Article


© D.R
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 19/06/2018

A RETROUVER DANS

Inexploré n°39

Les rêves pour se transformer : illuminez vos nuits avec un art chamanique !
Magazine » Pratique

Le rêve d'Alba

Voici une petite interprétation du rêve d’Alba, jeune femme enceinte dont Tristan-Frédéric Moir, spécialiste de l’interprétation des rêves et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet, livre une synthèse et analyse.

« Je suis assise avec Vesco (mon mari) au sommet d’une pente de sable, située à l’intérieur d’un bâtiment à ciel ouvert, peut-être un garage, donnant sur un sous-sol, ce qui fait que nous avons les jambes à l’intérieur et le reste du corps dehors. Plus loin à gauche, se trouvent des parasols ou grands parapluies bleus ouverts mais ayant tendance à se refermer un peu sous l’effet d’une légère brise. Derrière ces parapluies, on imagine une fête ou un spectacle d’enfants. Nous entendons des chants et Vesco chante également à un moment. Au loin, devant nous et un peu en hauteur, des personnes sont assises sur une vaste étendue d’herbe pentue, notamment des couples. J’ai l’impression que des petites montgolfières multicolores sont accrochées au-dessus d’eux, mais quand je regarde une seconde fois, il s’agit de parasols. L’ambiance du rêve est très agréable et calme, comme une fête de village, familiale. La température est douce ; je me sens bien. »


Ce rêve succinct et contemplatif est celui d’une jeune femme enceinte. Cet état n’est pas indiqué explicitement dans le rêve, mais se devine par son climat de plénitude. Les liens du chant lexical (sable, parasols, brise, spectacle pour enfants, etc.) nous situent dans un climat de vacances et de loisirs, un monde dédié aux enfants. Le couple est aussi à l’honneur, celui qui va fonder une famille comme le laisse supposer les fondations de la maison. Elles se confondent avec un bac à sable, lieu de toutes les constructions mentales de l’enfance. Les deux enfants, Alba et Vesco, sont devenus grands, conscients du monde, capables d’enfanter à leur tour, suivant leur inclination naturelle. Le seul mouvement visible dans cette scénette statique est celui des parasols/parapluies ouverts qui se referment légèrement sous l’action de la brise. L’effet produit fait songer à une respiration, un mouvement de va et vient, une pulsion ou un rythme.

Symboliquement, il s’agit du pneuma, le souffle de vie qui pulse dans le ventre d’Alba. Le couple est à l’écoute de ce chant de vie auquel participe l’élément actif masculin, le futur père. À l’unisson, ils regardent ensemble dans la même direction. Au sommet de leurs capacités, ils contemplent le monde dans lequel va naître leur enfant, un monde dont la future maman perçoit le sens spirituel et l’harmonie.

Alba semble douée de capacité extrasensorielles ; les montgolfières multicolores qu’elle entrevoit au-dessus des personnes pourraient être une perception du septième chakra, le centre coronal, le lotus aux mille pétales. Son éclat est égal à la lumière du soleil, celle qui contient toutes les couleurs. Alba serait capable percevoir les différentes teintes énergétiques vibratoires des auras. Or, plutôt que de développer ce sens, elle préfère se concentrer sur le réel et revient à une vision plus rationnelle ; ce ne sont que des parasols. Il est évident que trop de perceptions extrasensorielles seraient perturbantes pour une gestation ; la future maman doit s’attacher à l’incarnation de son enfant. À l’instar des couples qu’elle observe, elle comprend la nécessité de la protection que chacun déploie pour se protéger de l’éclat du divin (le soleil) ; nul ne peut voir son créateur en face. En se gardant de cette faculté, elle protège aussi sa progéniture dans son ventre protecteur. Son bébé pourra mieux s’épanouir ainsi en son sein pour devenir viable dans le monde extérieur. Lui-même fermera son centre coronal, sa fontanelle, le passage qu’à emprunté l’âme pour s’incarner sur le plan terrestre.

Au moment de cette connexion extraordinaire avec la vie et le principe qui l’anime, Alba privilégie sa fonction maternelle à toutes autres. Ces facultés existent bien en elle, mais elle se reconnectera avec plus tard. Alba s’ancre dans son rôle de mère, concentrée sur les nécessités de son état et de son enfant. Elle n’a pas la tête comme une montgolfière et n’entre pas dans la toute-puissance maternelle. Pour l’heure, c’est juste son ventre qui gonfle, état dont elle peut s’enorgueillir. Alba, va très bien, en ataraxie et dans la régulation des humeurs, en phase avec le monde. Elle sait que plus elle aura les pieds sur terre, plus elle pourra s’ouvrir sur le plan spirituel.


NOS SUGGESTIONSArticles