Magazine


© Olivier Seignette
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 26/09/2016

A RETROUVER DANS

Inexploré n°32

Coopérer, en route vers demain
Magazine » Entretiens

"Je suis revenue
guérie de la mort"

Son histoire de guérison spectaculaire d’un cancer à la suite d’une expérience de mort imminente a fait le tour du monde. Anita Moorjani inspire aujourd’hui des centaines de milliers de personnes avec un discours qui invite à s’aimer soi-même, à se chérir pour se guérir, sans chercher à vivre une autre vie que la sienne.

Le 2 février 2006, Anita Moorjani sombre dans le coma. Le lymphome de Hodgkin contre lequel elle se bat depuis quatre ans semble avoir gagné la partie. Les médecins du Hong Kong Sanatorium and Hospital où elle est transportée en urgence sont convaincus qu’il ne lui reste que quelques heures à vivre. Anita quitte son corps… mais elle perçoit tout ce qui se passe et se dit autour d’elle, ou même à distance. Elle ressent l’inquiétude des docteurs, ainsi que la douleur de son mari et de sa mère. Elle est consciente de chaque détail quand l’équipe médicale la transporte dans l’unité de soins intensifs. Elle se sent ensuite envahie d’un amour sans bornes, puis voit son frère dans un avion alors que celui-ci se trouve en effet sur un vol pour Hong Kong, prévenu le matin même de l’état gravissime de sa sœur. Anita vit une expérience de mort imminente (EMI) profonde et intense, avec la sensation de se « dilater » et de s’éloigner un peu plus de son environnement physique à chaque fois qu’elle s’attache à une scène en particulier. Elle va retrouver son père et sa meilleure amie, tous deux décédés quelques mois plus tôt. De grandes révélations lui apparaissent, sur le sens de la vie, l’unité de toute chose et les causes mêmes de son cancer. Pourquoi s’est-elle tant dévalorisée jusqu’alors ? Pourquoi a-t-elle toujours recherché l’approbation des autres plutôt que d’exprimer librement son intelligence et sa créativité ? Anita comprend que Dieu, Krishna, le paradis, le nirvana, tous ces concepts religieux, sont un « état d’être » et non une personne ou un lieu.

D’origine indienne et de culture hindoue mais ayant grandi à Hong Kong et fréquenté une école britannique chrétienne, Anita est bien placée pour connaître la dimension culturelle et relative des religions. Toutes ces notions n’ont alors plus d’importance, et elle comprend également que son cancer n’est ni une punition ni le fruit d’un mauvais karma, mais très certainement la conséquence d’un manque d’amour pour elle-même.
Elle comprend surtout que si elle décide de revenir dans ce corps tant abîmé par la maladie, celui-ci guérira… C’est effectivement ce qui se produira en quelques semaines [voir encadré]. Il faudra qu’elle produise les pièces de son dossier médical pour qu’on la croie et que son histoire fasse le tour du monde, notamment grâce à l’appui du Dr Wayne Dyer, figure du développement personnel aux États- Unis. Anita Moorjani a raconté son expérience et ses ...

L'accès à l'intégralité de l'article est réservé aux abonnés de la famille INREES.

OU

NOS SUGGESTIONSArticles