Article


© GORBASH VARVAR
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 30/03/2018
  • Catherine Maillard
    Auteur

A RETROUVER DANS

Inexploré n°38

La conscience de la nature : son intelligence peut-elle nous inspirer ?
Magazine » Pratique

Activer sa Kundalini

La mystérieuse énergie du « serpent enroulé en spirale » qui réside en chacun de nous peut se déployer et nous aider à gagner en santé, en conscience, et en créativité…

Sa simple évocation s’entoure d’une aura de mystère et provoque tour à tour fascination et crainte... La kundalini, qui signifie « enroulé en spirale » en sanscrit – ou encore énergie des profondeurs selon les écoles non dualistes Kaula, Trika, et Krama – est couramment symbolisée par un serpent, lové au bas de la colonne vertébrale, dans la région du sacrum, siège du chakra racine. Ses pouvoirs ont fait l’objet de nombre de fantasmes et d’écrits et son déploiement, appelé communément « montée de kundalini », pourrait, lorsqu’il est complet, amener à l’Éveil. Toutefois, au-delà de ce Graal que peu d’élus atteignent avec de profonds bouleversements à la clé, la contacter aurait bien des vertus, plus ordinaires, et vecteurs de puissants leviers de changements. La percevoir et l’activer présente de nombreux bénéfices, tant sur le plan physiologique et sexuel, qu’énergétique, et bien sûr spirituel. Zoom sur les pratiques pour contacter cette onde, vibration, énergie vitale, ou libido, si difficile à décrire, et pourtant disponible pour chacun d’entre nous.


Stimuler son énergie vitale

« De la libre circulation de cette énergie subtile vont dépendre notre vitalité et une meilleure santé, y compris sur le plan sexuel. »
Nathalie Vieyra, enseignante en tantra.

La respiration, indissociable de l’énergie, joue un rôle majeur pour la canaliser. Techniquement, se trouve sur le devant de la colonne vertébrale une sorte de canal, appelé sushumma, dans lequel voyage l’énergie. Une technique de respiration, dite de « la flûte creuse », va permettre de « réveiller » le serpent lové au bas de la colonne, pour qu’il s’élève, « créant ainsi une sorte de musique céleste, d’où son nom », ajoute notre experte. Irriguant en premier lieu notre bassin, cette pratique va dynamiser le fonctionnement de nos organes et redonner à notre corps les conditions d’une plus grande vitalité.

? En pratique

Assis, les deux ischions bien ancrés dans le sol, la colonne érigée, une main posée sur votre ventre et l’autre sur le coeur, pratiquez une série de respirations spécifiques. Inspirez, expirez, par la bouche ouverte, juste derrière les incisives, en plongeant avec le souffle, jusqu’à la base de la colonne vertébrale. « De ce socle va naître une petite vague, une vibration, qu’on va faire grandir, pour déployer cette énergie vers le haut », précise Nathalie Vieyra. Il s’agit de focaliser son attention sur ses sensations. Tranquillement, sans rien forcer. Peu à peu, va s’ensuivre une douce transe, au fur et à mesure que cette énergie emplit votre bassin. Vous pouvez pratiquer allongé, si vous le désirez, à raison d’une quinzaine de minutes pas jour, pour commencer à sentir des résultats.




Ouvrir son troisième œil

« Tant que la kundalini repose inerte en nous, elle correspond à nos énergies inconscientes, obscures. Éveillée et maîtrisée, lorsqu’elle se dresse, elle devient un précieux allié de la conscience pour mettre de la lumière. »
Nathalie Vieyra

Certaines méditations profondes vont permettre d’activer cette onde subtile, et d’ouvrir la vision du 3e oeil. L’une d’elles, dite « du regard », favorise un état d’ouverture propice à l’expansion de conscience. Les yeux, dans la tradition tantrique, sont les fenêtres de l’âme. La praticienne partage « combien la libre circulation de cette énergie interne, opérant un travail subtil sur nos ombres, peut procurer une sensation d’unité… souvent indescriptible, la fusion avec le Tout. »

? En pratique

Assis l’un en face de l’autre (ou face à un miroir, si vous êtes en solo), plongez votre regard dans celui de votre partenaire. Imprimez un doux mouvement de bascule du bassin, d’avant en arrière, en restant connecté à l’énergie lovée au bas de la colonne. Entrez dans un mouvement continu, sans relâche, « pour accrocher le serpent » comme si vous chevauchiez « l’énergie ». Le bassin va « chauffer ». Le principe consiste à « baratter », pour la laisser monter jusqu’au 3e oeil. Se crée alors une vague d’énergie connectée bassin/regard, d’où va jaillir un profond sentiment d’unité, à soi, à l’autre, au cosmos.




