Article


© MATIASDELCARMINE
+ Déjà dans mes favoris
+ Ajouter aux favoris

PUBLIÉ LE 12/02/2018

A RETROUVER DANS

Inexploré n°37

Être soi face au vertige de la nouvelle conscience
Magazine » Air du temps

La métamorphose du voyage du héros

Le voyage du héros traverse l’histoire, les mythes et les cultures du monde entier. Or, nos vies ont aussi ce potentiel initiatique ! Cette aventure n’est autre qu’un éveil à soi, pour une vie pleine de sens. Pistes pratiques pour répondre à cet appel des profondeurs...

« Nous sommes tous des héros, des chevaliers chercheurs du (ou des) Graal, dès lors que nous avons une quête bien définie », proclame le conteur Henri Gougaud. Et si nous nous mettions en route ?... Ainsi garder notre cap, personnel et unique, en dépit des chaos de cette époque de transition. Qu’il s’agisse du « bonheur authentique » vanté par le courant actuel de la psychologie positive ou de « l’épanouissement vertueux » des philosophes de la Grèce antique, l’enjeu est d’accomplir le voyage vers soi, qui donne à la vie tout son sens, tout son sel. L’un des meilleurs modèles de ce chemin de vie engagé est l’archétype du « voyage du héros ».

D’innombrables figures mythologiques et êtres humains ont répondu à cet appel, qu’ils s’agissent de figures célèbres (Jésus, Gandhi...) ou de tous ceux qui s’aventurent dans des chemins de transformation. « Le voyage (du héros) peut être initié par des relations ratées, des maladies physiques, des défis de carrière, des événements imprévus ou des traumatismes significatifs. Quoi qu’il en soit, ce mythe apporte un moyen de considérer ces crises comme les portes d’un profond voyage de transformation et de changement positif », expliquent les coachs Stephen Gilligan et Robert Dilts, auteurs d’un livre sur le sujet et initiateurs de formations où intervient ce thème.


Telle est ma quête



« Un héros s’aventure hors du monde de la vie habituelle et pénètre dans un lieu de merveilles surnaturelles ; il y affronte des forces fabuleuses et remporte une victoire décisive. Le héros revient de cette aventure mystérieuse doté du pouvoir de dispenser des bienfaits à l’homme, son prochain », observe Joseph Campbell. Ce spécialiste américain des mythes a analysé les récits et légendes qui ont traversé l’histoire. Il a noté qu’il existe, dans nombre de cultures et à toutes époques, un mythe de base associé aux personnes ayant vécu une vie extraordinaire, qui ont délivré des « dons » et suscité

Le héros n’est pas seul à accomplir le voyage.

des transformations, tant sur le plan personnel que collectif. Ce cheminement commence, expliquent Robert Dilts et Stephen Gilligan, par la « transe » du consensus du courant général de pensée, propre à une communauté. Ensuite, le héros en devenir est poussé en dehors de la « boîte » de la réalité ordinaire ; ce qui l’oblige à abandonner les anciennes cartes pour s’aventurer en terra incognita. « Ce voyage héroïque consiste à franchir le seuil d’un nouveau territoire en dehors de sa zone de confort, à trouver des gardiens (ressources) appropriés, à faire face aux démons ou aux ombres intérieures (c’est-à-dire les problèmes majeurs) et les transformer. Après avoir parcouru avec succès les difficultés et tribulations de ces seuils et épreuves, la personne “re-née”, revient dans sa communauté, avec de nombreuses contributions à apporter. »


De l’Afrique de l’Ouest aux contes merveilleux



Ce voyage mythique prend différents visages, même si le fil rouge reste le même. Dans notre culture, nous sommes abreuvés aux contes merveilleux (Perrault, Andersen, Grimm...). Les archétypes présents au coeur du récit y font écho, de manière métaphorique (la métaphore parlant à notre coeur, à notre âme, à notre inconscient) aux différents plans de notre être. Mais le héros n’est pas seul à accomplir le voyage... Le roi veille : gestionnaire de notre « royaume » intérieur, il représente le principe d’intelligence et de prise de décision, veillant à la prospérité de son royaume. Le héros, lui, accomplit la mission du roi. Il incarne l’action, nos ressources, pour la mise en oeuvre de la quête. Enfin, la fée (le mage) illustre le « tout possible » ; l’intuition, la force de l’imaginaire, la créativité ou encore les synchronicités. Leur chemin est jalonné d’épreuves qui stimulent l’évolution et la transformation.

Or, dans notre société, obnubilée par la performance, nous oublions souvent notre roi (nous lançons la quête avant même d’avoir posé les bases de ce qui serait fécond pour que notre royaume soit florissant), nous pressons notre héros d’agir et surtout de réussir, sans lui en donner tous les moyens... et nous croyons peu à notre « fée » ; nous ne prêtons guère d’attention aux signes et à notre intuition. On retrouve aussi les fondements de ce voyage symbolique notamment en Afrique de l’Ouest, où chaque nouveau-né est censé arriver dans ce monde pour apporter un cadeau à la communauté. Dans Of Water and The Spirit, Malidoma Patrice Somé, chaman africain, évoque un rituel dans lequel chaque nouveau-né est amené aux aînés, qui communiquent avec l’esprit fraîchement incarné, lui demandant : « Pourquoi êtes-vous venu ici ? » Selon la réponse, les aînés soutiennent l’enfant, afin que sa mission de vie puisse être accomplie. (...)


L'accès à l'intégralité de l'article est réservé aux abonnés de la famille INREES.

OU

NOS SUGGESTIONSArticles