Article


© HELENA LANSKY / TCHARTS
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 14/11/2019

A RETROUVER DANS

Inexploré Hors-Série n°8

Créativité - Comment révéler notre inspiration ?
Magazine » Pratique

Libérez vos talents

« Deviens qui tu es », disait Nietzsche. Cela vaut aussi en matière de créativité. Comment nous libérer de nos blocages et permettre aux forces créatives d’opérer dans notre vie ? Conseils pratiques avec l’auteure Julia Cameron, qui enseigne l’art de créer depuis près de 40 ans.

Électricité spirituelle


Commencez par accepter que la créativité n’est pas une affaire personnelle, mais spirituelle. « Grand Créateur, Dieu, Esprit, Univers, Source... L’important n’est pas le nom utilisé, mais le fait de vouloir l’utiliser », indique Julia Cameron. Répétez-vous une fois par jour : « Il y a une force créatrice sous-jacente, énergisante, qui imprègne chaque vie. Je suis moi-même une création. Quand j’accepte d’explorer ma créativité, je m’ouvre à Dieu. » Que vous considériez cette force comme intérieure ou extérieure, appuyez-vous sur elle. Priez pour être guidé, demandez-lui courage et humilité et placez vos actions sous son signe. Laissez le flux se manifester où il voudra – et non là où vous désirez qu’il se manifeste. Et mettez par écrit le marché que vous concluez avec elle. Par exemple : « Je reçois ta bonté de plein gré », « Je fais confiance à mes perceptions » ou « Un moi plus fort et plus clair est en train d’émerger ». Datez et signez.


Pages du matin


Achetez un joli cahier, puis consacrez chaque matin un moment à l’écriture de trois pages manuscrites dans lesquelles vous donnez libre cours à vos pensées. Vous n’avez rien à dire ? Vous pensez à votre lessive ? Écrivez-le ! Vous pleurez sur votre sort ? Très bien ! Rien n’est trop insignifiant, stupide ou étrange. « Ce n’est pas de l’art, mais une forme de lavage de cerveau, explique Julia Cameron. Vous devez laisser votre main noter tout ce qui vous vient. » Personne n’est autorisé à lire ces pages. Vous-même, « ne lisez pas avant huit semaines ». Coucher sur le papier vos préoccupations vous permet d’échapper à votre censeur intérieur – celui qui estime que vous n’en faites jamais assez ou que ce n’est pas assez bien.

« Imaginez-le sous les traits d’un serpent de dessin animé, propose Julia Cameron. En le voyant comme le petit personnage rusé qu’il est, il perd un peu de son pouvoir sur vous et votre créativité. » Astreignez-vous à ces trois pages quotidiennes : elles vont vous amener « de l’autre côté » de votre peur, de votre négativisme ou de vos humeurs, vers un espace de calme où vous entendrez votre voix créatrice.


Rendez-vous avec l’artiste


Accordez-vous deux heures hebdomadaires, réservées à nourrir votre conscience créative. Planifiez ce rendez-vous à l’avance et privilégiez des activités qui vous mettent en joie. Aucun accompagnant, aucune entrave : juste vous. Faites une liste de vingt activités que vous aimez. Indiquez la date à laquelle vous les avez pratiquées pour la dernière fois. Puis autorisez-vous un plaisir par jour : entrez dans une librairie, portez votre tenue préférée, parez votre maison d’un parfum de soupe ou d’encens, promenez-vous au soleil couchant, écoutez un CD en vous laissant aller à griffonner ce que vous inspire la musique... « Ne recherchez pas de grandes plages de temps libre, plutôt de courts instants », recommande Julia Cameron. Se choyer cultive un sentiment de soin et d’abondance. Ouvrez votre réfrigérateur : comment vous nourissez-vous ? Et que diriez-vous d’une plante dans votre intérieur ?

Faites la liste de dix choses que vous n’osez pas faire – partir en vacances, couper vos cheveux, aller danser, repeindre une pièce... « Souvent, le seul acte d’écrire votre liste de joies interdites fait tomber les barrières qui vous empêchent de les réaliser », note Julia Cameron. Vous avez du mal à honorer ces rendez-vous avec vous-même ? « Comprenez cette résistance comme une peur de l’intimité. » Faites la liste de vos « blocages créatifs favoris » et de vos habitudes néfastes : regarder la télé ou les réseaux sociaux, s’occuper des autres, travailler... Quel bénéfice en tirez-vous ? Puis examinez votre rapport à la perfection : « Avant de faire quelque chose de bien, il faut être prêt à le faire mal », encourage Julia Cameron. Dressez la liste de tout ce que vous essayeriez si vous n’aviez pas à vous soucier du résultat : un sport, un look, une activité artistique... « Juste, commencez ! »


Voyage dans le temps


Nos entraves trouvent souvent leurs sources dans le passé. Citez « trois monstres historiques » ayant porté atteinte à votre amour-propre créatif. Écrivez ce qu’il s’est passé, avec le plus de détails possible : la pièce où vous vous trouviez, la façon dont on vous regardait, ce que vous avez ressenti... Rédigez une lettre à vous-même pour prendre votre défense. Puis citez trois personnes qui ont nourri votre amour-propre créatif. Soyez précis. Écrivez une lettre de remerciement. Puis ravivez les souvenirs de vos huit ans : quels étaient vos jouets et occupations favoris ? Quels traits de caractère aimiez-vous chez vous ? De quelles réalisations étiez-vous heureux ? Si l’enfant de huit ans que vous étiez écrivait une lettre à l’adulte que vous êtes, quels intérêts et quels rêves l’encouragerait-il à poursuivre ? Citez cinq plats favoris de votre enfance. Offrez-vous-en un cette semaine.


