Article


© D.R
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 21/09/2018
  • Aurélie Aimé
    Auteur

A RETROUVER DANS

Inexploré n°40

Au-delà : La psychologie et la science bouleversées !
Magazine » Entretiens

Interview de Bernard Werber

Dans son nouveau livre, Bernard Werber nous parle d’un professeur d’histoire, qui soupçonne l’existence d’une autre version des évènements historiques officiels. Un spectacle d’hypnose lui donne accès à ses vies antérieures : l’occasion rêvée de vérifier ses théories…

Quelles ont été vos sources d’inspiration pour ce sujet ?

En 1993 j’ai rencontré une médium qui a proposé de me raconter mes vies antérieures. Je l’ai prévenue que je n’y croyais pas : dans ces vies tout le monde se retrouve roi, général, guerrier ou célébrité, alors que je pense que la plupart de nos existences étaient très simples. Elle a suggéré de raconter uniquement mes vies les plus intéressantes. Ces histoires tenaient vraiment la route, et expliquaient même certains de mes comportements actuels. En tant qu’être humain je ne savais quoi penser, mais en tant que romancier elle m’avait fait un beau cadeau. Lors d’une vie j’étais médecin en Russie, dans une autre j’étais soldat en Angleterre, ou encore femme de harem en Égypte…


Certaines régressions vous ont-elles particulièrement marqué ?

J’ai rencontré quelques temps après un hypnotiseur pour régresser dans mes vies antérieures. J’ai souhaité explorer ma plus belle histoire d’amour. En franchissant un pont imaginaire je me suis retrouvé dans un autre espace temps : je voyais un homme en jupe sur une plage entrain de faire des ricochets avec des galets, puis j’ai pénétré son esprit et su qu’il était âgé de 821 ans ! Et qu’il soignait les gens par les mains, avec les énergies. À force de vivre à ses côtés, j’ai compris qu’il était un Atlantide, et que cela se passait il y a 12 000 ans. Lorsque l’hypnotiseur a mis fin à la séance, j’ai tout de suite noté tous les détails qui m’ont donné plus tard matière à développer un roman. J’ai par la suite appris à pratiquer l’hypnose régressive sur moi-même et sur les autres.


Avez vous pu vérifier la réalité de ces vies ?

Dans la dernière, j’étais archer et j’avais fait des guerres en France. J’ai découvert avec surprise ce que vivaient réellement les archers, au delà de ce que relate l’histoire. Ce sont des sortes « d’intermittents du spectacle ». Ils viennent pour toucher une solde, et une fois le combat gagné ils partent à la recherche d’une autre bataille. Quand il n’y en a pas ils sont « au chômage » et pour certains sont des brigands, la guerre étant la seule chose qu’ils sachent faire. J’allais de village en village, dans les tavernes, pour me tenir au courant des endroits ou il risquait d’y avoir des tensions et j’ai trouvé la mort à 26 ans, tué par des « collègues ». Au moment de cette mort, je me souviens m’être dit « dans ma prochaine vie j’apprends à lire et à écrire ». J’étais très frustré de ne pas savoir le faire, car à chaque fois que j’arrivais dans un lieu il fallait que je demande autour de moi ce qui était écrit.


Ces existences font-elles écho à certains traits qui vous caractérisent aujourd’hui ?

Enfant j’étais nul en sport, et je souffrais d’un rhumatisme articulaire. Du fait de ma maladie on m’a conseillé de faire un sport pour m’assouplir. Je me suis inscrit à un cours de canne de combat, le seul qui m’amusait. À ma grande surprise, sans condition physique, j’ai commencé à battre tout le monde, jusqu’à atteindre les quarts de finale à Paris. Dès que je mettais ma tenue, je sentais une sorte de « puissance », et une pulsion guerrière. Cela fait écho à une vie antérieure de Samouraï. Je l’ai j’ai passée à combattre mon Daimyo – mon maître. Au moment de mourir j’ai pensé « j’ai passé ma vie à lui obéir, à partir de maintenant je ne laisserai plus personne décider à ma place ». Et il s’avère que je suis récalcitrant à toute forme s’autorité, ce qui m’a attiré beaucoup de problèmes à l’école… C’est un exemple parmi d’autres.


Toutes ces vies posent la question de notre « véritable » identité. Ces expériences vous ont-elles apporté des réponses ?

