Magazine


© Désirée Delgado
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 16/03/2015
Magazine » Enquêtes

Être mentaliste,
c’est quoi au juste ?

Le mentalisme : on en parle, on en rêve... mais en quoi cette capacité inhabituelle tient-elle concrètement ? S'agit il d'une forme de manipulation ou de mystérieux pouvoirs ? Enquête sur les secrets de cette discipline.

Nous sommes nombreux à avoir vu ou entendu parler de la série « Le Mentaliste » avec le sémillant Simon Baker, alias Patrick Jane. Notre héros, ex prestidigitateur, met ses exceptionnels dons de mémorisation et d’observation au service du CBI (California Bureau of Investigation). Malheureusement, nous sommes déçus : rien de réellement extrasensoriel dans cette histoire, même pas les séances d’hypnose.
De fait, pour la plupart, les mentalistes nient posséder des « super-pouvoirs ». Tout au plus certains avouent être « un peu différents ». C’est le cas de Fabien Olicard, l’étoile montante du mentalisme parisien, qui reconnaît posséder une mémoire photographique depuis son plus jeune âge, ce qui lui permet notamment de faire des « super calculs » mathématiques sur scène pour impressionner son public.
Pascal de Clermont, un autre mentaliste français qui a donné quelques temps lui aussi dans le mentalisme de Music-Hall, assure en revanche posséder des dons depuis son enfance et être capable de nous amener à développer nos propres capacités psychiques. Tel est pour lui le véritable sens du mot « mentalisme », avant qu’il ne soit assimilé à partir de 1909 à du simple divertissement. Il semblerait selon lui que la confusion ait été entretenue petit à petit, à seule fin commerciale, par les prestidigitateurs de l'époque.
Simon Baker lui-même a avoué à Frédérick Rapilly dans le livre « Le mentalist de À à Z » qu’à force de jouer au mentaliste, il commençait à développer certaines compétences psychiques ! Il s’agit d’un phénomène bien connu en parapsychologie : on commence par « faire semblant » de « jouer au paranormal » et puis un jour, ça marche (voir l’expérience de Batcheldor, K.J.) ! C’est ce qui est arrivé au PDG de la Compagnie générale d’Electricité (aujourd’hui Alcatel-Lucent), feu Ambroise Roux, qui faisait tourner les tables « pour rire » jusqu’au moment où cela a vraiment marché… Ce qui l’a décidé à créer un laboratoire de recherche pour démontrer scientifiquement l'expérience de la psychokinèse, puis à publier en 1986, après trois ans de travaux, un ouvrage intitulé Science et pouvoirs psychiques de l'homme .


Capter des informations sans utiliser nos sens habituels


Pour Pascal de Clermont, qui propose des formations au mentalisme, la première étape à franchir pour développer ses perceptions extra-sensorielles est de s’entraîner à capter des informations sans l’usage des cinq sens habituels. Le principe est simple : par groupes de deux, les yeux fermés, on inspire l’expiration de son partenaire de travail, qui envoie une information en visant l’espace entre nos deux yeux ; on bloque sa respiration pour explorer les ressentis et les informations, puis on expire, et ainsi de suite. Pour débuter, Pascal de Clermont propose de commencer par émettre des formes simples, comme les symboles des cartes de Zener - rond, croix, carré, etc. Ensuite, il invite à poursuivre l’exercice avec une information un peu plus complexe, comme une émotion. Pour la faire « passer », on lui associe des images et des représentations pluri-sensorielles. Par exemple, si l’émotion à envoyer est la joie, on peut lui associer l’image d’un soleil, sa chaleur sur notre peau, des rires d’enfants, des bras maternels, etc.


Développer nos perceptions hyper – et extra – sensorielles


Afin d’augmenter l’acuité de nos cinq sens, pour pouvoir mieux les exploiter, Pascal de Clermont propose d’autres exercices, qui permettent de développer nos perceptions hyper-sensorielles (PHS) et extrasensorielles (PES). Les PHS regroupent l’hyper-perception et l’hyper-cognitif (hypnose, hyper-mémorisation…). Les PES, quant à elles, relèvent de l’extra-sensoriel - c’est-à-dire de ce qui échappe à nos cinq sens, comme la télépathie, - et transcendent l’espace et le temps ; il s’agit par exemple de la voyance des choses passées, présentes ou à venir.

« Depuis Einstein, nous avons compris que temps et espace sont reliés par une constante ; ce sont deux phénomènes corollaires et interdépendants. Les différentes manifestations extrasensorielles constituent un phénomène global délocalisé dans l’espace-temps, mais nous ne l’appréhendons pas ainsi, parce qu’il nous manque la perception d’une dimension supplémentaire, comme notre ombre dans la rue : nous la voyons en 2D, alors que nous sommes en 3D », explique Pascal de Clermont ; « le corps n’est qu’une représentation 3D d’un ensemble comprenant d’autres dimensions. » D’après lui, pour avoir accès à la perception d’autres plans dimensionnels il faut passer par des états de conscience étendue, ce que permettent certaines techniques de type chamanique, comme les « cercles de transformation ». Ces cercles permettent « d’explorer notre continuum conscience, de mieux nous connaître et de développer nos capacités », affirme-t-il.

