Magazine


©
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 19/05/2015
  • redigé par INREES INREES
    La rédaction
Magazine » Bonnes feuilles

Une philosophie de l'Universel

Paroles de sagesse de Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov, philosophe et pédagogue d'origine bulgare, extraites de son ouvrage Une philosophie de l'Universel.

"Il en est des nations, des pays et des peuples comme de chaque être humain qui naît, qui grandit, puis vieillit et doit laisser la place à d’autres. Ils suivent la même courbe : ils donnent ce qu’ils doivent donner, et ensuite ils s’éteignent. On dirait qu’ils se reposent pour pouvoir un jour se réveiller et produire à nouveau des richesses. On a vu cela avec toutes les nations, et c’est même le sort des religions : chacune prend un grand essor, arrive à une grande élévation, une grande extension, un point culminant, puis elle se cristallise et perd les clés de la vie. Regardez, même les Mystères, même les temples de l’ancienne Egypte qui possédaient les clés de la connaissance et du pouvoir, qu’en reste t il maintenant ? Tous ces héliophantes, où sont-ils ? Toutes ces sciences, où sont elles ? … Tous ont subi les lois immuables de la vie.
Chaque forme, c’est à dire chaque chose ou chaque être qui naît doit mourir et laisser la place à d’autres. Seul, l’esprit qui n’a pas de commencement n’a pas de fin, et c’est celui qui s’incarne successivement dans de nouvelles formes. Dieu n’a pas donné l’éternité à la forme. La forme est friable éphémère, elle ne peut résister au temps. Seul, le principe, l’esprit, qui appartient au monde divin, est indestructible, éternel.
Les humaines qui ne connaissent pas cette vérité essaient toujours d’éterniser la forme. On voit surtout cela dans les religions qui, depuis des siècles, s’attachent à certains rites, certaines croyances, sans se rendre compte que ces dogmes, ces rites sont des formes qui ne peuvent pas durer. La vie est un perpétuel jaillissement qui a besoin de nouvelles formes pour s’exprimer. C’est donc la vie elle-même qui casse les formes, car elle a besoin de nouveaux appareils, de nouveaux conducteurs pour révéler de nouvelles richesses, de nouvelles lumières, de nouvelles splendeurs. C’est pourquoi au bout d’un certain temps les formes doivent disparaître pour permettre d’autres nuances, d’autres manifestations plus subtiles.
Regardez l’être humain : tant qu’il est jeune, la matière de son corps est extrêmement souple, malléable, vivante, et c’est grâce à ces qualités de la matière, que l’esprit arrive à s’exprimer de mieux en mieux au travers de son intellect, de son cœur, de sa volonté. Puis il arrive fatalement à un âge où cette forme durcit, se cristallise, alors que l’esprit qui n’a plus la possibilité de se manifester à travers cette vieille forme ratatinée, doit partir pour revenir dans une forme nouvelle.
Il faut observer la nature pour en tirer des conclusions valables dans tous les domaines. Les Eglises qui s’obstinent à maintenir les mêmes formes qu’il y a des siècles, sont dans l’erreur. Il faut toujours améliorer la forme, l’affiner, afin qu’elle puisse exprimer de plus en plus, de mieux en mieux, les nouveaux courants qui viennent du Ciel. Car le Ciel n’a pas fixé les choses pour l’éternité.
Regardez tout ce qui apparaît de nouveau dans l’humanité ; pourquoi la forme ne doit-elle pas épouser ces nouveaux besoins, ces nouvelles tendances ? Maintenant, la constellation du Verseau vient pour bouleverser, casser toutes les formes, toutes les valeurs que les humains croyaient définitivement installées. Ce que pense l’intelligence cosmique en est une autre. L’intelligence cosmique d’autres projets que ceux des humains, c’est pourquoi, maintenant, grâce aux courants du Verseau, elle va tout renverser pour leur montrer qu’ils ne doivent pas enterrer l’esprit dans de vieilles formes.
