Article


© Olivier Seignette
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 29/03/2019
  • illustration de Sébastien Lilli Sébastien Lilli
    Auteur
  • .....................................
  • Catherine Maillard
    Auteur

A RETROUVER DANS

Inexploré n°42

Le corps, une voie spirituelle pour libérer nos mémoires et révéler notre potentiel

LE LIVRE À LIRE

Psychomagie

Alexandro Jodorowsky
Albin Michel
Magazine » Entretiens

- Alejandro Jodorowsky -
Psychomagie : un art visionnaire de la guérison

Artiste protéiforme, créateur démesuré et d’avant-garde, révolutionnaire du tarot… Alejandro Jodorowsky est une figure iconoclaste de l’art et de la divination. Inventeur de la psychomagie, entre autres, il revient, lors de cette entrevue inédite, sur cette technique de guérison à mi-chemin entre l’expression de l’inconscient, l’utilisation des symboles, de la réalité, la vue des blessures familiales… et du miracle de la vie.

Au cours de son existence extraordinaire, Alexandro Jodorowsky a accompli un formidable périple. Né au Chili d’une famille juive originaire d’Europe de l’Est, il a visité de nombreuses cultures, connu d’incroyables expériences. Il a exploré les méthodes des sorciers et des guérisseurs à Mexico, rencontré d’immenses maîtres de sagesse, tout en faisant partie de l’avant-garde culturelle avec ses contributions à la bande dessinée, au cinéma, ou à la littérature. Il a aussi allumé la flamme de la conscience de milliers de personnes lors des soirées « Cabaret mystique », où il a pratiqué la psychomagie avec les lames du tarot de Marseille. Alors que son documentaire Psychomagie, un art qui guérit s’apprête à être sélectionné pour le festival de Cannes, nous avons rencontré ce visionnaire de génie à l’esprit a ffûté et profondément libre, qui revient pour Inexploré sur cette pratique thérapeutique en apparence extravagante, qui agit sur l’inconscient par le biais d’actes théâtraux, revendiquant l’art comme processus de guérison.


Vous êtes un artiste multiforme : poète, cinéaste, peintre... Comment êtes-vous passé d’un rapport artistique au monde, à un art qui guérit ?


Longtemps, je n’ai pensé qu’à mon succès artistique, à l’art pour l’art. Je ne savais pas que l’art n’est pas seulement la recherche de la beauté, mais celle de la réalité de la bonté. Seul un art tourné vers la bonté et la quête de vérité est un art véritable. Alors j’ai cherché comment aider le monde, même de façon limitée, en étant qui je suis. C’est là que je me suis mis à faire des séances de tarot, gratis... Pendant 30 ans, chaque mercredi, j’ai organisé des soirées, quel que soit l’endroit où j’étais. Souvent, je commençais par des blagues, puis je « lisais » les tirages de cartes aux personnes qui le souhaitaient… Ce qui m’a amené à restaurer le tarot de Marseille, avec la famille Camoin. C’est peut-être ça, mon oeuvre véritable, la restauration de cet outil, qui m’a permis de rencontrer des milliers de personnes, de voir ce qui fonctionne ou pas, les événements qui se répètent ou pas. C’est dans ce creuset du « Cabaret mystique » qu’est née la psychomagie.


De vos innombrables expériences de vie est issue une nouvelle forme de psychothérapie : la psychomagie. Comment la définiriez-vous ?


Vous êtes conscient que c’est un peu comme si vous demandiez à Sigmund Freud ce qu’est la psychanalyse. Elle ne m’est pas venue telle une illumination subite ; elle s’est perfectionnée au fil des années. C’est un terme que j’ai inventé. Mon livre Le théâtre de la guérison, paru en 1994, traitait déjà des fondements de cette pratique, mais mon éditeur avait choisi un autre titre. C’est intéressant qu’aujourd’hui, je sois autorisé à aborder la psychomagie ! C’est une réponse à la psychanalyse, inventée par un médecin, et dont les racines sont scientifiques : celles de la psychomagie, créée par un cinéaste, un poète, sont artistiques. Parlons de la maladie : d’un certain point de vue, ce sont des « rêves », des messages qui révèlent des problèmes non résolus. Il en existe di fférentes formes : corporelles, émotionnelles, mentales... et sociales ; on peut affirmer que nous vivons actuellement dans une société qui est malade ! Nous sommes arrivés au terme d’une situation où, à la souff rance humaine, s’ajoute celle de la planète…


Sans doute avez-vous une hypothèse pour trouver une issue ?


Si je veux que la Terre, la société, le monde aillent mieux, il faut que je guérisse moi-même. La guérison du monde dépend de celle de chaque individu !


Sur quels fondements repose la psychomagie ?


J’aimerais mettre l’accent sur un premier aspect fondamental : la richesse de l’écoute. La personne qui vient consulter a un crucial besoin d’écoute. Pour chacun se rejoue la même demande : je veux être écouté, je veux être vu, je veux être aimé, je veux être respecté, je veux être protégé... Et puis, il y a une seconde chose essentielle : je veux être moi-même, parce qu’à chaque seconde de ma vie, ma famille, la société et l’histoire ont voulu que je sois di fférent. Je veux la liberté d’être qui je suis. En réalité, la majorité de nos problèmes proviennent de ces empêchements à être qui nous sommes vraiment !


Dans cette pratique, l’acte psychomagique et symbolique est-il au coeur du processus de guérison ?

La psychomagie se distingue de la psychanalyse. Celle-ci repose sur la parole, le verbe ; le corps est immobile, sans contact avec le thérapeute. La psychomagie soigne par des actes, la mise en mouvement, des actes que vous n’avez jamais faits et qui peuvent paraître « fous », comme sauter en parachute en robe de mariée, traverser un cimetière, se mettre à peindre avec son sang, écrire des poèmes à une personne décédée… En cela, la psychomagie est un art. Et c’est là que réside la magie de cette pratique : pour guérir, on ne fait pas appel à un guru ou à un maître, mais à l’artiste qui est en vous. (...)

L'accès à l'intégralité de l'article est réservé aux abonnés de la famille INREES.

ABONNEZ-VOUS OU

NOS SUGGESTIONSArticles