Magazine


© D.R.
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 05/06/2017
  • illustration de Audrey Mouge Audrey Mouge
    Auteur
Magazine » Enquêtes

Éveil de la Kundalini :
un accès à
d’autres réalités

Si l’éveil de la kundalini est une expérience très recherchée, elle survient parfois avec une violence inouïe, et ses effets secondaires peuvent s’avérer particulièrement difficiles à supporter au quotidien. Surtout lorsqu’on ne comprend pas ce que l’on a vécu ! Car ce mystérieux phénomène donnerait accès à une réalité supérieure, réveillant parfois des dons insoupçonnés. Témoignage.

L’éveil de la kundalini est souvent perçu comme le Graal de la quête spirituelle. Nombreux sont ceux qui, par la méditation, des techniques de respiration, des postures de yoga et la récitation de mantras, espèrent un jour connaître l’expérience transformatrice de cette énergie primordiale. Selon la tradition indienne, elle serait présente en chaque être humain, lovée à la base de la colonne vertébrale. Quand elle se réveille, la kundalini remonte tel un serpent par la moelle épinière - du sacrum au sommet de la tête –activant, lors de son ascension, un à un, nos sept chakras, ces centres d’énergie subtile situés le long de notre canal central, découverts il y a bien 5000 ans par la plus ancienne médecine holistique du monde, l’ayurvédique. Ce mystérieux phénomène est supposé donner accès à une meilleure, voire à la plus haute conscience de soi.

Si le processus est purement physique, il engendre généralement une résonance spirituelle considérable : une nouvelle vision du monde accompagnée d’un sentiment d’unité avec l’univers, une amplification des sens, de l’intuition et des perceptions voire une connexion « haut débit » à d’autres réalités générant des capacités extrasensorielles hors du commun, comme des dons de guérison et/ou des facultés médiumniques.

A priori, l’expérience peut sembler séduisante par la magie qu’elle véhicule. Néanmoins, il est indispensable de garder à l’esprit qu’elle n’est pas sans risque : Si cette énergie est libérée trop rapidement, sans accompagnement ni préparation préalable, cela peut entraîner de sérieux désordres physiques et émotionnels qui laissent bien souvent les médecins perplexes, par méconnaissance du phénomène.

Une nouvelle vision du monde accompagnée d’un sentiment d’unité avec l’univers

Plus affectées encore sont les personnes qui n’ont absolument pas voulu déclencher cette montée de kundalini et qui ne comprennent absolument pas ce qui leur arrive !

Comme le précise Marc-Alain Descamps, philosophe et psychologue français, professeur de yoga et écrivain, dans son un ouvrage intitulé L’Eveil de la kundalini, « il existe une ironie du destin. Les pratiquants de yoga chevronnés ayant dévoué des années de leur vie à une montée de kundalini y arrivent rarement. A contrario, des personnes qui ne l’ont jamais cherché, et qui n’y ont même jamais pensé, peuvent être victimes de montées incontrôlées de kundalini. »

C’est ce que j’ai vécu, une nuit, lors d’une cérémonie chamanique. J’avais certes déjà entendu parler de la kundalini mais n’étant pas une méditante assidue, encore moins une yoguiste expérimentée, je n’imaginais pas que cela pourrait m’arriver un jour ! Jamais je n’avais cherché à la réveiller. La possibilité de vivre ce type d’expérience dans un contexte aussi éloigné des pratiques spirituelles indiennes ne m’avait jamais effleuré l’esprit, et surtout… j’ignorais totalement la batterie d’effets secondaires qui lui succède !

Fin d’été 2015, je suis invitée à participer à une cérémonie chamanique en Europe.

Nous sommes sept, assis en cercle autour d’un feu de camp. Commence dès la nuit tombée, un voyage intérieur guidé par l’ayahuasca, le son du tambour et des chants. Je ferme les yeux et me laisse emmener par les sons tribals de la peau de cerf.

Tout à coup, je perçois une chaleur intense au niveau de la région pelvienne. Pas désagréable mais… bizarre ! Je visualise au même instant dans mon bas-ventre quelque chose qui ressemble à une galaxie, pour sa forme en spirale et son aspect scintillant rappelant la poussière d’étoiles. Soudain, j’observe très clairement un serpent arc-en-ciel qui entame lentement son ascension verticale, comme dans une sorte de canal central invisible, depuis mon pubis jusqu’au sommet de ma tête, pour ressortir en même temps par ma fontanelle et par ma bouche. J’ai des bouffées de chaleur et tremble de tous mes membres. Je réalise que quelque chose de réellement puissant est en train de prendre place en moi. Il semble qu’il se soit ouvert une porte d’accès sur l’infini, par laquelle un flot d’énergie d’une lumière étincelante en provenance d’un monde divin, s’écoule dans tout mon être.

