Magazine


© Adam Scourfield
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 22/12/2015

A RETROUVER DANS

Inexploré n°29

Esprit es-tu là ? Quand l'invisible nous guide

LES LIVRES À LIRE

Des yeux pour entendre

Oliver Sacks
Éditions Points

L'oeil de l'esprit

Oliver Sacks
Éditions du Seuil - Librairie La Martinière
Magazine » Enquêtes

Le cerveau et ses folies

Le neurologue britannique Oliver Sacks
s’est éteint fin août à l’âge de 82 ans.
Ses livres ont élargi le regard sur la normalité et la santé mentale.
Hommage à un amoureux de la nature humaine
qui mit l’être au cœur du soin.

C’est l’histoire d’un musicien doté de l’étonnante particularité de ne pas reconnaître les visages. Incapable d’identifier une personne, sauf en s’accrochant à sa voix ou à des repères évidents, il pouvait en revanche s’adresser à des poignées de porte et s’étonner qu’elles ne lui répondent pas. Hormis ce détail, l’homme allait bien. Ses facultés musicales, notamment, étaient intactes. Que lui arrivait-il ? Tel est l’un des cas rapportés par Oliver Sacks dans L’Homme qui prenait sa femme pour un chapeau. Au fil de ses recherches, le neurologue s’aperçut que si la déficience des zones visuelles cérébrales de son patient le privait d’images intérieures, il compensait par le chant, qui rythmait chacune de ses tâches quotidiennes. « Très tôt, j’ai compris que le monde visuel n’est perceptible qu’à travers le bon vouloir du cerveau, livrait-il en janvier 2015 au micro de Laure Adler, sur France Culture. Et que si une partie de celui-ci est mis K.-O., un pan de la réalité disparaît. » Mais qu’est-ce donc que la réalité ? ...

L'accès à l'intégralité de l'article est réservé aux abonnés de la famille INREES.

OU

NOS SUGGESTIONSArticles