L’un des exercices qui développe le plus ces perceptions consiste à faire onduler la colonne vertébrale, comme si nous étions des « algues ». Selon Pascal de Clermont, ces mouvements activeraient notre cerveau reptilien, c’est-à-dire notre cerveau ancestral, régulateur de nos fonctions vitales (respiration, rythme cardiaque, tension artérielle), de nos besoins naturels (boire, manger, se reproduire) et de nos comportements primitifs (peur, haine, instinct de survie). C’est Pascal de Clermont lui-même qui a repéré ces mouvements après avoir observé au Japon dans des maisons de retraite des personnes âgées développer des PHS suite à leurs cours quotidiens de Taï Chi ou de Qi Gong…


Pourquoi se former au mentalisme ?


Pascal de Clermont raconte que sa décision, en 2009, de créer une formation au mentalisme, « n’a pas été vue d’un très bon œil par tout le monde ». Ainsi, ses confrères des deux clubs internationaux de mentalistes auxquels il appartient l’avaient averti : il allait se faire des ennemis. Mais il a tenu bon. Le but, pour lui, est de « donner à chacun d’entre nous des armes afin d’être moins manipulé et moins manipulable, car ceux qui possèdent ces techniques au plus haut niveau du pouvoir n’en font pas un bon usage ». Ainsi, les mentalistes sont recrutés par les lobbies industriels, alimentaires et pharmaceutiques, afin de les aider à manipuler les autres négociateurs ou à voir à distance dans les bureaux de multinationales concurrentes pour y dénicher les plus secrets des secrets…

Ce type de manipulation ne date pas d’hier. Avant la chute du Mur de Berlin, les mentalistes était recrutés par la CIA et le KGB pendant la Guerre Froide. Les américains formaient, dans le cadre du projet Stargate , des espions dénommés « remote viewers » qui, tranquillement allongés dans leurs chaises longues au Stanford Research Institute, se projetaient mentalement chez les russes. Ce programme avait été financé par la CIA dès les années 50 et jusqu’à la fin de l’administration Carter. Pascal de Clermont raconte que « beaucoup de mentalistes sont devenus fous, car on ne leur donnait pas les connaissances de base nécessaires pour être en harmonie avec eux-mêmes et assumer leurs méta-capacités : alimentation, respiration, méditation, etc. ». Et d’ajouter : « la mise en adéquation du corps et de l’esprit est fondamentale dans la pratique du mentalisme afin de tenir la route : ce n’est pas la peine de vouloir prendre un moteur de Ferrari pour le mettre dans une carcasse de 2CV toute pourrie : ça ne tiendra pas ».

Pascal de Clermont a une position claire sur le sujet : les sociétés humaines ont évolué « vers toujours plus de matérialisme en oubliant de développer les aspects spirituels et mentaux, alors que les deux doivent aller de pair. Depuis une vingtaine d’années, les enfants qui naissent sont déjà complètement contaminés par les métaux traces et vivent dans des conditions plus mauvaises que la génération d’avant. » Or, d’après lui, « parce que nous, les mentalistes, maîtrisons certaines techniques d’influence, nous ne pouvons pas continuer à asseoir le pouvoir de gens qui ne font que détruire la planète et générer de plus en plus de malheur. A tous ceux qui disent “je suis trop petit pour agir“, je leur citerai la parabole du Dalaï Lama : restez une nuit dans une chambre avec un moustique, et vous comprendrez qui des deux empêche l’autre de dormir… » C’est pour cela qu’il a décidé de créer ces formations : car « pour changer la société, il faut que les gens utilisent mieux leurs capacités mentales et comprennent mieux ce qui leur arrive. Cavanna disait que la liberté c’est ce que permet la longueur de la chaîne : nous, nous y ajoutons quelques maillons. » Et d’après lui, « le grand public apprend beaucoup mieux que ce que l’on pouvait attendre, et développe rapidement ses capacités. »


Tous mentalistes ?


Selon Pascal de Clermont, si cette formation permet à tout le monde de développer ses capacités psychiques, ce n’est pas pour autant que nous pouvons tous devenir mentalistes… En effet, « nous avons tous deux jambes, et pourtant, tout le monde ne va pas pouvoir être un excellent sportif professionnel. Nous avons tous deux mains, et ce n’est pas pour autant que nous allons tous pouvoir devenir un artiste peintre reconnu et coté… Nous pouvons tous pratiquer le mentalisme, mais tout le monde ne pourra pas devenir mentaliste, car être mentaliste et en faire sa vie demande des capacités qui relèvent d’autre chose que la seule gestion du mental. En revanche, il est avantageux pour tout le monde de le pratiquer : utiliser ces capacités peut illuminer notre quotidien, optimiser notre bien-être et notre santé, ce qui n’est déjà pas si mal ». Alors, on tente l’expérience ?


Il existe aujourd’hui dans le monde environ 40 véritables « maîtres mentalistes », (dont Pascal de Clermont) et une centaine de « mentalistes » authentiques en activité. Aujourd’hui, Pascal de Clermont est en train de former une vingtaine de Maîtres Praticiens certifiés, six en Suisse, un en Belgique, un au Luxembourg, deux au Québec et 14 en France.

Un Annuaire des mentalistes certifiés , destiné au grand public, est aussi en ligne depuis début 2014.

Formations et informations


NOS SUGGESTIONSArticles