J’entends, au même moment, chanter une voix de femme, puissante et délicate. Mais, c’est moi !! Sans l’avoir délibérément choisi, je suis en train de chanter un chant que je ne connais pas, dans une langue mélangeant le portugais et un autre idiome dont j’ignore l’origine, avec une voix bien plus claire que la mienne, habituellement.

J’ai des visions furtives, et des hallucinations olfactives...

Dès le lendemain de cette expérience sur laquelle je ne mets encore pas de nom, je deviens d’une extrême sensibilité, et me sens exagérément affectée, voire agressée, par des énergies de nature diverse. Des bruits, une musique, des personnes, un mot, le ton employé, un fait d’actualité, une peinture, la forme d’une architecture, d’une sculpture, la proximité d’un cimetière, d’une antenne relais… J’ai la peur au ventre devant le journal télévisé, je m’effondre en larmes en écoutant les membres de l’association Sea Shepherd parler de la pollution des océans et des conséquences préoccupantes sur les mammifères marins, je m’émeus devant le moindre geste d’amour dans la rue. Un couple, une mère et son enfant, un homme et son chien… Bref, je suis à fleur de peau.

Plus les jours passent, plus j’ai froid. Malgré les températures automnales très douces, le chauffage de ma chambre est à fond, et je reste devant mon ordinateur, emmitouflée dans un épais pancho en alpaga. Pourtant, je continue de trembler intérieurement, et parfois même, je claque des dents.

J’ai des visions furtives, et des hallucinations olfactives, j’entends des bruits bizarres, des chuchotements, des chants dans mes oreilles... Et presque chaque fois que je médite ou le soir en me couchant, je vois « passer » rapidement un vieux papy à casquette et bretelles.

Qu’est-ce qu’il m’arrive ? J’ai vraiment l’impression d’être en train de devenir folle…

Des douleurs commencent à s’installer dans ma nuque, et dans tout le haut du dos. Bizarrement, je ne peux plus m’adosser sans ressentir une gêne voire des nausées. Je souffre également de maux de tête chroniques. Attribuant ces désagréments au fait de rester plusieurs heures par jour devant un ordinateur, je décide d’aller marcher en montagne, et prends rendez-vous chez un acupuncteur d’abord, un ostéopathe ensuite pour tenter de remédier au problème. Je note une légère amélioration mais pas de quoi vraiment me soulager. De retour sur Paris, je file chez mon magnétiseur qui m’avoue être surpris d’observer autant de « bazar » dans mes énergies. Plusieurs séances auraient sûrement été nécessaires mais mon départ pour le Brésil est imminent.

Un don qui fait partie de notre nature essentielle à tous

Là, je participe de nouveau à des cérémonies. Et plus ma sensibilité s’aiguise, plus mes symptômes empirent. Le matin, je me lève d’humeur joyeuse, je sors dans la rue, et soudain, mon cœur se serre et l’angoisse me prend à la gorge comme si j’étais attaquée par des forces obscures. Une fois, c’était tellement insupportable que j’ai failli ouvrir la portière de ma voiture, et sauter en marche. Moi qui n’ai jamais eu la moindre tendance suicidaire, cette pensée m’a préoccupée, et c’est ainsi que j’ai décidé d’aller dans la foulée demander de l’aide à une guérisseuse, la marraine d’une amie. Après un petit exercice sur l’avant-bras avec le pouce et l’auriculaire, elle me dit : « Ton champ est tout ouvert ! Et tu canalises toutes les énergies, les bonnes comme les mauvaises ! Tous les déchets des autres, c’est toi qui les ramasses ! Il faut le fermer, querida ! » Avec une branche d’arbuste, elle dessine les contours de ma silhouette comme pour balayer mon aura. En cinq minutes, je ressens déjà un soulagement. La guérisseuse me propose ensuite de me tirer le Tarot, et lors de son interprétation, les mots « serpent » et Kundalini sont prononcés. J’ai eu le déclic, et entamé très vite des recherches sur internet. Ces symptômes dont j’ai terriblement souffert pendant trois mois n’étaient autres que les effets secondaires d’une montée de kundalini !! J’ai la chance d’avoir rencontré sur mon chemin des personnes qui m’ont aidé à m’en libérer naturellement mais je ne peux m’empêcher de penser à toutes ces gens qui, en Occident, vivent la même expérience et qui, par méconnaissance, se laissent prescrire des anxiolytiques et des antidépresseurs.

Si depuis l’intervention de cette guérisseuse, je ne souffre plus de tous ces symptômes désagréables, je reste extrêmement sensible à mon environnement, et ai développé une capacité extraordinaire de l’être humain : la médiumnité. Un don qui fait partie de notre nature essentielle à tous, et que j'essaie d'apprivoiser à travers mes nouvelles rencontres et expériences au Brésil...


NOS SUGGESTIONSArticles