Magazine


©
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 16/11/2010
  • redigé par INREES INREES
    La rédaction

LE LIVRE À LIRE

Le spirituel est-il réel ?

Dr. Charles T. Tart
Dunod - InterEditions
Magazine » Bonnes feuilles

Mener une quête spirituelle en tant que scientifique

Le spirituel est-il réel ? Extraits choisis du livre de Charles Tart, couronnant plus d'un demi siècle de recherche aux frontières de la psychologie.

Le mot « quête » est communément associé à la poursuite de buts spirituels. En revanche, ceux de « science » ou de « scientisme » font d’ordinaire référence à la vision matérialiste d’un univers dans lequel rien de ce qui est spirituel n’est réel. Dès lors, comment un scientifique pourrait-il s’adonner à une quête spirituelle ? Une telle démarche ne le conduirait-elle pas à des conflits intellectuels et émotionnels, sources de confusion, qui ôteraient toute valeur à ses recherches, et en définitive, lui feraient perdre son temps ?

C’est ce qui se passe pour beaucoup de gens aujourd’hui. Une part d’eux même est, souvent désespérément,en quête de quelque chose de « spirituel » (je reste pour le moment délibérément vague quant à la signification de ce « spirituel »,) qui rende leur vie plus authentique et plus digne d’être vécue. Mais aucun individu doué d’intelligence ne peut mépriser la science moderne et ses conceptions sans se faire mentalement du tort.Or, pour cette science, à laquelle nous devons tant sur un plan matériel, ceux qui sont « en quête de spiritualité » sont au mieux, de doux rêveurs se refusant à une attitude entièrement scientifique, au pire, des imbéciles superstitieux,peut-être mêmes des malades atteints par unegrave psychopathologie qui les pousse à rechercher le « spirituel ».
Cette situation, par trop commune, rend la recherche spirituelle inefficace et hésitante. Je fais trois pas en avant (quand telle idée ou expérience spirituelle me semble si intimement vraie !) puis trois pas en arrière (mais c’est scientifiquement ridicule je suis sans doute ou stupide,ou fou !) Un jour, mon coeur et ma tête s’ouvrent à la spiritualité ; le lendemain, mon esprit scientifique (présumé) la congédie comme une illusion ou une hallucination.

Autrefois, les choses étaient sans doute plus simples : on adhérait ou non à la religion dans laquelle on était élevé au village, et ça s’arrêtait là. Il n’y avait pas beaucoup de vues concurrentes. Mais de nos jours, tant d’informations sont accessibles ! Prenons mon exemple : je suis un mélange en constante fluctuation de scientifique, de père, de mari, de psychologue, de parapsychologue, d’enseignant, d’écrivain, de charpentier, de conducteur de bulldozer, de libéral, de conservateur, de sceptique,et d’étudiant, parfois, sérieux, parfois velléitaire,du Bouddhisme, du Christianisme, du Soufisme, du Yoga de la Quatrième Voie et de l’aïkido ; je crois que nous avons tous le même potentiel que des dieux et nous vivons en pratique comme des robots sans esprit et ainsi de suite…

Autant d’informations, de rôles à concilier ! Avoir des idées est déjà une chose. Mais la plupart des voies spirituelles recommandent de ne pas se contenter de réfléchir et d’adhérer, ou non, aux conceptions qu’elles proposent; elles soutiennent que nous pouvons et devons vivre de manière à les expérimenter directement.

