Article


© D.R
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 05/02/2019
  • redigé par INREES INREES
    La rédaction

LE LIVRE À LIRE

La vie psychique : éléments et structures

Omraam Mikhaël Aïvanhov
Editions Prosveta
Magazine » Bonnes feuilles

Quelle anatomie pour l'esprit ?

Ésotériste bulgare, Mikhaël Ivanoff est réputé pour sa vision de la spiritualité mêlant magie, alchimie, et astrologie. Dans "La vie psychique", il décrit "l'anatomie" de l'esprit, en tissant une analogie entre organisme physique et psychologique, pour mieux explorer la nature de l'âme, du corps causal, de la conscience et du Moi Supérieur.

IV
COEUR INTELLECT, ÂME ESPRIT


I

Un des passages les plus connus des Évangiles est celui où, un scribe lui ayant demandé quel était le premier de tous les commandements, Jésus répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ta force » »... Par ces paroles, Jésus présente l'homme comme constitué de quatre principes: le cœur, l'intellect, l'âme et l'esprit. En effet, le mot « force » concerne l'esprit, car d'après la Science initiatique seul l'esprit possède la véritable force.

Pour bien comprendre la signification de ces paroles, il faut commencer par faire la différence entre le cœur et l'âme, ainsi qu'entre l'intellect et l'esprit. Le cœur et l'âme sont les véhicules de nos émotions, de nos sentiments et de nos désirs, mais alors que le cœur est le siège des sentiments et des émotions ordinaires liés aux tourments , aux chagrins , à la sensualité, ou bien à des joies et des plaisirs purement physiques, l'âme est le siège des émotions et des élans spirituels et divins. Entre l'intellect et l'esprit existe la même relation qu'entre le cœur et l'âme. L'intellect est le siège des pensées et des raisonnements ordinaires qui ne visent qu'à la satisfaction des intérêts personnels, des besoins les plus matériels. Au contraire, l'esprit est le principe de la pensée et de l'activité purement désintéressées.

Le cœur et l'âme se rattachent à un seul et même principe, le principe féminin qui peut se manifester soit dans une région inférieure, le cœur ou plan astral, soit dans une région supérieure, l'âme ou plan bouddhique. L'intellect et l'esprit aussi sont issus d'un principe unique, le principe masculin, qui se manifeste dans deux régions, celle inférieure du plan mental, ou celle supérieure du plan causal. Les deux principes masculin et féminin utilisent donc quatre véhicules: le cœur et l'intellect, l'âme et l'esprit. Ces deux principes et ces quatre véhicules habitent dans une même « maison » : le corps physique.

Afin d'éclairer davantage cette question qui reste encore trop abstraite pour beaucoup, je vous raconterai une petite histoire. Imaginez une maison dans laquelle vivent le maître et la maîtresse avec un valet et une servante. Il arrive quelquefois que le maître du logis parte en voyage, et sa femme reste là, un peu triste et languissante, attendant le retour de son mari tout en veillant à la bonne marche de la maison. Et quand le mari revient, chargé de cadeaux, il y a une grande fête dans la maison. Parfois, le maître et la maîtresse partent ensemble pour un long voyage. Alors le valet et la servante, se trouvant seuls et sans surveillance, décident de profiter de cette liberté : ils commencent à explorer les placards où ils découvrent toutes sortes de victuailles. Et comme il est plus amusant d'être nombreux pour faire un festin, ils invitent des voisins et des voisines... Après quelques heures de ribouldingue, il y a évidemment des tables renversées, ainsi que des bouteilles et même quelques têtes cassées. Lorsque les maîtres reviennent, ils sont horrifiés du spectacle ; naturellement ils distribuent des punitions, remettent la maison en état et tout rentre dans l'ordre.

Interprétons maintenant cette petite histoire. La maison, c'est le corps physique; la servante, c'est le cœur; le valet, c'est l'intellect; la maîtresse de maison, c'est l'âme, et le maître l'esprit. Souvent l'esprit nous quitte et notre âme se sent abandonnée, mais quand il revient, il apporte des inspirations, une abondance de lumière. Lorsque l'âme et l'esprit partent en voyage, toutes les bêtises qui sont à faire, le cœur et l'intellect se précipitent pour les faire ensemble... en compagnie d'autres cœurs et d'autres intellects !

