Article


© Stephane Compoint
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 03/12/2018
  • Julie Klotz
    Auteur

A RETROUVER DANS

Inexploré Hors-Série n°7

Histoires et lieux extraordinaires de France
Magazine » Enquêtes

Le Mont Saint-Michel
L'archange veille

Ce rocher granitique sorti des eaux fait incontestablement partie des merveilles du monde. Il frappe par sa beauté, son caractère insolite, mais aussi par sa symbolique et ses qualités énergétiques.

Tout commence au cours d’une nuit de l’an 708, alors que saint Aubert, évêque de la ville d’Avranches, située dans le département de la Manche en Normandie, dort d’un profond sommeil. Il reçoit en songe la visite de l’archange saint Michel qui tente par trois fois de le réveiller, afin de lui demander de fonder un sanctuaire en son honneur sur le mont Tombe. Pour être plus persuasif, celui-ci finit par enfoncer l’un de ses doigts dans le crâne du pauvre évêque, selon ce que la légende prétend. On découvrira d’ailleurs, sur le mont, au XIe siècle, un crâne percé d’un trou, qu’un parchemin aurait identifié comme étant celui de saint Aubert. Ainsi assuré de l’origine angélique de son songe, l’évêque décide de faire construire sur le rocher une réplique du sanctuaire italien du mont Gargan issu des Pouilles en Italie, où l’archange saint Michel serait déjà apparu au Ve siècle. Face à la renommée du lieu ‒ occupé dans un premier temps par des chanoines, puis par des bénédictins ‒, les pèlerins ne cessent d’affluer, attirés par les nombreux récits de miracles. Le mont Tombe est ainsi devenu le mont Saint-Michel.

Un archange particulier

Sur cette montagne sacrée de 960 mètres de circonférence, qui s’élève à 92 mètres au milieu des grèves et des eaux, il se murmure que l’archange saint Michel créa son refuge pour se protéger des attaques sournoises de Satan. Il l’entoura de sables mouvants afin que personne ne le dérange, raconte l’historien Patrick Sbalchiero(1). Maintes histoires relatent les combats, au-dessus du sanctuaire, entre le prince de la milice céleste et les forces du mal, lors de grandes tempêtes. Qui est saint Michel ? Un ange au plus près de Dieu. Un chevalier guerrier terrassant le dragon qu’il tient en respect à la pointe de sa lance, sans pour autant le tuer. Il incarne la puissance de combat à l’état pur. Illuminant le chemin, toujours confiant et habité par l’humilité, il s’oppose aux ténèbres et aux embûches qui ne manquent pas de surgir dans la vie. Après avoir rejeté les anges rebelles dans l’abîme, il est chargé de protéger le peuple élu d’Israël, lit-on dans la Bible : « En ce temps-là se lèvera Michaël, le grand chef, le défenseur des enfants de ton peuple » (Daniel 12, 1). Capable de manier l’épée de lumière, il intervient comme le protecteur de l’humanité s’étendant rapidement à toute la chrétienté.

Capable de manier l’épée de lumière, saint Michel intervient comme le protecteur de l’humanité.

Une statue de son saint protecteur, de 3,5 mètres de haut, se dresse aujourd’hui à la pointe de la flèche de l’église abbatiale du mont, à 157,10 mètres au-dessus du rivage, et transperce le ciel. L’abbaye et ses dépendances sont classées au titre des monuments historiques en 1862. La commune et la baie figurent sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1979. Il est l’un des sites touristiques les plus fréquentés de France, avec deux millions et demi de visiteurs par an ! Autant dire que le mont, sans cesse menacé d’ensablement, dans une baie où s’affrontent fleuves et marées, fascine et impressionne. Ce qui fait tout son attrait, outre son implantation et sa géologie, loin d’être anodines, c’est aussi la puissance véhiculée par ses légendes. Selon La Revelatio ,, texte écrit au IXe siècle qui nous révèle les origines du mont Saint-Michel, l’archange aurait indiqué à l’évêque d’Avranches qu’il trouverait sur le rocher un taureau caché par un voleur et qu’il faudrait construire le sanctuaire sur l’espace circulaire ainsi foulé par la bête, entre d’énormes pierres.

Entre ciel et terre

Pourquoi le taureau ? D’après le géobiologue Thierry Gautier (...)

L'accès à l'intégralité de l'article est réservé aux abonnés de la famille INREES.

OU

NOS SUGGESTIONSArticles