Magazine


© Jean-Romain Pac
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 10/02/2014
Magazine » Enquêtes

Quand l’acupuncture
fait des miracles

Alors que le Président français vient de dévoiler un nouveau plan cancer, certains hôpitaux innovent en matière de traitement de cette maladie. A l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, l'acupuncture accompagne maintenant la chimiothérapie pour tendre vers une médecine plus holistique. Reportage.

Les temps changent, les mentalités aussi. En bonne intelligence, le Pr David Khayat, responsable du service d’oncologie de l’un des plus grands groupes hospitaliers d’Europe, a valorisé la collaboration entre deux approches : la médecine allopathique et l’acupuncture, qui se complètent de manière admirable au sein de l’un des plus prestigieux hôpitaux français. Les résultats semblent être au rendez-vous. L’acupuncture permet dans un premier temps une baisse des effets secondaires de la chimiothérapie. C’est déjà en soi une amélioration considérable de la qualité de vie des patients. Mais surtout, elle semble favoriser le maintien de la chimiothérapie chez des patients qui seraient sinon trop affaiblis. « Quand les patients n’ont pas, par exemple, de résultats sanguins suffisants, ils ne peuvent recevoir leur chimiothérapie, nous explique le Dre Haide Boostandoost, cancérologue. Nous avons montré, preuves biologiques à l’appui, que l’acupuncture contribue à faire remonter leurs taux sanguins, ce qui leur permet de continuer leur traitement. » Face à la difficulté des soins contre le cancer, c’est inespéré. Solidaire et au service des mêmes objectifs, l’acupuncture, une technique chinoise vieille de 2 500 ans, permettrait un meilleur suivi des traitements de notre médecine moderne. ...

L'accès à l'intégralité de l'article est réservé aux abonnés de la famille INREES.

OU

NOS SUGGESTIONSArticles