Article


© MERYDOLLA
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 21/05/2018

A RETROUVER DANS

Inexploré n°38

La conscience de la nature : son intelligence peut-elle nous inspirer ?
Magazine » Enquêtes

L'étrange malédiction de Toutânkhamon

L’équipe ayant découvert la tombe du célèbre pharaon s’est vue décimée par d’étranges disparitions dans les années qui ont suivi les fouilles. La légende s’est installée : Toutânkhamon se serait vengé d’être ainsi dérangé dans sa dernière demeure…

Le 4 novembre 1922, le tombeau inviolé de Toutânkhamon est découvert en Égypte par une équipe d’archéologues anglais. Tout d’abord le fidèle canari de l’archéologue Howard Carter est dévoré par un serpent, à un endroit où, d’ordinaire, il n’y a pas de cobras. Cette première « victime » effraie les employés locaux, qui y verront un mauvais présage. Puis l’homme d’affaire Lord Carnarvon, à l’origine du financement des fouilles, décédera d’une double pneumonie associée à une septicémie provoquée par une piqûre de moustique, quelques jours après l’ouverture du tombeau. Il n’en faut pas plus, à l’époque, pour que les soupçons se tournent vers les prêtres de l’ancienne Égypte, dont la préoccupation principale était de protéger les morts.


Ont-ils empoisonné le tombeau ?



Ont-ils jeté quelques sorts à l’avance, pour quiconque pénétrerait les lieux ? Six mois plus tard, c’est le financier George Jay Gould qui meurt d’une pneumonie contractée après la visite de la tombe. S’en suivent le décès du petit frère de Lord Carnavon et celui de l’infirmière qui l’avait soigné. Puis c’est un collaborateur de Carter, le professeur Hugh Evelyn-White, qui se pend. Un ami de Carter, le professeur Lafleur, visite le tombeau et décède quelques semaines plus tard d’une maladie non identifiée. Suivra Arthur Mace, qui « perd toutes ses forces » après avoir pénétré la tombe et meurt quelques semaines plus tard. Evelyne White, une collaboratrice de Carter, entre en dépression et se suicide également, quelques semaines après la visite du tombeau. En tout, près de 27 personnes liées à la sépulture du pharaon trouveront la mort dans les 10 ans suivant la funèbre découverte. De nombreuses théories ont été élaborées quant aux possibilités que la tombe soit infestée de champignons et de moisissures toxiques dégagées par les bandelettes de la momie ou les offrandes de fruits et légumes faites au défunt. Carter décrivait lui-même dans son récit que l’air y était irrespirable et qu’une poussière fine irritait les poumons. Certes, la médecine des années 1920-1930 n’était pas aussi élaborée qu’aujourd’hui et les morts restaient facilement inexpliquées, mais cela n’explique pas tout et il n’en demeure pas moins que le nombre de décès est notable. Cette histoire inspira beaucoup d’écrivains, comme Arthur Conan Doyle, féru de spiritisme, qui le premier propagea l’idée que les prêtres égyptiens avaient provoqué la malédiction en jetant un sort autour du corps de la momie. En 1923, Agatha Christie relata L’Aventure du tombeau égyptien, inspirée par cet épisode. La mort elle-même du pharaon Toutânkhamon a fait l’objet de nombreuses élucubrations, son corps ayant révélé de multiples fractures lors de son examen au scanner. Il n’est pas certain que nous ayons un jour les réponses à toutes ces questions.


NOS SUGGESTIONSArticles