Article


© PETE SALOUTOS
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 21/04/2020

A RETROUVER DANS

Inexploré n°46

Entre Terre et Ciel, connectez vos énergies

LES LIVRES À LIRE

Le nouveau Grand Livre des Thérapies Esséniennes et Egyptiennes

Daniel Meurois, Marie Johanne Croteau-Meurois
Passe-Monde

Médecine classique chinoise & Aromathérapie vibratoire

Brigitte Couffignal, Didier Debar, Michel Arteil
Chariot d'Or
Magazine » Enquêtes

Des techniques de revitalisation

Quels pourraient être les moyens de nous maintenir dans un flux énergétique nourrissant, ou de nous revitaliser, avant même de tomber malades ? Focus sur quelques pistes de « pleins énergétiques » à pratiquer en conscience.

Lorsque nous avons une baisse d’énergie, lors des mois d’hiver ou après avoir vécu des épreuves, nous pouvons, pour nous revitaliser, faire appel à certaines techniques : le reiki, la médecine traditionnelle chinoise, l’acupuncture, la pratique du qi qong, le yoga, etc. Ces méthodes tendent à se démocratiser et à être connues, parmi d’autres, pour rééquilibrer ou activer, dans le corps, des points énergisants. Il existe aussi un moyen de se maintenir tout au long de l’année dans un flux d’énergie qui nous permettra de faire face à toutes nos activités : c’est de prêter attention à notre taux vibratoire. Grâce à quelques méthodes variées, chacun de nous peut, au jour le jour, se connecter à ses énergies et maintenir un taux vibratoire élevé. Certaines pratiques spirituelles, dérivées du bouddhisme, proposent d’associer le corps à l’esprit, afin de déconnecter le mental qui, sous nos latitudes, peut s’avérer fortement énergivore. En effet, que cela soit dû au stress de la vie quotidienne ou à une propension à l’inquiétude, ou tout simplement parce que nous « pensons trop », nous pouvons perdre en vitalité, uniquement à cause d’un mental surchargé. Enfin, il peut parfois être utile d’avoir un petit coup de pouce de la part d’un énergéticien qui saura nous remettre sur la voie du tonus.


L’aromathérapie vibratoire et énergétique


Souvent, le premier pas est d’identifier les tout premiers signes de baisse d’énergie. Même lorsque nous sommes en bonne santé, la fatigue et le stress peuvent s’installer de manière légère au début, puis prendre de l’ampleur. Être à l’écoute de soi et s’autoriser cette observation peut s’avérer difficile pour certains, notamment lorsque nous sommes pris dans le tourbillon du quotidien, mais cela peut permettre de se prendre en charge rapidement et efficacement. Aude Maillard, docteur en pharmacie et aromathérapeute, propose des formations et des accompagnements sur l’utilisation des huiles essentielles pour leurs propriétés vibratoires et énergétiques. « L’huile essentielle va agir sur nos corps subtils principalement par sa vibration olfactive, simplement en la respirant. On peut découvrir l’archétype de la plante et rentrer dans tout ce que son histoire va faire résonner en nous : elle pousse dans la glace ou sur une terre aride, elle abrite les serpents, elle lutte contre de multiples prédateurs… Elle nous touche, parfois même inconsciemment. Parce que cet archétype résonne avec une émotion qui nous a habités », explique la spécialiste.

Ainsi, le fait d’invoquer le plan émotionnel et d’atteindre les corps subtils va permettre d’effectuer un remaniement énergétique. Une huile essentielle de racine, de graine, de fleur ou d’écorce ne « racontera » pas la même histoire, n’apportera pas les mêmes énergies, et n’aura pas les mêmes vibrations. À nous de choisir notre chemin aromatique, de trouver ce qui nous convient, en nous laissant porter par les odeurs qui nous attirent, « notamment lorsqu’on rejette ou qu’on adore un parfum de plante, c’est qu’elle a vraisemblablement un travail énergétique à faire sur nous », précise Aude Maillard. L’effet vibratoire des plantes va agir sur différents plans dans notre corps et, selon nos sensibilités, nous pourrons associer leur action énergétique sur les chakras, les organes, etc. Enfin, l’intention et la conscience portées, au moment où l’on va choisir la plante et la respirer, amplifieront son action, c’est là tout le travail de l’olfactothérapie.


