Magazine


© Sergey Nivens - Fotolia
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 27/10/2014
Magazine » Enquêtes

Les salades sont-elles mélomanes ?

Et si nos fruits et légumes, pour croître harmonieusement, avaient surtout besoin de bonnes ondes ? Depuis 30 ans, le physicien Joël Sternheimer étudie l’effet de certaines séquences de sons sur des cultures. Et ça marche…

A l’heure où Emmanuel Giboulot, viticulteur à Beaune, a été condamné pour avoir refusé de traiter chimiquement ses ceps de vigne contre le risque d’une maladie appelée la flavescence dorée, certains de ses collègues expérimentent des méthodes singulières. Michel Haury est propriétaire d’un vignoble dans le Bordelais. Pour lutter contre l’esca, un champignon qui tue les ceps par apoplexie, il diffuse de la musique. 7 minutes, 1 à 2 fois par jour. Depuis l’interdiction du traitement à l’arsénite de sodium, toxique pour l’homme et pour l’environnement, le fléau proliférait. « Le résultat est stupéfiant, témoigne le vigneron dans Sud-Ouest. La maladie n’a plus évolué sur les pieds comme on aurait dû s’y attendre et aucun nouveau cas ne s’est déclaré. »

Les végétaux seraient-ils donc sensibles à certaines musiques ? ...

L'accès à l'intégralité de l'article est réservé aux abonnés de la famille INREES.

OU

NOS SUGGESTIONSArticles