Magazine


© D.R.
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 23/08/2017
  • redigé par INREES INREES
    La rédaction

LE LIVRE À LIRE

Ce livre va changer votre vie

Mats Billmark et Susan Billmark
Editions de l'Homme
Magazine » Bonnes feuilles

Rien n'est impossible
si l'on s'organise bien

Combien d'entre nous vivent sous l'emprise du stress et de l'anxiété ? A l'approche de la rentrée, Mats et Susan Billmark vous proposent de remettre de l'ordre dans votre organisation, et dans votre vie ! Extrait de leur ouvrage au titre plein de
promesses : "Ce livre va changer votre vie".

Permettez-vous au temps de prendre le contrôle sur vous, ou prenez­-vous le contrôle de votre temps ?

Nous voyons sans cesse apparaître de nouvelles technologies destinées à nous faire gagner du temps. Pourtant, il semble que plus nous disposons de nouveaux appareils, moins nous avons de temps - et plus nous sommes la proie du stress. Il est évident que, utilisés à bon escient, le téléphone cellulaire et l'ordinateur nous font gagner du temps, mais il est tout aussi évident que nous devenons nerveux et stressés lorsque nous restons connectés trop longtemps.

Si vous ne planifiez pas vos tâches, vous serez constamment en manque de temps. Vous pourrez certes vous acquitter des travaux importants, mais le reste ne sera pas accompli, et le stress vous envahira. En planifiant, vous aurez la certitude d'avoir le temps de faire tout ce qui doit être fait. Et vous serez à l'abri du stress.


"Rien n'est impossible. L'impossible demande juste un peu plus de temps."
Winston Churchill


L'efficacité de Susan :
Un jour où je nettoyais à fond la cuisine, je suis allée dans la salle de lavage pour y prendre un torchon. Quand je suis arrivée dans la pièce, j'ai constaté que la machine était pleine de linge lavé qui demandait à être mis à sécher, mais il fallait d'abord que je décroche le linge sec sur le fil, puis que je le range dans la penderie. Une fois dans la chambre, j'ai vu que les fleurs qui se trouvaient dans un vase avaient désespérément besoin d'eau. Je suis donc allée en chercher dans la salle de bain, mais quand je suis arrivée dans la pièce; j'avais oublié pourquoi j'étais là! Je suis retournée dans la cuisine et j'ai vu que j'avais toujours besoin d'un torchon. Je pensais être ultra-efficace parce que je n'arrêtais pas, mais la vérité était qu'il me faudrait beaucoup plus de temps que nécessaire pour venir à bout de toutes mes tâches. En outre, je ne prêtais pas suffisamment attention à ce que je faisais. J'accomplissais une foule de petites corvées, mais rien de vraiment important, et j'avais l'impression que je n'en finirais jamais! Je crois que le mot « multitâche » est dépassé. Cette manière de faire est rarement efficace. De nos jours, il est préférable de faire une chose à la fois. Il est beaucoup plus intelligent - et réaliste - de se concentrer sur une tâche à la fois. C'est ma conviction. Un travail doit être bien fait, et terminé, avant de passer à autre chose. C'est cela qui permet de gagner du temps !



« JE N'AI PAS LE TEMPS DE ME DÉTENDRE!»

Ce qui va vous offrir un peu plus de temps, c'est de fermer votre téléviseur, et de vous accrocher moins souvent à votre cellulaire et à votre ordinateur ! Pensez à toutes ces heures que vous passez - chaque semaine - assis devant l'écran! Ne croyez-vous pas que ce temps pour­rait être consacré à des occupations plus valorisantes?

Selon une enquête effectuée il y a quelques années, les Suédois passent environ six heures par jour devant leur téléviseur et Internet, ainsi qu'à l'écoute de la radio et la lecture des journaux. Il semble que ce chiffre n'ait pas baissé depuis.

