Article


© D.R.
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 17/03/2017
Magazine » Enquêtes

Le boom des thérapies quantiques

Depuis que l’électromagnétisme a été scientifiquement identifié, des chercheurs se sont passionnés pour ses applications dans le domaine de la santé. Des procédés qui connaissent aujourd’hui des résultats étonnants.

En 1973, un cosmonaute russe en orbite est saisi d’une rage de dents. Un médecin sur terre lui indique quel médicament prendre dans la pharmacie de bord. Rien à faire. Les principes actifs ne font pas effet et pour la première fois, une mission spatiale soviétique doit être interrompue. Conclusion de cette opération coûteuse : la médecine allopathique n’est pas suffisamment efficace dans l’espace, il faut trouver d’autres solutions. En effet, l’apesanteur, l’absence de champ magnétique terrestre, l’exposition aux radiations cosmiques, les seize révolutions toutes les vingt-quatre heures, font que l’organisme des hommes envoyés dans l’espace est grandement perturbé. « Une fois, un cosmonaute a grandi de douze centimètres, c’est colossal. Les changements les plus visibles sont vasculaires, musculaires et squelettiques, mais il y en a tant d’autres. Les traitements moléculaires n’ont que peu de prise sur ces physiologies modifiées », expose Jean-Louis Garillon, docteur en médecine naturelle et expert des thérapies « quantiques ». À l’ombre de la guerre froide, et dans le plus grand secret, les Russes ont développé ce qu’ils ont eux-mêmes appelé les « médecines quantiques », qui proposent une approche non-matérielle de la santé.


Au cœur du vivant


Depuis que l’électricité et le magnétisme ont été scientifiquement identifiés, des chercheurs se sont pris de passion pour leurs applications thérapeutiques. Puisqu’il est indéniable que tout système biologique se sert de ces énergies pour fonctionner, agir à ce niveau ne peut-il pas favoriser un bon équilibre ? Cela a donné lieu, çà et là, à l’élaboration de diverses machines dont l’efficacité fut parfois surprenante. Georges Lakhovsky a par exemple mené, au début du XXe siècle, des recherches sur l’utilisation d’un circuit oscillant dans de grands hôpitaux parisiens, et ses travaux sur le cancer ont été reconnus par l’Académie des sciences. ...

L'accès à l'intégralité de l'article est réservé aux abonnés de la famille INREES.

OU

NOS SUGGESTIONSArticles