Magazine


© D.R.
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 25/05/2016
Magazine » Enquêtes

Tremblez, c’est bon
pour la santé !

Et s’il suffisait de laisser le corps s’abandonner à ses tremblements naturels pour évacuer le stress, les tensions et les traumas ?
Focus sur la méthode TRE (tension and trauma release exercises),
qui commence à émerger en France.

« Une femme est venue me voir après les attentats du 13 novembre 2015, se souvient Sophie Texier, sophrologue et praticienne TRE certifiée. Elle habitait le quartier où les actes terroristes se sont déroulés. Elle en était complètement traumatisée. Elle faisait des insomnies, elle sursautait à chaque bruit. En une séance, elle a déposé ses peurs, sans avoir à revivre les événements ni à les verbaliser. »

La méthode surprend par sa simplicité. Tout commence par une série d’exercices doux, destinés à étirer, stimuler et fatiguer les muscles, et commencer à dénouer certaines tensions. « Ainsi échauffé, enraciné, le corps est prêt à libérer son mécanisme naturel de tremblements neurogéniques », expose Sophie Texier. C’est-à-dire ? « Le bionénergéticien et traumatologue américain David Berceli s’est rendu compte, par l’observation d’animaux, mais aussi de villageois soumis à des bombardements, que trembler est une réaction du système nerveux autonome partagée par tous les mammifères, dont la fonction est de réduire le niveau d’activation nerveuse après un stress intense, précise-t-elle. Les tremblements font partie des moyens génétiquement encodés pour revenir à la normale et à la sécurité. Ils déchargent la tension musculaire générée par l’épisode traumatique, et évacuent les substances chimiques accumulées dans les muscles. »

Nous avons perdu ce réflexe. Du coup, nos tensions s’enkystent, des crispations chroniques s’accumulent dans le corps. La méthode mise en place par David Berceli permet de libérer les tremblements inhibés, et ainsi de relaxer le psoas, cet ensemble de muscles situés au fond du ventre, là où la peur et l’insécurité enfouissent des tensions.


Personne ne vibre de la même manière.

Place à l’autonomie


Pas besoin d’être porteur de traumas lourds pour utiliser la méthode TRE. Les soucis quotidiens, les accidents passés, tout crée dans le corps des zones de tension, qui finissent par se cristalliser. Le plus souvent, les tremblements qui suivent la série d’exercices apparaissent dans les cuisses, puis remontent jusqu’au psoas et relâchent les tensions du sacrum. Via la colonne vertébrale, ils peuvent atteindre la nuque et la base du crâne. « Mais personne ne vibre de la même manière, note Sophie Texier. Certains vibreront surtout des jambes, d’autres du ventre, du visage, des dents ou des mains. » L’attention est portée au rythme de chacun et au respect de son corps. « Pour aider la vibration à circuler, le praticien peut intervenir, en posant par exemple ses mains sur les pieds, la tête ou le dos de la personne, indique Sophie Texier. Quand celle-ci est en confiance, les mouvements peuvent devenir très amples, et le corps peut prendre des postures incroyables ! On lâche prise, mais à tout moment, on peut reprendre le contrôle, en étendant les jambes ou en reposant les pieds. » On en ressort joyeux, apaisé, animé d’une présence plus vive.

La méthode a un autre avantage : elle s’appuie sur les capacités d’auto-guérison du corps. Elle met en évidence que l’organisme humain est conçu non seulement pour vivre et endurer des expériences difficiles, mais aussi pour s’en remettre. « C’est lui qui parle, c’est lui qui va au bon endroit, en toute sécurité, confirme Sophie Texier. Je prends les personnes en charge pendant quelques séances, mais ensuite, elles sont autonomes. »

Cela permet aussi de révéler le potentiel de transformation de l’individu.

Selon David Berceli, cela permet aussi de révéler le potentiel de transformation de l’individu. Le traumatologue sait de quoi il parle : pendant quinze ans, il a parcouru le monde pour secourir des populations victimes de catastrophes naturelles ou de guerres, mais aussi pour aider des militaires, policiers, pompiers, secouristes et personnels d’ONG atteints de stress post-traumatique.

En 2011, il a travaillé avec les victimes de l’attaque meurtrière en Norvège. En 2013, il a été chargé d’intervenir en Arizona auprès des personnes traumatisées par le massacre perpétré dans une école. Il s’est rendu au Japon après l’accident nucléaire du Fukushima, ainsi qu’au Népal, suite au tremblement de terre de 2015. Plus près de nous, les applications sont multiples : burn out, anxiété, phobie, hyper-activité infantile, réactivité émotionnelle, insomnie, manque de vitalité… Si la France compte encore peu de praticiens certifiés, la méthodes TRE a fait sa place en Allemagne, ainsi que dans une vingtaine de pays. Aux Etats-Unis, des recherches en neurosciences sont en cours, afin de comprendre comment ces tremblements naturels ont la capacité de réguler notre être.

Plus d’informations


NOS SUGGESTIONSArticles