Toute l'information que nous retirons de ces médias en une journée doit être digérée en vingt-quatre heures. Nous devons impérativement nous ménager du temps pour réfléchir, nous détendre et nous reposer. Nous ne pouvons tout simplement pas nous laisser farcir le cerveau de faits, d’histoires et d'opinions sans en faire le tri. Il est nécessaire que nous nous débarrassions d'une partie de ces informations afin de ménager un peu d'espace dans notre tête. Nous ne pouvons accomplir cette tâche pendant le sommeil : quand nous dormons, nous n'avons aucun contrôle sur le processus de triage accompli par notre cerveau. C'est pourquoi il est essentiel de pratiquer une méditation et une relaxation conscientes. Il est important de trouver le temps de méditer dans notre vie quotidienne, de découvrir comment le faire avec sérieux, efficacité, et d'insérer cette occupation dans notre emploi du temps. Il est tout aussi essentiel de planifier la relaxation et la méditation que de faire de l'exercice physique.


La télé, la technologie, et nous :
Quand notre fille Julia était petite, nous allumions souvent le téléviseur sur des programmes pour enfants, et nous le laissions allumé toute la soirée. Nous lui avions même montré comment allumer le poste elle-même, ce qu'elle faisait rarement quand elle était occupée à un jeu. Aujourd'hui, nous évitons le plus souvent possible d'allumer cette télé qu'il nous est si difficile d'éteindre. Le problème, c'est que les loisirs numériques sont trop accessibles. Il ne nous vient même pas à l'esprit d'éteindre le téléviseur quand nous utilisons notre cellulaire ou pianotons sur Internet. Difficile de limiter l'utilisation de la technologie dans une famille où chacun a des loisirs différents! Il est important d'en discuter sérieusement. Déconnectez­ vous de temps en temps! Allez prendre l'air, bavardez, jouez ensemble à un jeu de société.


CHACUN DOIT FAIRE SA PART

Certains enfants sont si dorlotés que l'on pourrait croire qu'ils vivent à l'hôtel ! Quand une famille se partage les corvées, ses membres ont beaucoup plus de temps à eux, ou pour s'offrir des loisirs communs.

Les enfants peuvent être d'excellents auxiliaires, et cela dès leur plus jeune âge. Chaque membre de la famille devrait déposer lui-même son assiette dans l'évier après le repas. Les petits enfants aiment aider, surtout si on les y a encouragés très tôt.

Les enfants plus âgés peuvent évidemment avoir des responsabilités plus importantes. Lorsqu'on leur explique que leur aide est nécessaire, et qu'à défaut de cette aide, la tenue de la maison laissera à désirer, ils se montrent compréhensifs. Ils apprennent très vite qu'une famille est une équipe dont les membres doivent s'épauler.


Martin, notre petit assistant :
Martin, le petit bonhomme de cinq ans que nous accueillons dans notre foyer passe quelques heures avec nous chaque semaine. Avec un peu d'encouragements, il adore nous aider! Il semble que Martin considère toute corvée comme un jeu. Il aime grimper sur un tabouret pour mélanger de la nourriture et couper des légumes; il adore mettre la table et remplir les verres. Il est même capable de s'habiller seul, à condition bien sûr de savoir ce qu'il doit porter. Si Martin est aussi volontaire et compétent, c'est parce que sa mère l'a encouragé à l'aider dès son plus jeune âge. Les petits enfants sont toujours prêts à aider lorsque les adultes font preuve d'une énergie et d'une attitude positives et ludiques. Si on ne leur donne pas des ordres maussades et sévères, ils se montrent généralement enthousiastes.



Pour se sentir membres à part entière du foyer de leurs parents, les enfants ont besoin de prendre part aux corvées et aux tâches quotidiennes. À chaque tâche et corvée qu'ils accomplissent, leur confiance en eux s'épanouit davantage. Discutez avec votre famille lors qu'il est question de prendre des décisions, et prenez-les ensemble. Vos enfants doivent apprendre que leur avis compte. Ils se sentent alors respectés et vous rendent la pareille en vous respectant encore plus.


Mats, l'enfant gâté :
Je suis le parfait exemple de ce qui arrive lorsqu'un enfant ne participe pas aux tâches et aux corvées quotidiennes. J'étais le plus jeune de trois enfants et tout le monde me gâtait. J'avais une maman très attentive, un père bricoleur, un grand frère responsable et une grande sœur aimante. Chacun voulait se rendre utile et était plein de bonne volonté, et chacun prenait soin de moi avec amour et gentillesse. Le résultat de toutes ces attentions, c'est que, arrivé à l'âge adulte, je n'étais absolument pas prêt à vivre seul et que j'ignorais totalement comment prendre soin de moi. Ma première petite amie était en état de choc! Elle venait d'emménager avec un enfant de 26 ans qui était incapable de faire cuire un œuf et de faire tourner une brassée dans la machine à laver!