Si nous voulons nous arrêter encore sur cette image, nous découvrirons en détail les rôles respectifs du cœur, de l'intellect, de l'âme et de l'esprit. Vous savez qu'une servante est plutôt attachée au service de la maîtresse de maison, tandis que le valet s'occupe du maître. Les maîtres sont séparés des serviteurs par leur vie, leur conduite, leurs préoccupations, et ils ne leur confient pas toujours les secrets de leur travail ou de leurs projets. C'est ainsi que l'âme et l'esprit agissent sans révéler leurs intentions au cœur et à l'intellect.

Mais si, par sa conduite irréprochable, la servante obtient la confiance totale de sa maîtresse, celle-ci lui parle parfois de ses projets, de son bonheur, de l'amour qu'elle ressent pour son époux, l'esprit. Alors, la servante, le cœur, est remplie de joie à cause de ces confidences. De même, si le valet obtient, par son travail, la confiance de son maître, celui-ci commence à lui faire des révélations, et le valet, l'intellect, est plus éclairé, plus lucide. Mais pour que cela arrive, il faut que la servante et le valet vivent ensemble en parfaite harmonie au service de leurs maîtres. S'ils sont en désaccord et que les désirs de l'un s'opposent aux souhaits de l'autre, ils troublent le travail de l'âme et de l'esprit. Cette image a des combinaisons et des applications multiples sur lesquelles vous devez méditer, car tous les états de santé ou de maladie, de bonheur ou de souffrance, peuvent s'expliquer par les relations entre ces quatre habitants de la maison de l'homme.

Donc, c'est clair, le couple cœur-intellect est une répétition, au plan inférieur, du couple âme­ esprit. L'intellect et l'esprit sont des principes masculins ; le cœur et l'âme sont des principes féminins. Des enfants naissent de l'union des deux couples cœur-intellect et âme-esprit: l'union de l'intellect et du cœur produit les actes du plan physique, tandis que l'union de l'âme et de l'esprit produit les actes du plan divin. Le lien entre ces quatre principes explique pourquoi, quand ils ne sont pas soumis à l'âme (qui représente l'amour divin) et à l'esprit (qui représente la sagesse divine), le cœur et l'intellect ne savent faire que des bêtises. Quand ils se seront développés dans la voie de l'amour et de la sagesse, le cœur et l'intellect deviendront fils et fille de Dieu ; pour le moment ils ne sont que des domestiques. Le fils accomplit tout ce que son père lui ordonne, et la fille tout ce que lui demande sa mère. Donc, lorsque le cœur et l'intellect accomplir la volonté divine, c'est-à-dire sauront agir d'après l'amour et la sagesse, ils seront fils et fille de Dieu. Tant qu'ils désobéissent et sont remplis de doutes, de soupçons, d'inquiétude ou de révolte, ils ne sont pas fils et fille de Dieu, mais seulement de l'homme.

Si l'intellect n'est pas purifié par la lumière de l'esprit, il est la proie de l'orgueil. Si le cœur n'est pas purifié par la chaleur de l'âme, il se laisse aller aux désordres des passions. Et justement la grande erreur des humains, c'est d'avoir rompu les communications entre les régions inférieures du cœur et de l'intellect et les régions sublimes de l'âme et de l'esprit; privés de ce lien, leur cœur et leur intellect sont ravagés, tourmentés. Une seule chose peut les sauver, c'est de trouver leurs maîtres et de les servir en bons serviteurs. Alors le cœur deviendra le conducteur de l'âme et l'amour divin se déversera à travers lui; l'intellect deviendra le réceptacle de la sagesse divine, et l'esprit se manifestera à travers lui.

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ta force», Jésus sous-entendait par là que toutes les facultés de l'homme doivent être mises au service de la Divinité. Mais comment ? Le Maître Peter Deunov disait : « Ayez le cœur pur comme un cristal, l'intellect lumineux comme les auront soleil, l'âme vaste comme l'univers, l'esprit puissant comme Dieu et uni à Dieu ». Cela veut dire que nous devons aimer le Seigneur avec la pureté de notre cœur, avec la lumière de notre intellect, avec l'immensité de notre âme et avec la force de notre esprit.

Le cœur doit être pur, cela signifie débarrassé des sentiments égoïstes, de tous les désirs et convoitises qui le transforment en marécage, le troublent et l'empêchent de refléter le Ciel. L'intellect doit être lumineux afin d'éclairer le chemin. L'âme doit être vaste: c'est l'amour qui élargit l'âme, la dilate; lorsque vous êtes rempli d'amour, vous vous sentez capable d'embrasser l'univers entier. L'esprit devient puissant lorsqu'il se lie au Créateur, car la véritable force nous vient de la Source divine. Malheureusement ces facultés que l'on doit mettre au service de Dieu, on les met souvent au service d'autres hommes, et on est perdu.