Pour durer, il faut savoir se renouveler constamment. Et si l’Eglise est maintenant de plus en plus délaissée, c’est qu’elle ne se renouvelle pas, elle s’accroche à de vieilles conceptions qui ne sont plus valables aujourd’hui et qu’il faut remplacer. Bien-sûr, je ne parle pas de remplacer les principes sur lesquels est fondé le christianisme. Il ne peut exister de meilleurs principes que ceux du Christ dans les Evangiles. Mais pourquoi l’Eglise continue t elle à traîner de vieilles pratiques qui ne donnent plus de résultats ? Beaucoup quittent la religion chrétienne parce qu’ils trouvent que la science contredit et efface toutes les vérités angéliques. Mais ceux là n’ont rien compris. Moi, je dis au contraire que les découvertes de la science ne font que souligner les vérités des Evangiles.
Je peux vous montrer – et je l’ai déjà fait d’ailleurs, que non seulement les découvertes de la science officielle ne contredisent pas la Science initiatique mais qu’elles prouvent sa véracité, et cela ni les religieux ni les savants ne l’ont compris. Pour moi, il n’y a pas de contradiction ; la science et la religion marchent ensemble, et même l’art, car les trois sont liés. La science doit donner la lumière aux humains, la religion la chaleur, l’amour, et l’art l’activité créatrice. Pourquoi les a t on divisés alors que dans la vie, dans la nature, dans l’être humain, ils se tiennent et travaillent ensemble ? Jamais les Initiés n’ont séparé ces trois domaines. Maintenant que la division s’est produite dans la culture occidentale, la religion est incapable de retenir les scientifiques qui la rejettent. Mais ils la rejettent parce qu’ils ne possèdent pas la vraie science ; leur science est purement axée sur le monde physique, matériel, et ils ne connaissent pas la vraie science sur laquelle sont fondées toutes les religions : la science des trois mondes, matériel, psychique et spirituel. Quant à l’art, il patauge entre la science et la religion et s’oppose tantôt à l’une, tantôt à l’autre.
Dans la nature, je le répète, la religion, la science et l’art ne font qu’un. Ce sont les humains qui les ont séparés. Mais tant qu’ils maintiennent cette séparation, la vérité leur échappera. La science, la religion et l’art forment une unité grâce à laquelle on peut tout expliquer, tout comprendre. La science est un besoin de l’intellect. La religion est un besoin du cœur. Et l’art est un besoin de la volonté : il faut exprimer quelque chose, il faut créer, construire… Et ces trois besoins sont liés, car ce que vous pensez, vous êtes obligé de le sentir pour aller enfin l’exécuter.
D’ailleurs, je vous dirai que beaucoup de savants contemporains sont les réincarnations d’Initiés du passé, de grands prêtres qui connaissaient les Mystères. Ceux qui ont découvert la télévision, la radio, n’ont fait qu’appliquer les connaissances qu’ils possédaient déjà dans un passé lointain. Oui, c’était des Initiés de l’ancienne Egypte, car notre époque est liée par de nombreuses correspondances à la civilisation égyptienne et toute la science sacrée de l’Egypte va donc maintenant se révéler et trouver son application dans le plan physique.
Le christianisme a besoin de grandes transformations, car les traditions sur lesquelles il vit ne sont plus adaptés à notre époque. D’ailleurs, si la religion telle qu’on la comprend était vraiment suffisante, l’humanité serait dans un meilleur état.
On a réduit la religion à des formes inefficaces, il ne faut donc pas d’étonner que la majorité des gens ne la prenne plus au sérieux. De plus en plus, les gens réfléchissent, se posent des questions, et sont insatisfaits de ce qu’on leur présente. Dans le passé, il y avait une autorité, l’Eglise, qui réfléchissait, et décidait pour eux, tandis que maintenant ils ne veulent plus que d’autres réfléchissent à leur place. C’est là un indice que le christianisme doit accepter de nouvelles formes… Jusqu’au jour où ces nouvelles formes auront vieilli à leur tour, et qu’il faudra les remplacer.
Le rôle de la forme est de garder le contenu intact ; elle se présente donc comme un récipient, comme une protection, une limite… Et comme une prison aussi. Mais pour que le contenu ne reste pas éternellement immobilisé dans une forme, il faut l’ouvrir, afin de déverser ce contenu dans une forme nouvelle, plus subtile, plus souple, plus transparente. Voilà pour quoi rien de ce qui a été construit dans le plan physique n’est éternel. Le temps ne peut agir sur les principes, mais il agit sur les formes. Quand on dit que le temps détruit tout, cela concerne seulement les formes."


NOS SUGGESTIONSArticles