Article


© SORBIS
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 11/01/2018
  • Aurélie Aimé
    Auteur

A RETROUVER DANS

Inexploré n°37

Être soi face au vertige de la nouvelle conscience
Magazine » Enquêtes

La fascinante tombe d’Allan Kardec

Au cimetière du Père-Lachaise, un buste en bronze, au centre d’un grand dolmen de granit, attire les foules. Certains posent leurs mains sur la statue, d’autres se recueillent, en silence. L’illustre personne inhumée en ce lieu s’appelle Allan Kardec, théoricien du spiritisme moderne. Sa tombe aurait le pouvoir d’exaucer les souhaits…

Allan Kardec est né Hyppolite Rivail en 1804, à Lyon. Rien ne le prédestinait au spiritisme, qu’il ne découvrit que très tardivement… Il exercera, en effet, le métier de pédagogue une majeure partie de sa vie. Paradoxalement, ce sont les qualités liées à sa profession qui vont l’amener à croiser le chemin du surnaturel. En 1855, âgé de 51 ans, il est sollicité pour superviser et organiser des communications avec des esprits, reçues lors de séances de tables tournantes. Cette pratique venue des États-Unis connaît alors un engouement croissant en Europe. Ce sera pour lui un véritable bouleversement ! Dès lors, il étudie et expérimente des communications avec les défunts, avec toute la discipline qui le caractérise. Son objectif : prouver qu’il existe bel et bien une vie après la mort, et l’ériger comme science. Suite à un entretien avec un médium, il changera son nom pour Allan Kardec, qui correspondrait à son identité lors d’une vie antérieure, alors qu’il était druide. Très vite, d’illustres contemporains deviennent ses ambassadeurs. Victor Hugo, lors d’une séance de tables tournantes pendant son exil sur l’île de Jersey, aurait réussi à entrer en contact avec sa fille Léopoldine, morte noyée dans la Seine… On compte aussi Théophile Gautier, ou encore Arthur Conan Doyle, parmi les hommes convaincus du bien fondé de la pratique. Allan Kardec formalisera une véritable « doctrine spirite » dans cinq ouvrages, considérés, aujourd’hui encore, comme les piliers du spiritisme, parmi lesquels l’illustre Livre des esprits.

En 1869, âgé de 65 ans, il meurt brutalement, d’une rupture d’anévrisme. La légende raconte que peu de temps avant son décès, il aurait annoncé : « Après ma mort, si vous passez me voir, posez la main sur la nuque de la statue qui surplombera ma tombe, puis faîtes un voeu. Si vous êtes exaucé, revenez avec des fleurs. » Des fleurs, il y en a par dizaines autour du monument, connu comme étant le plus fleuri du Père-Lachaise.

Au cimetière du Père-Lachaise, un buste en bronze, au centre d’un grand dolmen de granit, attire les foules. Certains posent leurs mains sur la statue, d’autres se recueillent, en silence. L’illustre personne inhumée en ce lieu s’appelle Allan Kardec, théoricien du spiritisme moderne. Sa tombe aurait le pouvoir d’exaucer les souhaits…

On y trouve aussi des mots de remerciement, et certains prêtent au lieu une énergie particulière. Se pourrait-il que de l’autre côté du voile, Allan Kardec exauce ses fidèles ? 150 ans après la mort du père du spiritisme moderne, sa sépulture est en tout cas devenue un lieu de pèlerinage, au même titre que celle de certains saints. Des fidèles du quartier s’y rendent chaque jour, et des touristes venus du monde entier font le déplacement. Si les héritiers du mouvement spirite sont très minoritaires en France aujourd’hui, outre-Atlantique, au Brésil, Allan Kardec fait partie intégrante de la culture locale, avec notamment des associations, des journalistes spirites, des magistrats, et même des médecins spirites ! On y dénombrerait quatre millions de « kardécistes » (soit 2 % de la population), et 20 millions d’adeptes. Au Père-Lachaise, si le mystère auréolant la tombe d’Allan Kardec reste entier, une chose est certaine : 150 ans après sa mort, l’homme et son héritage continuent de fasciner.


NOS SUGGESTIONSArticles