Je suis pythagoricien. Pythagore dit que notre âme ne cesse de se réincarner. Lui même considérait qu’il en était à sa septième réincarnation. J’aime bien cette idée d’une âme qui apprend, que l’on retrouve dans le bouddhisme. J’ai l’impression que ma vie actuelle est la meilleure de toutes. C’est peu comme le jeu Mastermind : j’ai testé plusieurs formules et me suis aperçu qu’écrivain de science-fiction et de fantastique en France, était le mieux pour évoluer et diffuser la spiritualité. À chaque fois que je retourne dans une vie antérieure, j’en vois tous les inconvénients : nos ancêtres avaient des vies difficiles, ne serait-ce qu’en ce qui concerne l’hygiène, l’espérance de vie… L’autre avantage d’être dans ce monde-ci, c’est qu’on peut avoir plusieurs vies dans une vie : avant nous ne connaissions souvent qu’un métier, un couple, un seul lieu de vie…


Nous n’avons aucun souvenir conscient de nos vies antérieures. Pensez-vous qu’il a une raison à cette amnésie ?

C’est l’un des thèmes du livre. Si nous avons oublié nos vies antérieures, c’est qu’elles sont aussi liées à des traumatismes et qu’on ne peut pas porter ces bagages, en plus de ceux de notre vie actuelle. L’amnésie c’est un peu comme rebooter un ordinateur. Si à chaque fois que je le réinitialise il reste des bouts de programmes précédents, cela risque de le perturber. Dans le Talmud il est dit que lorsqu’un enfant nait on lui dit d’oublier ses vies précédentes. L’ange laisse une empreinte au dessus de la lèvre, comme pour dire « chut ! », ce qui explique la petite fossette au dessus de notre lèvre. Selon d’autres textes, on commence à oublier au moment ou l’on apprend à parler.


Votre expérience en Atlantide serait une confirmation que des civilisations perdues savantes ont existé ?

« Savantes » ne serait pas le bon terme. Ils ne sont pas dans la technologie mais dans la spiritualité. En 821 ans de vie, on accumule de l’expérience. Mais ils n’ont pas l’ambition de construire des vaisseaux spatiaux : ils n’ont même pas la roue. Ils ont développé la spiritualité, une manière de vivre ensemble qu’on a oublié. Lorsque se crée un « dialogue » entre moi et l’Atlante : pourquoi l’humain aurait évolué pendant tant d’années, pour qu’au final il soit plus raisonnable, plus avancé, plus intelligent, et plus sage que nous ? Il m’a répondu que nous sommes performants dans notre façon de diffuser les idées et que ce qu’il admirait le plus dans notre civilisation, c’est l’imprimerie.


Votre héros remet d’ailleurs en question l’Histoire « officielle » que l’on nous raconte. C’est un sujet qui vous tient à cœur ?

Mon héros, qui s’appelle René Tolédano, est professeur d’histoire. Son premier doute sur le fait que l’« Histoire officielle » n’est pas la « vraie histoire » concerne 1515, la bataille de Marignan. Lorsqu’on s’y intéresse, on se rend compte que ce n’était, en fait, qu’une guerre sans intérêt, gagnée par les vénitiens contre les turinois. Cela fait longtemps que j’essaie de savoir ce qui s’est réellement passé au delà de ce que l’on nous « sert » à l’école. La version que l’on a de l’histoire est souvent financée par les politiciens. Louis XIV par exemple est une arnaque complète ! C’est le plus mauvais roi qu’on ai jamais eu : égoïste, il a ruiné le pays, crée des guerres inutiles qu’il a perdu… Il a trouvé lui-même ce titre de « roi-soleil ». C’est le seul fait qu’il ait laissé Versailles, qui donne cette image de fierté nationale. Pour moi le meilleur roi était Louis XVI, mais comme il a terminé guillotiné on le considère comme mauvais...


Vous véhiculez vos messages au travers de personnages fictifs. Votre vie aussi est aussi riche en expériences palpitantes. Avez vous déjà pensé à une autobiographie ?

J’ai été tenté de le faire, mais je pense être encore un peu trop jeune pour me pencher en arrière et faire le bilan. J’ai l’impression que mes lecteurs sont plutôt intéressés par des histoires de types romans que par la mienne. Mais j’espère ne pas mourir avant de l’avoir fait…

À lire :
Bernard Werber
« La Boîte de Pandore »
Sortie en octobre 2018
Albin Michel


NOS SUGGESTIONSArticles