Sentiment de sécurité


La créativité est un jeu, mais s’autoriser à jouer peut être ardu. Vous avez besoin de soutien et de bienveillance. Exposer vos premiers travaux à une critique prématurée ou trop sévère, c’est vous infliger un mauvais traitement. « C’est souvent notre soumission au regard des autres qui bloque notre créativité, remarque Julia Cameron. Nous préférons rester bloqués que nous dévoiler. » Cela ne signifie pas qu’il ne faut aucune critique, mais qu’il faut savoir à qui s’adresser et quand. Restez hermétiques aux remarques de votre entourage sur votre « changement ». Cernez vos croyances négatives, telles que « je ne suis pas assez doué » ou « pas assez original », puis choisissez une affirmation positive et répétez-la tous les jours – par exemple, « je suis brillant et fécond ».

Écoutez les objections de votre censeur intérieur, puis transformez-les en affirmation positive, comme : « L’univers est abondant et multiple, il y a de la place pour chacun. Je suis moi aussi un canal pour la créativité de Dieu. » Dessinez un cercle sur une feuille de papier et placez-y les personnes que vous jugez bonnes pour votre soutien. À l’extérieur du cercle, citez celles dont vous pensez devoir actuellement vous protéger, puis placez ce schéma à l’endroit où vous écrivez vos pages du matin ; il soutiendra votre autonomie. Citez cinq personnes que vous admirez ; quels sont parmi leurs traits de caractère, ceux que vous pouvez cultiver plus profondément en vous ?


Réservoir d’images


« L’art naît de l’attention, son accoucheuse est le détail », expose Julia Cameron. Nous avons besoin de remplir d’expériences et de sensations notre puits créatif. Allumez un bâton d’encens, dansez cinq minutes au rythme des tambours, cuisinez en conscience... Pensez « magique », « délice », « divertissement ». Ne faites pas ce que vous devriez faire, mais ce qui vous intrigue et vous intéresse ; laissez-vous guider par votre sens du mystère et non par l’idée de maîtrise. « Jouez, confrontez-vous à votre quotidien, poursuit Julia Cameron. Steven Spielberg clame que ses meilleures idées lui sont venues en conduisant ! » Si vous aviez cinq autres vies, que feriez-vous ? Notez ce qui vous vient à l’esprit, sans trop réfléchir. Vous avez dit cowboy ? Programmez une promenade à cheval ! Chaque semaine, imaginez une vie nouvelle et trouvez une façon d’en expérimenter un morceau.

Décrivez votre environnement idéal. Y a-t-il chez vous un endroit que vous pourriez transformer en un espace rien que pour vous ? « Il ne doit pas être agencé comme un bureau, mais décoré pour vous inspirer », souligne Julia Cameron. Récupérez une dizaine de magazines. Déchirez-en les pages pour collecter une vingtaine d’images que vous aimez, et qui reflètent votre vie ou vos intérêts. Introduisez-y votre passé, votre présent, votre avenir et vos rêves. Puis collez-les sur une grande feuille, de la façon qui vous sied. Citez cinq de vos films préférés. Quels sont leurs dénominateurs communs ? En voyez-vous des traces dans votre collage ? Nommez cinq de vos sujets de lecture préférés : sont-ils représentés ? Placez votre collage dans un endroit « privé ».


Recherche d’objectifs


Dessinez un cercle, divisez-le en six parties : spiritualité, travail, exercice physique, loisirs, amis, amours. Placez dans chacune un point au degré où vous vous sentez réalisé, puis reliez-les : cela vous montrera les zones appauvries, afin de les nourrir. Nommez votre rêve : « Dans un monde parfait, j’aimerais secrètement être... ». Puis nommez un objectif précis, possible à réaliser. Sur votre boussole émotionnelle, ce but indique « le vrai nord », indique Julia Cameron. « Sentez l’émotion de votre rêve », précise-t-elle. Dans un monde parfait, où aimeriez-vous être dans cinq ans, par rapport à votre rêve et à votre vrai nord ? Dans le monde actuel, quelles mesures pouvez-vous prendre cette année pour vous en rapprocher ? Ce mois-ci ? Cette semaine ? Aujourd’hui ? Notez votre rêve – par exemple, « devenir un metteur en scène célèbre » –, puis notez votre vrai nord – « toucher les foules, œuvrer à une conscience plus grande » – et identifiez une personnalité qui vous inspire – « Walt Disney, Ron Howard... » Faites votre plan d’action à cinq ans, trois ans, un an. Maintenant. Choisissez une action. Effectuez-la.


NOS SUGGESTIONSArticles