Les conifères, piliers de la force vitale


En ce qui concerne l’apport énergétique, les huiles essentielles de conifères sont souvent recommandées pour leur soutien tant psychologique que physiologique.

L’effet vibratoire des plantes va agir sur différents plans dans notre corps.

Ces arbres qui poussent dans des conditions parfois difficiles, dans le froid et l’humidité, traversent souvent les siècles. Ce sont les premiers végétaux aromatiques apparus sur terre. Toujours verts, difficiles à détruire, parfois même imputrescibles, ils nous offrent une énergie semblable à leur force vitale originelle. « En aroma, les huiles essentielles de conifères sont cortisone-like, donc toniques des surrénales. Toniques physiques, elles soutiennent la synthèse du cortisol qui est l’hormone de l’endurance et de l’énergie sécrétée tous les matins pour nous mettre en mouvement », spécifie Aude Maillard.

« Le pin sylvestre va chercher la lumière dans la forêt et dépasser souvent tous les autres arbres. Sa mission, c’est de trouver la lumière, s’il n’en a pas, il meurt… Il a donc cette force de verticalisation, il nous apporte énormément d’énergie et nous aide à nous redresser physiquement et psychiquement. Le cyprès, lui, est plus spirituel, il ouvre la conscience et apporte beaucoup d’énergie au niveau psychique, surtout dans les périodes de choix et de changements. On l’utilise quand on a des difficultés à se centrer sur soi, ses envies, ses besoins. Il est très dans l’esprit », analyse l’aromathérapeute. Il est possible ensuite d’affiner son besoin et d’utiliser des petits roll-on imbibés que l’on respire dans la journée, en faisant ses propres mélanges.


Le taux vibratoire par le son


L’une des clés énergétisantes accessible à tous et à laquelle nous ne pensons pas forcément, c’est de chanter ! Nathalie Bonnaud, professeur de chant et thérapeute, explique : « Le fait de s’exprimer et de faire vibrer le corps avec des sons, quels qu’ils soient, agit comme un massage interne. » Pas besoin d’être expert, le tout est d’y mettre de la joie, du plaisir. Mais il est possible aussi d’aller plus loin et d’utiliser le qi qong vibratoire, en formulant des syllabes particulières, associées à des organes et des émotions précis (voir tableau). En ayant au préalable identifié l’émotion qui, par exemple, nous prendrait une énergie excessive. « Cela ne prend pas longtemps ; et travailler un organe trop sollicité aide beaucoup. Si on est en colère et qu’on ne se libère pas, cela va se porter sur l’organe et être énergivore. L’idée, c’est de se libérer avant d’accumuler ce qui va surcharger le corps. Si on sent monter la colère, et qu’on souhaite s’en libérer, chanter une syllabe, un son défini va aider à purger l’organe. Il faut ensuite le réharmoniser, le réénergiser en y associant, par exemple, les couleurs adaptées », explique Nathalie Bonnaud.

Il est aussi envisageable de bénéficier d’un soin personnel ou collectif, de relaxation par le son et la vibration (au casque ou en réel) : « Je pratique des chants chamaniques à syllabes sacrées, où des notes tenues viennent travailler sur un organe, relaxer les muscles, selon l’intention de départ. Ce sont des fréquences qui tournent autour de l’individu, comme du chant dysphonique. La vibration de la fréquence va stimuler le cerveau et encourager un lâcher-prise, grâce aux ondes alpha », précise la spécialiste. Cette détente va permettre de ne plus utiliser l’énergie dans la crispation, de ne plus alimenter des réflexes de défense et donc d’optimiser son corps et son esprit dans la construction et les avancées personnelles.


(...)

L'accès à l'intégralité de l'article est réservé aux abonnés de la famille INREES.

ABONNEZ-VOUS OU

NOS SUGGESTIONSArticles