Quelqu'un vient vous voir et vous dit: « Mon ami, donne-moi ton cœur, j'en ai besoin.» Vous commencez peut-être par refuser, mais il pleure, il supplie un jour, une semaine, un mois, et enfin vous lui donnez votre cœur. Le voilà qui se promène avec deux cœurs, mais vous n'en avez plus... Un autre réclame votre intellect en disant qu'il en a besoin pour travailler. Après quelques semaines, à force d'insister, il l'obtient et vous en êtes privé. Un autre vient qui dit: « J'aime beaucoup ton âme, donne-la-moi ». Vous la donnez et vous voilà privé d'âme. Enfin vient quelqu'un qui vous demande votre esprit. Là aussi, vous finissez par céder... Voilà comment vous vous faites la réputation d'être charitable !...

Vous êtes étonné ? Vous pensez qu'il n'est pas possible de donner à quelqu'un son cœur, son intellect, son âme ou son esprit ? Mais si, et c'est tellement possible que vous serez effrayé si je vous dis que rares sont les gens qui n'ont pas donné ou vendu leur cœur ou leur intellect pour obtenir l'argent, les plaisirs, le pouvoir ou la gloire. Et les entités inférieures du monde invisible aussi ont intérêt à s'emparer du cœur, de l'intellect, de l'âme et de l'esprit des humains afin de les utiliser pour leurs travaux ténébreux. En réalité, ces êtres ne parviennent jamais à asservir autre chose que le cœur et l'intellect; l'âme et l'esprit leur échappent grâce à leur essence supérieure, divine. Ou, s'il arrive qu'ils soient assujettis un certain temps, c'est à cause de leur lien avec le cœur et l'intellect, car ceux-ci sont plus proches de la matière, plus influençables par les courants inférieurs. Mais cela ne dure pas, car l'âme et l'esprit sont libres et invulnérables. Sauf, bien sûr, dans le cas où l'homme se lie consciemment et définitivement par un pacte avec le démon.

Mais les esprits supérieurs, eux aussi, veulent se manifester à travers l'homme. Ces esprits-là forment une hiérarchie d'anges, d'archanges, jusqu'à la Divinité, et c'est à eux seuls que nous pouvons et même que nous devons donner notre cœur, notre intellect, notre âme, notre esprit. Avec eux nous ne serons jamais ni volés, ni lésés, ni abandonnés ; il faut les prier de venir et de se servir de nous pour la gloire de Dieu et de son Royaume.

Vous direz: « Mais que devons-nous faire si quelqu'un vient nous demander notre cœur, notre intellect?» Eh bien, c'est très simple. Imaginez que vous ayez un violon : il est accordé à votre rythme, à vos vibrations, mais voici quelqu'un qui vous le réclame. Vous devez lui répondre : « Mon ami, je te donnerai la musique qui sort de mon violon, mais le violon est à moi, je le garde, il n'est pas fait pour toi. » Supposez aussi que vous ayez un capital déposé dans une banque. Si quelqu'un vient vous le réclamer, vous lui direz : « Mon ami, je te donnerai les intérêts de cet argent, mais je conserverai le capital afin qu'il me rapporte toujours. » Ou encore vous avez un arbre fruitier dans votre jardin et quelqu'un voudrait que vous l'arrachiez pour le planter chez lui. Vous lui direz: « Cher ami, je garderai cet arbre dans mon jardin qui lui convient, mais tu peux venir manger de ses fruits autant que tu voudras. Je te donnerai même un greffon, que tu puisses le planter dans ton jardin, mais pas plus. » Supposons encore que vous ayez un livre extrêmement rare et précieux et la même histoire se répète, on vous prie de le donner Vous direz : « Viens chez moi tous les jours si tu veux, pour le lire ou le copier, mais le livre doit rester dans ma bibliothèque parce que j'y tiens. » De cette façon vous donnez du travail à tous, vous les tirez de leur paresse. Chacun évolue et tout le monde est content.

C'est à vous maintenant d'établir une correspondance entre ces exemples et ce que vous pouvez donner de votre cœur de votre intellect, de votre âme et de votre esprit. Ne donnez pas votre cœur, donnez seulement vos sentiments. Ne donnez pas vôtre intellect, mais donnez vos pensées. Ne donnez pas votre âme, mais l'amour qui émane d’elle. Ne donnez pas votre esprit, mais les forces bienfaisantes qui jaillissent de lui.

Omraam Mikhaël Aïvanhov, La vie psychique: éléments et structures, Collection Izvor, Editions PROSVETA


NOS SUGGESTIONSArticles