous nous séparons de Dieu.

- Au moment où nous nous séparons de Dieu, nous commençons à chercher Dieu, l'amour dont nous croyons être dépourvus. Les humains sont continuellement à la recherche de la justice, de la beauté, de la vérité — de la façon dont nous étions avant de croire aux mensonges. Nous sommes à la recherche de notre soi authentique.


NOS SUGGESTIONSArticles