Article


© D.R
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 22/12/2017

A RETROUVER DANS

Inexploré Hors-Série n°6

Guérir : Trouver sa voie,
40 techniques naturelles et holistiques !
Magazine » Pratique

Se laisser être dansé

Tant de sages l’ont répété : notre corps est un temple ou le miracle de la vie se déploie. Et si la danse était une clé pour entretenir, nourrir, potentialiser ce chaudron alchimique ? La danse pourrait alors nous emmener dans de bien étranges voyages…

« Ici dans ce corps, se trouvent les rivières sacrées. Ici, sont le soleil et la lune aussi bien que les lieux de pèlerinage… Je n’ai pas rencontré de temple aussi divin que mon propre corps », Saraha, maitre bouddhiste. Danseuse, enseignante en danse contemporaine, psychomotricienne, formatrice en Psychologie Biodynamique, Véronique Pioch n’a cessé d’explorer différentes pratiques psycho-corporelles. Au fil de 30 ans de recherche, notamment auprès d’illustre figures telles que Gabrielle Roth, Richard Moss, Yvan Amar, Hubert Godard, elle a élaboré sa propre pratique de danse libre et consciente : Danser Etre Dansé.

Sa spécificité ? Une conscience accrue que nous sommes traversés par un puissant mouvement de vie et qu’en adulte responsables, nous pouvons le danser plutôt que le subir. « Il y a une manière d’être avec ce qui est qui est responsable et c’est cette partie-là que j’ai envie de convoquer. Comment se tenir et traverser les ressentis qui sont là, et qui peuvent parfois être inconfortables, en continuant d’être dans le mouvement plutôt que de tomber dedans ? », questionne Véronique Pioch.


Revenir au corps…



« La pratique de Danser Etre Dansé est une manière d’être là en mouvement. A l’intérieur de nous tout est en permanence en mouvement. Et que pouvons-nous faire d’autre que d’être là avec ce qui est ? », reprend Véronique Pioch. Cette approche propose dans un premier temps de revenir au corps, cette incroyable merveille de sensibilité. Il s’agit de retrouver le mouvement organique, spontané, pulsatoire, qui alterne entre expansion et retour à soi. Une préparation, par des étirements et mouvements doux, par une légère activation de la respiration, par des méditations, des massages et bien sûr, par beaucoup de danse, vise à ouvrir une disponibilité à écouter et suivre « l’état de danse ».

« Il s’agit de venir en présence dans tous les espaces de son corps, nourrir ce mélange d’intention, de curiosité sensible et attentive à tout ce qui vit, bouge, à tout ce que nous ressentons, afin de retrouver cet espace réceptif, féminin qui nous réapprend le « être avec » », spécifie l’enseignante. Le travail peut aussi être parfois orienté vers différents thèmes, activer de grands archétypes tels que le féminin et le masculin, les cinq éléments etc, et des moments de danse dans la nature, des rituels de reliance avec les éléments peuvent ponctuer la pratique. Par ailleurs, il y a la transe danse.


… pour rencontrer l’âme



Le corps a été préparé. Une première moitié du groupe officie comme « gardiens » et sécurise l’espace. L’autre moitié va faire son « voyage » les yeux bandés. Tout commence par une activation de la respiration, et c’est parti. La musique et la danse démarrent. « Je me suis laissé aller au mouvement, je n’ai plus réfléchi. J’ai alors fait un long voyage durant lequel j’ai eu des visions concernant mon quotidien, mes proches », témoigne Marie, qui a fait ce stage de Transe danse avec Véronique Pioch. Petit à petit, la plongée se fait plus profonde, les images plus archétypales. « J’ai fini par me voir en train de danser au centre d’un cercle de personnages étranges, couverts par des peaux de bêtes et des masques d’animaux. Ils battaient le rythme et m’encourageaient. Le plus important dans tout ça, c’est que j’ai été comme soutenue par une sensation d’une puissance incroyable. Cela m’a porté pendant les mois qui ont suivis cette expérience ! », complète Marie. Le mouvement peut véritablement allumer notre profonde énergie de vie, qui est consciente et connectée aux dimensions collectives et transpersonnelles. Nous sommes alors dansés par ce qui nous traverse. « Le corps est un réceptacle autant qu’une antenne qui va capter les informations qui sont là, en permanence, dans l’univers. Il y a donc une dimension de « voyage dansé » dans cette pratique. En entrant au cœur du présent on ouvre un autre espace-temps où quelque part il n’y a plus de passé plus de futur, où tout est compris dans l’instant présent », souffle Véronique Pioch en souriant.


Pour aller plus loin



Danser un voyage initiatique

Danser être dansé avec Véronique Pioch


NOS SUGGESTIONSArticles