J’ai écrit ce livre pour aider ceux qui ont fait l’expérience de conflits entre leur part scientifique et leur part spirituelle. Il s’adresse aussi à ceux qui s’intéressent et à la science et au spirituel. Au cours de ma vie, j’ai appris à réconcilier en moi le scientifique et l’homme en quête de spiritualité. Etre les deux ne me pose plus aucun problème aujourd’hui (et j’en suis fier), et je caresse l’espoir qu’un jour ces deux aspects de la vie humaine s’épauleront au lieu de s’affronter. A l’instar de la plupart de mes livres et articles antérieurs, ce livre n’est pas un ouvrage scientifique à proprement parler. Je ne l’ai pas surchargé de centaines de références érudites ou scientifiques pour étayer chaque point, de mises en garde élaborées ou d’une foule d’informations récentes sous prétexte qu’elles seraient pertinentes pour notre propos. N’étant pas un mystique né inspiré par de profondes expériences, je ne qualifie pas non plus ce livre de spirituel. Il est le produit de 70 ans d’existence, avec tout ce que cela comporte d’humanité et de complexité : je l’ai donc voulu scientifique, humaniste, spirituel, sceptique,mais toujours ouvert et parfois personnel, quand cela contribue à la compréhension de certains points. Mon parcours n’est en aucun cas « La Voie. » Mais nombreux sont ceux qui connaissent les conflits et les moments de discernement dont j’ai moi-même fait l’expérience. C’est pourquoi les partager peut aider et en vaut la peine. Dans les chapitres suivants, nous nous intéresserons au conflit actuel entre spiritualité et science (il oppose en fait une spiritualité de second ordre à une science de second ordre.) Nous verrons comment la parapsychologie scientifique la plus rigoureuse montre que les êtres humains ont des qualités suggérant une réalité du spirituel. C’est pourquoi nous pouvons être à la fois scientifique et spirituel, sans avoir à séparer artificiellement les deux. Nous nous intéresserons aux résultats des recherches sur les principaux phénomènes parapsychologiques et sur d’autres, moins étudiés mais d’une grande portée, et nous nous demanderons dans quelle mesure leurs implications peuvent contribuer à l’élaboration d’une spiritualité ancrée dans les faits scientifiques. L’application de la démarche scientifique au spirituel ne fait que commencer. Nous sommes encore très loin de pouvoir émettre des recommandations du genre, «Etre baptiste favorisera plus le développement spirituel d’untel qu’être bouddhiste. »
Mais nous en savons assez pour affirmer qu’un travail sérieux sur notre développement spirituel est porteur de sens. Ce développement ne sera pas exempt de difficultés, mais il ne sera plus aussi hésitant, ni sapé par des conflits inutiles sur la question de savoir si oui ou non, nous sommes victimes d’illusion.

Finalement, j’espère que vous, aimable lecteur, pourrez vous sentir à l’aise et serez même fier d’être à la fois versé dans la science et la quête spirituelle, comme je le suis moi-même. La conjugaison des deux rend la vie plus intéressante. […] Quand je fonctionne en scientifique, j’essaie de faire preuve d’un maximum d’objectivité. Je rapporte les données observées aussi précisément que possible. Dans mes rapports et mes explications, je m’efforce de tenir à distance mes propres espoirs, mes peurs, mes désirs et mes aversions. Quand je théorise et présente mes réflexions, j’essaie de distinguer clairement la théorie des faits eux-mêmes. Cette attitude transparaît dans les autres domaines de mon existence. Je ne suis pourtant pas un « animal à sang froid.» Je n’ai pas pour habitude de réprimer mes réactions émotionnelles et physiques aux événements : j’ai même consacré beaucoup d’efforts à la sensibilisation, la reconnaissance et l’éducation de mes « cerveaux » corporel et émotionnel, pour reprendre la terminologie de Gurdjieff (Tart 1986). Ce développement a participé du plein épanouissement de mon humanité. Mais autant que possible, je prends soin de ne pas confondre mes idées et mes sentiments avec les faits eux-mêmes.
Mais les sujets abordés dans ce livre ne sont pas simplement intéressants sur un plan intellectuel. Il ne s’agit pas juste de faits. Sur un plan personnel, les implications de ces réflexions sont immenses pour nous tous.

Sommes-nous des incidents fortuits dans un cosmos qui l’est tout autant, le résultat de millions et de millions d’années de collusions moléculaires sans finalité ? Des ordinateurs de chair humaine qui mourront bientôt, dont la vie n’a d’importance réelle pour rien ni personne, à part un moi illusoire ? Ou bien sommes-nous une espèce de créature spirituelle, reliée potentiellement à quelque chose qui la dépasse, tout autant qu’à son existence biologique et physique ? Devrions nous tenir compte de cette éventualité pour vivre ?

Au terme de toutes ces années de recherches scientifiques et personnelles, et de ces réflexions sur notre éventuelle nature spirituelle, je suis parvenu à quelques conclusions. Sans conteste, je suis à la fois un scientifique et un homme en quête spirituelle, entre autres choses, et chacune de ces composantes contribue à la plénitude de mon humanité. A la lumière des thèmes abordés dans ce livre, quelle est ma conception du monde et de la vie ? Non que je sois un modèle existentiel à suivre. Mais partager les idées que j’ai élaborées à partir du contenu de ce livre sera peut-être utile à certains lecteurs, à mesure que leur propre pensée se précise et évolue.


NOS SUGGESTIONSArticles