QUELQUES CONSEILS POUR UNE MEILLEURE PLANIFICATION ET UNE BONNE ORGANISATION


- Affichez un horaire.

- Faites des projets à long terme : un mois, six mois, un an. Qui fera quoi?

- Faites un plan détaillé pour de courtes périodes de temps, comme une semaine, par exemple. Qui fera quoi ?

- Ne surchargez pas vos journées. Prenez en considération le fait que certaines tâches peuvent prendre plus de temps que prévu. Faites de la place à la spontanéité.

- Apprenez à dire non à ceux et à celles qui veulent empiéter sur votre temps.

- Déléguez autant de tâches que possible.

- Faites des projets ensemble : vous êtes une famille.


Voyez à quel moment de la journée vous avez le plus d'énergie. Utilisez cette plage de temps pour accomplir les tâches qui sont les plus importantes et demandent plus de vitalité. Chaque soir, accordez-vous au moins dix minutes de relaxation totale.

En n'utilisant ne fût-ce qu'un ou deux de ces conseils, vous serez surpris de constater à quel point vous vous sentez bien. Améliorer planification et organisation demande de la pratique, car vous devez changer votre façon de voir CE QUE vous faites, LE MOMENT où vous le faites, et LA MANIÈRE dont vous le faites.

Au début, vous vous sentirez peut-être un peu coupable. Surtout pas!


Vous méritez de vous sentir bien!


Mats était totalement débordé!
Mon agenda était toujours archi-plein. Je vivais dans un rush perpétuel : je marchais vite, je mangeais vite, je conduisais vite. J'avais toujours une foule de corvées à faire. Je me fixais des objectifs irréalistes, que je n'avais jamais le temps d'atteindre, bien sûr, alors je devais choisir entre deux ou trois tâches importantes. Ce que je ne pouvais faire un certain jour, je le repoussais au jour suivant, et ce jour-là ne s'en trouvait que plus stressant encore. Susan avait le même problème.

Susan et moi avions de grosses difficultés à nous entendre avec les gens qui faisaient leur travail lentement, et même à un rythme normal. Nous détestions faire la queue. Les gens qui parlaient doucement nous horripilaient. Nous étions deux impatients et il nous était terriblement difficile de nous détendre. Je me sentais parfois si stressé que je pouvais à peine me concentrer quand je jouais à un jeu de société avec ma fille. Je n’arrêtais pas de faire rouler des pensées dans ma tête, il m'était impossible de les repousser, je ne pensais qu'à ce que j'avais oublié de faire ou à ce que je devrais bientôt faire.

Un jour où j'étais retardé à cause d'une circulation routière difficile (je me rendais chez mes parents), mon stress a atteint une telle intensité que j'ai failli craque r. Pourtant , je n'avais aucun rendez-vous, et je n'étais même pas en retard sur mon horaire. Je ne me suis même pas demandé pourquoi j'étais stressé. Je me disais que j'étais comme ça, qu'aurais-je pu y faire ?



Si vous vous reconnaissez dans cette anecdote, je vous conseille d'admettre immédiatement que votre situation est périlleuse. Vivre de cette manière n'est pas sain, et vous devez agir sans tarder. Vous devez d'abord identifier les facteurs qui provoquent le stress que vous subissez. Ensuite, il vous appartient de modifier votre façon d'aborder les situations que vous ne pouvez pas changer.

Ménagez-vous du temps personnel et inscrivez la durée de cette pause dans votre agenda. Arrangez-vous pour passer moins de temps avec votre cellulaire, votre ordinateur et la télé. Consacrez votre temps libre à reconstruire vos forces et votre patience. Prenez un bain, fermez la porte de votre chambre, écoutez de la musique, ou la voix d'un guide de relaxation, méditez, faites du yoga ou du qi gong, ou faites une promenade, même si vous ne disposez que de quinze minutes.

La relaxation doit être une priorité dans votre vie, surtout si vos occupations exigent de vous un niveau élevé d'activité.


"Hier soir, j'ai fait une foule de plans que je me suis empressé d'oublier ce matin."
Anonyme



L'ORDRE


Votre environnement familier est important pour votre bien-être. Le désordre, la négligence et la malpropreté sont des causes de stress.


