Magazine


© DR
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 15/10/2013

LE LIVRE À LIRE

Nager hors de l'eau

Catherine Garceau
Dauphin Blanc
Magazine » Témoignages

Une championne olympique
sauvée par la foi…

Et si se retrouver en grand danger était une occasion de se transcender ? Dans son livre « Nager hors de l’eau », la championne olympique Catherine Garceau raconte comment, piégée dans une crevasse au cours d’une randonnée, elle a rencontré la foi et s’est sentie renaître.

Avant de quitter Las Vegas et une vie d’athlète de haut niveau pour de nouvelles aventures professionnelles, Catherine Garceau, médaillée de bronze en natation synchronisée aux Jeux Olympiques de Sydney en 2000, souhaite se rendre une dernière fois dans les montagnes rocheuses du parc national du Red Rock Canyon, situé à une vingtaine de kilomètres de la ville. Cette sportive souhaite se ressourcer en grimpant le sommet de Turlehead Peak. Satisfaite du moment d’intériorisation vécu au sommet, elle décide de redescendre. La pente est extrêmement raide, et la randonnée prend rapidement une tournure cauchemardesque. Ne reconnaissant pas le chemin emprunté à l’aller, Catherine se glisse sur une autre paroi, et se retrouve dans une crevasse. En observant autour d’elle, la terreur la gagne. Elle est face à une falaise… La seule possibilité pour elle de s’en sortir est de revenir sur ses pas, en escaladant une paroi de quinze mètres de hauteur offrant une pente négative. Partie sans eau ni nourriture, Catherine se sent prise au piège et prend conscience du danger de sa situation.


Face à un mur…


Catherine appelle désespérément à l’aide, en vain… Elle essaie d’escalader ce mur, mais le stress lui fait perdre ses moyens. Elle panique et renonce. Pour tenir le coup, Catherine le sait, il lui faut retrouver calme et confiance. Depuis plusieurs années, en proie à des troubles alimentaires et à des épisodes dépressifs, Catherine s’est documentée sur les questions liées à la santé, au développement personnel et à la spiritualité. Elle décide donc de tirer parti de cette expérience : « Je me suis ouverte au moment, et me suis demandée pourquoi j’avais attiré cette situation et ce que je devais en comprendre. Cela m’a apporté de la paix et m’a donné de l’espoir, même si je ne savais absolument pas ce qui allait arriver après. »
Seule, coincée face à cette immense paroi rocheuse, Catherine réalise que la situation dans laquelle elle se trouve est comme un miroir reflétant l’isolement auquel elle est confrontée dans sa vie, ainsi que les impasses qui se dressent sans cesse devant elle. Elle comprend que l’enjeu de se tirer de ce piège est bien plus important encore que l’exploit physique en lui-même : « Je savais que ce mur n’était pas mon plus grand obstacle ; c’étaient plutôt mes doutes et mes peurs qui m’arrêtaient. » Munie de son journal intime et d’un carnet de prières, la jeune femme passe la journée à faire le point sur sa vie et à prier.


Une épreuve initiatique


La tombée de la nuit est une nouvelle épreuve pour Catherine. Sa confiance diminue avec le coucher du soleil. Réussira-t-elle à trouver le sommeil ? Comment va-t-elle supporter la soif et la faim ? Son esprit s’embrouille. Saisie de désespoir, elle décide de s’en remettre à bien plus grand qu’elle : « Dieu, si tu es réellement là, aide-moi à voir et à saisir le but de tout cela, y compris les raisons de cette profonde tristesse qui m’habite et de mes troubles alimentaires. »
Après quelques profondes respirations pour faire le vide, Catherine entend une voix : « Tu dois simplement croire en tes visions. Toutes tes expériences, que tu considères aujourd’hui négatives, seront plus faciles à vivre lorsque tu auras appris à accepter le but de ta vie et à t’y engager à fond. » Pour Catherine, il ne s’agit pas d’une petite voix intérieure, mais « d’une conversation avec Dieu », qui se poursuit : « Lorsque tu auras véritablement expérimenté et développé la foi, tu pourras écrire et enseigner en toute confiance. » Catherine est stupéfaite : ce message vient appuyer ce qu’elle a pris l’habitude de se répéter lorsqu’elle songe à ses projets : « Aie une foi inébranlable ». Elle comprend que cette foi est la clé qui lui permettra de se sortir de ce mauvais pas, mais également de s’engager plus positivement dans sa vie.
La nuit tombe. Catherine sent au plus profond d’elle-même que la situation vécue est en fait une épreuve initiatique : « J’avais le sentiment de vivre une épreuve absolument nécessaire, testant ma foi. » Catherine découvre « ce sentiment, tout nouveau, de se savoir reliée et soutenue par plus grand que soi ». Ainsi, même si elle se sait dans une situation très délicate, la jeune femme porte un regard différent sur cette mésaventure. Nourrie par ces messages, elle aperçoit le sens des difficultés et des obstacles présents sur son chemin de vie.


Inondée de grâce


Au lever du jour, Catherine le sait, elle doit absolument réussir à escalader cette paroi si elle veut rester en vie. Se sentant impuissante, elle décide à nouveau de s’en remettre à l’au-delà. Elle commence à lire à voix haute les prières avec « la ferme intention de capter toute forme d’aide. » A la fin de la première prière, elle sent une énergie s’emparer d’elle. « Chaque mot prononcé prenait vie. Mes mains tremblaient sous la pulsion de l’énergie grandissante. La grâce venait m’habiter par vagues et ma voix, reflétant cet état béni, créait un véritable chef d’œuvre dans le récit de ces prières. (…) Je me tenais debout, tremblante et en pleurs, laissant le pouvoir de cette invocation m’habiter pleinement. » Puis elle perçoit comme une force la guider. Elle se sent prête à affronter et à escalader cette immense paroi. Les questions, les hésitations et la peur sont absentes : « C’était tout simplement magique, transcendant, plus grand et plus vaste que moi, jamais je n’avais ressenti chose pareille…c’était la grâce de la vie ! (…) J’étais comme une marionnette accrochée à des ficelles venues du ciel, des ficelles sur lesquelles on tirait pour me faire progresser, pas à pas. » Avec agilité et sans effort, Catherine atteint finalement le sommet de ce mur dans un état de transe. Elle a du mal à réaliser et est remplie de gratitude, n’hésitant pas à crier « Merci ! » à plusieurs reprises.

Le fait d’avoir expérimenté la foi au plus profond de son corps a définitivement changé la façon de voir la vie de Catherine. Portant toujours en elle cette « foi inébranlable » qui lui a permis de lâcher ses doutes et ses peurs, Catherine sait qu’elle peut désormais avoir confiance en elle, en la vie et en ses projets, afin d’aller de l’avant. Avec cette nouvelle force en elle, Catherine s’est lancée dans son nouveau projet de vie consistant entre autres, à proposer des conseils en alimentation en prenant en compte les dimensions physique, mentale, émotionnelle et spirituelle de l’être humain.


NOS SUGGESTIONSArticles