Article


© Shutterstock
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 18/02/2020

A RETROUVER DANS

Inexploré n°45

Conscience Collective, sommes-nous tous reliés ?
Magazine » Enquêtes

Quand l’entreprise invite l’invisible

Et s’il suffisait d’événements inexplicables, d’intuitions fulgurantes ou de phénomènes étranges pour que le monde de l’entreprise change et que des carrières évoluent ? Enquête auprès de témoins de phénomènes inexpliqués ayant provoqué ces mutations.

Dans nos sociétés, il est commun de ranger les chefs d’entreprise – dont le quotidien est souvent fondé sur l’aspect matériel des choses – parmi les cartésiens, pour lesquels les phénomènes invisibles n’existent pas. Et pourtant, de plus en plus de personnes disent avoir changé fondamentalement leur conception du travail suite à une expérience incroyable.


La pluie et le beau temps


Marie Regnault a suivi de grandes études aux États- Unis avant d’entrer à HEC. Très cartésienne, elle constate en s’amusant que depuis toujours, dès qu’elle souhaite le beau temps, le soleil est au rendez-vous. Pour d’autres, ce serait anecdotique, mais la jeune femme s’occupe d’événementiel pour de grosses entreprises et la météo est un point crucial. D’ailleurs, sa réputation la précède : « Quand Marie est là, il fait beau. »
Un jour, elle amène un groupe de 200 clients en Thaïlande, en début de saison des pluies. Une partie de son équipe part à Phuket et l’informe qu’à cause de trombes d’eau, ils doivent changer d’activités. Marie les rassure. « Ne vous inquiétez pas, j’arrive. » Une fois sur place, la météo devient effectivement radieuse. Jusqu’à présent, il a suffi à Marie de demander le beau temps avant l’événement pour l’obtenir, elle n’a jamais eu besoin d’intervenir sur les nuages. C’est donc une première. Très fière, la jeune femme pense : « Je suis vraiment forte. » Mais une fois dans le bus, la pluie tombe à nouveau, diluvienne. Marie comprend la leçon et chuchote des mots d’excuse aux nuages pour avoir montré tant d’ego. « C’est vous qui décidez, s’il vous plaît, faites que cette pluie s’arrête. » Et miracle, le beau temps revient. Le lendemain, le groupe doit rejoindre une petite île pour un gros barbecue.

L’invisible peut ainsi être vecteur de prospérité.


« J’ai profité d’un peu de répit pour admirer le paysage. Et là, je découvre d’énormes nuages noirs qui avancent vers nous. » Marie, qui était sûre d’elle la veille, se sent cette fois plus vulnérable que jamais. C’est peut-être ce qui la sauve. Sans réfléchir, elle se laisse aller à des gestes qui s’imposent d’eux-mêmes et demande au vent de déplacer la tempête… en cinq minutes, les nuages partent dans une autre direction. Des Thaïlandais viennent vers elle et lui disent : « You are magic. » De peur que l’orage revienne, elle s’écrie qu’elle n’a rien fait, mais intérieurement, elle savoure la magie du moment. Car Marie est bouleversée. Elle vient de prendre conscience de l’interaction qui existe entre son état d’esprit et le reste du monde. Et c’est désormais avec humilité qu’elle réitère cette pratique pour les événements qu’elle supervise et les mariages de ses amies. Mais que faire de plus ? Certes, elle apprend par un article de presse que Louis Vuitton a fait appel aux chamanes brésiliens Osmar Santos Scritori et à son épouse Adelaïde, qui auraient réussi à éloigner les averses le temps de son défilé ; mais elle cherche comment intégrer à sa vie cette connexion subtile avec les éléments. Entre son frère qui lui annonce « tu dois être chamane » , une formation avec Maud Séjournant au Nouveau-Mexique, et un inconnu qui lui parle du livre Weather Shamanism de Nan Moss, elle a pris une décision. Elle met en place son programme Architectes de sens et la voilà qui propose à des cadres dirigeants des voyages vers leur mission profonde. L’idée sous-jacente étant de se connecter à plus grand que soi. Depuis, avec le soutien de Michel Fareng, un entrepreneur très intuitif, ancien d’HEC, Marie Regnault a créé le Club Spiritualité, destiné aux anciens d’HEC. D’ailleurs, elle s’amuse à dire du sigle de la fameuse école qu’il signifie : Hautes Études Chamaniques. Dans ce premier exemple, l’extraordinaire s’est invité au coeur d’une activité professionnelle. Dans d’autres cas, il s’impose comme un cadeau à la suite de plusieurs épreuves.


S’ouvrir à d’autres messages


Alain Ayala a créé son entreprise après des études d’ingénieur en informatique. Il propose des experts à mi-temps. Mais en 2009, rien ne va plus. Une séparation sentimentale, une fatigue excessive, l’auto-entrepreneuriat qui prend de l’essor et qui rend sa société caduque, les techniques informatiques qui évoluent… Alain est perdu. « Je me suis arrêté au bord de l’autoroute avec la sensation que je n’étais plus dans mon corps. Je me suis mis à pleurer. » L’homme se souvient alors de son enfance et de sa peur panique de la mort. Cette terreur avait peu à peu disparu en réalisant qu’il faisait partie d’un tout. « En me reconnectant à mes ressentis, j’ai su que je pouvais demander de l’aide à l’Univers. Jusque-là, mon mental fonctionnait à fond, mais je n’étais pas présent à ce que je faisais. Problèmes de dos, opérations aux genoux, cervicales douloureuses et une intolérance alimentaire à presque tout… Si je continuais ainsi, j’allais mourir. »

La télépathie pour ouvrir les yeux
Parfois, il est nécessaire que le phénomène extraordinaire s’exprime par le biais de l’entourage pour qu’il devienne perceptible. C’est le cas de Marie Beaudet, consultante en stratégie spécialisée dans le luxe. Elle travaille dur et ne se pose pas de questions. Mais à l’occasion du mariage d’une amie, sans raison et en plein discours du père, elle s’effondre en larmes et s’écroule. Les dernières années défilent dans sa tête. Elle réalise que son travail est dénué de sens. Son vécu douloureux, les signes que lui a envoyés son corps deviennent évidents. Alors qu’elle est submergée par ses émotions, son conjoint lui dit : « On va trouver ce que tu veux faire de ta vie. » Sans qu’ils n’aient échangé un mot ni un regard, il a compris. C’est extraordinaire et c’est de la télépathie. « Comment un problème aussi complexe, dont nous n’avions jamais discuté auparavant, a-t-il pu atterrir aussi clairement dans la bouche de mon conjoint ? » se demande-telle. Depuis la manifestation de cette communication subtile et invisible, Marie a quitté Paris et a repris ses études pour devenir psychologue du travail.


L'accès à l'intégralité de l'article est réservé aux abonnés de la famille INREES.

ABONNEZ-VOUS OU

NOS SUGGESTIONSArticles