Chaque membre d'une famille a sa propre définition du désordre. Il est important de discuter de ces différentes définitions, puis de faire des concessions afin d'arriver à un arrangement raisonnable. Cette com­préhension commune doit prévaloir lorsque plusieurs personnes vivent ensemble .

Le perfectionnisme n'a rien à voir avec la simple volonté de vivre dans un endroit propre et ordonné. Le perfectionnisme est un comporte­ ment anormal qui peut déboucher sur des habitudes obsessionnelles et sur des phobies.

L'ordre veut dire que chaque objet doit être à sa place. Ce n'est pas que votre maison doit ressembler à une image de magazine; il faut simple­ ment que vous puissiez y vivre à l'aise.

Lorsque nous sommes stressés, nous avons parfois l'impression que le chaos s'est emparé de notre cerveau. En raison de ce désordre intérieur, il est d'autant plus important de se mouvoir dans un lieu et un entourage ordonnés.

Nous influençons nos enfants.



Susan: J'avais l'habitude de jeter mes vêtements tout autour de moi, et Julia n'a pas tardé à faire de même. Je croyais que tout ce que je lui enseignais était bien, mais aujourd'hui, Julia est une adolescente qui jette ses vêtements partout - comme beaucoup d'ados, je sais. Personnellement, j'ai rompu avec cette mauvaise habitude, et je me dis que si je prends soin de mes vêtements et établis des normes avec lesquelles Julia va grandir, elle les intégrera et les respectera quand elle sera adulte.

Ce que nous faisons et apprenons à nos enfants finit par se transformer en norme, même si nous avons peine à le croire lorsque nous constatons qu'ils ne font rien de ce que nous faisons et disons!



Dans quelle mesure le désordre vous affecte-t-il ?

Faites un petit test, dans votre chambre, par exemple. Le lit n'est pas fait. Comment vous sentez-vous ? Maintenant, faites votre lit, tendez bien les couvertures, le couvre-lit, époussetez la table de nuit, rangez les objets inutiles dans un tiroir. Une fois que tout est en ordre, placez-vous dans l'embrasure de la porte et demandez-vous: « Et main­tenant, comment est-ce que je me sens?»


Quel est le premier objet que vous voyez quand vous ouvrez les yeux le matin ?

Est-ce l'objet que vous aimeriez voir ? Ce à quoi ressemble votre chambre à coucher a un effet certain sur votre sommeil. Quel est le premier objet que vous voyez dans le couloir quand vous rentrez à la maison ? Pourquoi ne feriez-vous pas en sorte d'améliorer l'un ou l'autre détail afin de rendre votre maison, votre foyer, plus accueillant ? Faites-le pour votre bien-être.


"Au lieu de penser à ce que vous n'avez pas, pensez plutôt à ce que vous avez.
Mahatma Gandhi"



QUELQUES CONSEILS POUR METTRE DE L'ORDRE CHEZ VOUS


NE VOUS ENCOMBREZ PAS D'OBJETS INUTILES

Rangez vos objets inutiles, ou débarrassez-vous-en - même de ceux qui se trouvent sous votre lit, sous le canapé, ou derrière la porte. D'accord, vous ne les voyez pas, mais vous savez qu'ils sont là et cela vous empêche de vous sentir parfaitement calme et détendu.


RANGEZ VOS PLACARDS

Lorsque vous ouvrez vos placards, tout doit y être bien ordonné. Faites en sorte de trouver un système rationnel de rangement, que ce soit pour empiler, accrocher, pendre, ou déposer.


ET LES MURS, ?

Les cadres, les photos, les étagères et les crochets à vêtements devraient être plus ou moins rassemblés. Sinon, ils auront l'air de flotter librement sur les murs.


REDÉCORER ? BONNE IDÉE !

Attaquez-vous à une pièce à la fois. Examinez-la d'abord. Changez les meubles de place et voyez si cela vous plaît. Triez les objets, débarrassez-vous de certains d'entre eux. Laissez reposer un moment. Discutez ensemble de ce à quoi vous aimeriez que ressemble la pièce. Chacun de vous doit aimer chaque nouvel agencement. Il y a toujours de bonnes solutions à trouver, même s'il faut parfois faire des compromis.


NOS SUGGESTIONSArticles