Expérimenter une sexualité sacrée

Le périnée, aux vertus encore méconnues, s’avère un élément important de la bonne circulation de la kundalini et d’une sexualité épanouie.

Situés au niveau du premier chakra, les muscles de cette région s’appellent muscles pubo-coccygiens, et leur mobilisation est essentielle. Sur le plan anatomique, il y a huit séries de muscles qui vont de l’os pubien au coccyx, l’os caudal. « Sa mobilisation en conscience, associée à des pratiques tantriques, participe à une véritable transformation intérieure, fondée sur la libération de l’onde orgasmique », écrit Shakti Malan, diplômée d’anthropologie et enseignante en tantra.

? En pratique

Exercice de Kegel, du nom de son inventeur, le Dr Arnold Kegel, gynécologue. Portez votre attention sur la zone du périnée. Pour le situer, si besoin, asseyez-vous sur une balle de tennis ; votre point d’équilibre est votre périnée. Contractez-le dans une inspiration profonde (5 sec), relâchez dans une expiration (10 sec). Sentez comme le simple fait d’y porter votre focus va activer, chauffer cette zone. Poursuivez. Inspirez, contractez, expirez, relâchez. (Le temps de relâchement doit être le double de la contraction). Faites l’expérience avec une intensité plus grande. Observez la différence de sensations… Gardez le haut de votre corps détendu… Peu à peu, l’énergie de la kundalini va se déployer, sans effort. En l’accompagnant avec le souffle, vous devriez ressentir une vague de plaisir à travers le corps. C’est la manifestation d’une bonne circulation de notre énergie vitale. Trois séries de 10 pratiques par jour.




Gagner en liberté avec la méditation

« La méditation Kundalini d’Osho, est l’une des plus pratiquées dans le monde. »
Avi Fédida, enseignant de méditation.

Sans doute parce que la pratiquer régulièrement permet de mettre en mouvement cette énergie « vitale », facilement, et de gagner en liberté. Agrandir son champ de conscience donne moins de pouvoir à nos peurs, et davantage d’espace à la joie. Selon l’enseignant, « il y a au fond de nous un joyau de pure joie sans cause extérieure, un état qui est la nature même de notre être et disponible à tout moment ». Son conseil : devenir le disciple de l’énergie, plutôt que chercher à la maîtriser.

? En pratique

La méditation kundalini est constituée de quatre phases. 1) Debout, les pieds au sol, bien ancré, on pose le focus sur le chakra racine. La séquence débute par un quart d’heure de secousses à partir du bas de la colonne, siège de la kundalini. Une fois le mouvement imprimé « volontairement », l’énergie prend le relais. « Des émotions peuvent émerger, le principe étant de les libérer à travers leur mise en mouvement », prévient Avi Fédida. 2) Célébration par une danse. Toujours arrimé au foyer du bassin, le « serpent » se déroule pour emplir l’espace du coeur et transmuter les émotions en amour… « Se détacher, se désidentifier est la clé », ajoute notre expert. 3) L’assise en musique. Une fois le champ émotionnel nettoyé, l’énergie peut monter en prière jusqu’au centre de la conscience. Elle poursuit son parcours ascensionnel jusqu’au 3e oeil. 4) En silence, intériorité. Phase d’intégration. Quand tout est libéré, mon espace intérieur peut se déployer, mon champ de conscience s’élargit : sentiment d’unité cosmique !




Créer et interagir avec le monde

« Le kundalini yoga vise à harmoniser l’ensemble des systèmes glandulaires, endocriniens, immunitaires. »
Caroline Bénézet, enseignante certifiée au prestigieux centre parisien Le Tigre.

Cette pratique repose sur une série de postures dynamiques, reliées au souffle, des méditations et des mantras. Comme son nom l’indique, la kundalini, « partie dormante du prana », est au coeur de la pratique. Son activation va permettre « une interaction créative et spontanée avec le monde », selon les propos de son fondateur Yogi Bhajan ; plus concrètement, l’alignement corps/coeur/esprit, qui permet de faire les choix les plus proches de ceux de son âme.

? En pratique

Un des véhicules de l’énergie spécifique à cette méthode est la pratique des mantras. « Ils sont la projection créative du mental par le son, permettent le nettoyage du subconscient et l’intégration d’affirmations positives, par la répétition », précise Caroline Bénézet. Le mantra Ong Namo Guru Namo signifie « je salue le principe qui va de l’obscurité à la lumière », se pratique en ouverture. Il se chante trois fois de suite, sur une seule expiration, le dos droit, les paumes jointes au niveau de la poitrine, les pouces contre le sternum. L’attention se porte sur le 3e oeil, entre les sourcils.


NOS SUGGESTIONSArticles